.

Guinée : après les menaces du Gouvernement, Aboubacar Soumah durcit le ton !

Facebook icon Twitter icon
Grève des enseignants
Aboubacar Soumah, secrétaire général du SLECGa
Aboubacar Soumah, secrétaire général du SLECGa

CONAKRY-Après les menaces du Gouvernement, le syndicat de l’éducation vient de durcir le ton ! Le syndicat libre des enseignants-chercheurs de Guinée (SLECG) a annoncé ce samedi 6 octobre 2018 lors d’une assemblée générale tenue à son siège à Donka, la poursuite de sa grève déclenchée le 03 octobre dernier.

« Nous informons l'opinion nationale et internationale que la grève se poursuit et elle continue », a annoncé Aboubacar Soumah, le leader du SLECG, dénonçant  les  manœuvres dilatoires  qui sont selon lui, orchestrées par les autorités gouvernementales.

« Nous invitons tous les enseignants de Guinée à resserrer les rangs et d’être très vigilants pour que massivement le lundi (08 octobre) ils continuent à observer le mot d'ordre de grève et le maintenir jusqu'à l'obtention d'un certain montant par rapport aux huit millions que nous avons revendiqué et que nous avons déclaré négociables », a-t-il lancé.

Le gouvernement guinéen menace de suspendre les salaires des enseignants qui s’absenteraient dans les classes dès lundi. Le ministre de l’éducation Mory Sangaré qui s’est entretenu avec un journaliste d’Africaguinee.com, n’exclue pas de trouver  des suppléants pour combler les trous. En dépit de ces menaces, le SLECG droit sur ses bottes prévient que tant que ses revendications ne sont pas satisfaites, la grève continuera.

« Les responsables administratifs qui sont en train de proférer des menaces à l'endroit de nos enseignants à l'intérieur du pays comme à Conakry nous leur demandons de bien vouloir se ressaisir faute de quoi nous allons demander leur départ, toutes autorités qui se manifestent à l'endroit de nos camarades nous demanderons son départ pur et simple », a averti le secrétaire général du SLECG.

« Nous demandons à tous les enseignants de suivre le mot d'ordre de grève jusqu'à la satisfaction totale, intégrale non seulement de nos préalables mais aussi du point nodal qui est les huit millions que nous avons exigé pour le salaire de base des enseignants de Guinée », a-t-il martelé.

Affaire à suivre…

Diallo Boubacar 1

Pour Africaguinee.com

Tel : (00224) 655 311 112

 

Créé le Samedi 06 octobre 2018 à 17:51