.

Cellou Dalein : « Alpha Condé se demandera comment terminer son 2ème mandat… »

Facebook icon Twitter icon
Crise politique
Cellou Dalein Diallo, leader de l'UFDG
Cellou Dalein Diallo, leader de l'UFDG

CONAKRY- Le Chef de file de l’opposition guinéenne a annoncé ce samedi 6 octobre 2018 la mise en place prochaine d’un front uni contre le tripatouillage de la Constitution, a appris Africaguinee.com.

Cellou Dalein Diallo affirme avoir engagé des discussions avec plusieurs composantes sociales de la Nation, notamment les syndicats, pour barrer la route à Alpha Condé pour un 3èmemandat. 

« Nous sommes en train de se concerter avec les forces sociales, avec les syndicats pour constituer un front uni contre le 3èmemandat. On ne s’est pas précipiter parce que la réaction sera à la hauteur de la forfaiture. Ils sont nombreux les guinéens mêmes les partis de la mouvance ils sont contre le tripatouillage de la Constitution ; Et vous allez voir le jour où on va lancer le mot d’ordre, qu’il faut sortir pour protester contre cette forfaiture, c’est toute la Guinée qui va se mobiliser. On ne se presse pas, on va calmement mais sûrement. Alpha se demandera plutôt comment terminer le deuxième mandat, et ne parlera plus de 3èmemandat croyez-moi », a annoncé Cellou Dalein Diallo.

Alors que la crise à la Cour Constitutionnelle n’est pas encore finie, c’est un nouveau front qui risque de naître entre le pouvoir d’Alpha Condé et l’opposition. 

Selon le leader de l’Union des Forces Démocratiques de Guinée, le camp d’Alpha Condé ne serait pas disposé à faire appliquer l’accord signé le 8 août dernier. 

« Je vais vous demander de rester mobilisés pour deux choses. D’abord ils ont essayé de lancer des rumeurs selon lesquelles le vote sera à main levée, la loi est formelle, c’est écrit noir sur blanc le scrutin est secret, le vote est secret, c’est l’article 135 du Code des Collectivités qui le dit. Il n’est pas question de participer à une élection d’un conseil, d’un maire ou de ses adjoints à main levée parce que la loi et la Constitution de la République sont formelles. Je vais vous demander de rester mobilisés parce qu’ils veulent frauder encore. On a fait les concessions qu’on pouvait faire, il n’est plus question d’en faire, c’est à eux de choisir. Soit on applique l’accord de sortie de crise qu’on a signé le 8 août dans toutes ses dispositions et on organise la mise en place des exécutifs dans le respect des dispositions de la Constitution et le Code des Collectivités, ou on n’acceptera pas. Et soyez prêts. Malheureusement nous avons en face un chef d’Etat qui n’a jamais eu à cœur d’appliquer ou de faire appliquer la Constitution et les lois de la République », a accusé le Chef de file de l’opposition guinéenne.

 

Oumar Bady Diallo

Pour Africaguinee.com

Créé le Samedi 06 octobre 2018 à 20:40