.

Tout savoir sur l’hépatite en Guinée : Entretien avec le Dr Abdourahmane Diouria Diallo...

Facebook icon Twitter icon
Santé
Docteur Abdourahmane Diouria Diallo, Professeur en Hépato-gastroentérologie
Docteur Abdourahmane Diouria Diallo, Professeur en Hépato-gastroentérologie

CONAKRY-En Guinée, plus de 1400 cas de malades ayant l’hépatite virale B, C ou Delta ont été recensés ces dernier temps. Plus de la moitié des cas recensés ont déjà le cancer du foie. C’est en tout cas le bilan fait par l’ONG SOS Hépatites Guinée. Mais ces chiffres peuvent évoluer parce que ce sont uniquement des cas ayant été dépistés. Dans le monde, les statistiques de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) indiquent qu’au moins 2 milliards des personnes sont rentrées en contact avec le virus de l’hépatite B dans leurs vie.

C’est quoi l’hépatite ? Comment peut-on attraper cette maladie ? Quels sont ses symptômes ? Qu’est-ce qu’il faut pour l’éviter ? Pour avoir des réponses à toutes ces questions, Africaguinée.com est allé à la rencontre d’un spécialiste. Il s’agit de Docteur Abdourahmane Diouria Diallo, Professeur en Hépato-gastroentérologie en même temps Président de l’ONG SOS Hépatite Guinée. Lisez !!!

AFRICAGUINEE.COM : On entend beaucoup parler de l’Hépatites. Dites-nous c’est quoi cette pathologie ?

DR ABDOURAHMANE DIOURIA DIALLO : Une hépatite est une inflammation aiguë ou chronique de parenchyme de foie. Vous savez que le foie est une glande très riche et très importante dans la régulation de beaucoup de fonction de l’organisme. C’est un grenier, il stock le sucre, il élimine les toxines, il régularise beaucoup de métabolisme, il fabrique beaucoup de vitamines et autres substances nécessaires à l’organisme. Quand il est affecté, il y a une inflammation, ça veut dire qu’il y aura beaucoup de perturbations.

Qu’est-ce qui peut être à la base d’une inflammation du foie ? Il y a beaucoup de causes d’hépatite. Il y a des hépatites dites toxiques : l’alcool, l’excès de médicaments traditionnels ou importés, des substances toxiques. Mais surtout, il y a des hépatites dites virales, c’est des virus qui sont là, une fois le  contact avec le foie, ça provoque une inflammation aiguë ou chronique du foie. C’est ce qu’on appelle hépatites virales. En gros il y a cinq (5) virus qui donnent l’inflammation chronique ou aiguë du foie qui sont vraiment très nocifs. Nous avons les virus A qui donne l’hépatite A, le virus B qui donne l’hépatite B, le virus C qui donne l’hépatite C, le virus E qui donne l’hépatite E et on a le virus D mais qu’on dit Delta qui ne donne pas une hépatite mais le virus Delta associé au virus B provoque une coïnfection. C’est-à-dire, lui c’est un parasite, il cohabite avec le virus B et l’ensemble donne un tableau très grave. Essentiellement nous avons deux virus qui posent problème dans le monde aujourd’hui. Ce sont les virus B et C qui donnent des hépatites avec des complications de cirrhose et de cancer du foie.

Comment attrape-t-on le virus de l’hépatite ?

Nous avons deux groupes : le virus A et le virus E qui se contaminent à partir des aliments souillés de matière fécale, l’eau souillée ou des aliments touchés par les mouches ou par des ordures. Bref, les virus A et E sont des hépatites dites des mains salles. Les mains qui sont rentrées en contact avec les matières fécales. Donc c’est une transmission oro-fécale c’est-à-dire par la voie orale, par les matières fécales. Et le virus B et C se contaminent presque de la même manière. En ce qui concerne le virus de l’hépatite B c’est le plus dangereux parce qu’il est 100 fois virulent que le VIH SIDA. Lui, il peut survivre une semaine dans la nature sans mourir. Le virus de l’hépatite B n’est pas détruit par l’alcool ou par le dakin et sa contamination c’est essentiellement par voie sexuelle. C’est-à-dire les différents liquides de l’Homme, les sécrétions sexuelles que ça soit de l’homme ou de la femme, le sang, la salive, la sueur, les urines, les selles, les larmes, le lait maternel.

Essentiellement en Afrique, les spécialistes disent que l’hépatite B se transmet de la mère à l’enfant. Oui ! Actuellement nous avons une grande expérience ici, la femme qui a le virus dans son sang qui s’appelle le portage antigène HBS, cette femme en grossesse peut transmettre le virus-là à son nouveau bébé dans l’utérus par la voie placentaire. Le jour de l’accouchement surtout parce que ce jour l’enfant sera en contact avec beaucoup de sang, beaucoup de liquide qui sont là avec l’accouchement. Encore l’enfant pourra avoir ce virus lors de l’allaitement. Mais essentiellement ce sont les rapports sexuels ou alors c’est la transfusion sanguine. Quand on prélève le sang d’un porteur de ces virus B, C ou Delta on donne à un type sain, il va recevoir le sang contenant ce virus et il sera contaminé.

L’hépatite C se transmet essentiellement par la voie sanguine. Encore les enfants à l’école, un bonbon d’une bouche A à une bouche B ou bien un autre aliment. Donc les enfants peuvent se partager le virus à travers la salive. Tous les objets qui peuvent contenir une goutte de sang contaminé par le virus B ou C, peut contaminer une autre personne. Le coiffeur par exemple, sa lame de rasoir, la circoncision de beaucoup d’enfants avec un seul couteau, l’excision de beaucoup des jeunes filles avec un seul couteau, si l’un des enfants porte le virus, ce virus sera transmis aux autres.

A l’hôpital, le personnel de santé c’est le premier groupe à risque. Non seulement il reçoit ces virus, mais c’est lui qui donne davantage. Tout ce qui peut provoquer l’effraction de la peau, une injection non sécurisée, un bistouri à la maternité, les dentistes, quand l’aiguille qui sert à anesthésier la dent sert à piquer plusieurs personnes, on peut contaminer beaucoup des personnes si parmi les premières personnes il y a quelqu’un qui a le virus dans son sang. Les fibroscopies, le tuyau qu’on met dans le ventre pour voir, si le tuyau-là n’est pas stérilisé selon les normes internationales on peut contaminer les virus B, C, et Delta. Et encore le contact fréquent, l’entourage.

Il y a même un Belge qui dit que même les punaises et les cancrelats peuvent transmettre l’hépatite B en Afrique. Vous voyez des chambrettes à Conakry, il fait trop chaud, plusieurs personnes dans la même chambre, deux personnes couchées côte-à-côte, avec les boutons, les excoriations et autres, la punaise peut passer avec ses pattes drainer le virus d’une personne A à une personne B. La brosse à dent, l’éponge, les slips, les aiguilles de piercing, les aiguilles de tatouages, tous les objets personnels, ces objets en contact avec une personne qui porte le virus peuvent transmettre ce virus à un autre partenaire. Le contact régulier, quand une personne qui a l’hépatite mange avec une cuillère avec beaucoup de salive, dans cette salive elle peut laisser le virus et si une autre personne mange avec la cuillère, elle aussi peut avoir le virus dans sa bouche et elle peut se contaminer.

Quels sont les symptômes de cette maladie ?

Par exemple l’hépatite E, les symptômes sont les avortements répétés chez les femmes enceintes et ça peut entrainer des cas des morts. Ce qui fatigue surtout c’est l’hépatite B et l’hépatite C. il faut noter que quand on entre en contact avec le virus de l’hépatite B et C on peut rester avec le virus pendant plusieurs années jusqu’à 30 sans symptômes. Mais même sans symptômes on peut contaminer d’autres personnes. Il n’existe pas des signes spécifiques mais, il y a des symptômes qui peuvent orienter ou penser à l’hépatite. Surtout à son début on peut avoir une fatigue chronique, on peut avoir le corps qui chauffe tout le temps, on peut avoir au niveau du ventre côté droit qui peut faire mal des fois. Maintenant, il y a une phase qu’on appelle la phase ictérique, cette phase montre une coloration au niveau des yeux qui devient jaune, on parle de jaunis, ça, ça va vraiment orienter parce que les malades commencent à venir à ce stade et l’urine commence à changer on parle de couleur coca-cola. A un stade avancé et ça c’est l’évolution chronique, on a dit près 6 mois et là on parle d’hépatite chronique et après ça le virus va se multiplier et attaquer le foie et là on parle de fibrose, après c’est la cirrhose qui s’installe et on va avoir un gros ventre et les pieds vont enfler. Ce sont les signes de complications.           

L’hépatite A, B, C combinée ou co-infectée par l’hépatite Delta ou le VIH provoque des inflammations. On peut avoir un tableau aiguë, ça s’appelle hépatite fulminante, c’est vite mortel en moins d’une semaine parce que là c’est une nécrose totale du foie qui se détruit. Et il faut transporter ce malade dans les 72h sinon il meurt. Maintenant une fois que vous avez le virus, à partir de 6 mois on parlera de l’hépatite chronique et cette hépatite chronique se complique par inflammation chronique avec changement de la structure du foie ce qu’on appelle la cirrhose donc un changement radical de la structure du foie qui ne pourra plus jouer son rôle d’avant. Et ce changement-là peut se compliquer en cancer. Donc deux complications, la cirrhose du foie et le cancer du foie.

Au niveau des statistiques internationales, l’OMS dit que dans le monde au moins 2 milliards des personnes sont rentrées en contact avec le virus de l’hépatite B dans leur vie. Mais seulement d’après l’alliance mondiale pour les hépatites, entre 300 à 350 millions de personnes qui ont l’hépatite périssent. Et d’après l’alliance mondiale, 300 millions des personnes vivent dans le monde sans savoir qu’elles ont l’hépatite virale. Et ils disent que 42 millions d’enfants dans le monde vivent avec l’hépatite sans le savoir donc 42 millions non diagnostiqués. Et ils disent que 55 millions des personnes vivent dans le monde avec l’hépatite C sans le savoir. Ils disent aussi que 9 femmes sur 10 vivent avec une hépatite sans le savoir. Donc ce qui veut dire que beaucoup des personnes vivent avec l’hépatite B ou C sans le savoir.

Quel est le taux de prévalence de cette maladie en Guinée ?

En ce jour 14 août, avec notre ONG nous suivons 1412 malades ayant l’hépatite virale B, C ou Delta. Et lorsqu’on était 1369 malades, seulement 310 malades avaient fait l’échographie. Et parmi ces 310 malades 150 parmi eux avaient déjà eu une atteinte du foie. Donc 75 cancers de foie. Ce qui veut dire que plus de la moitié des malades que nous suivons, déjà ont eu une atteinte du foie. Donc aujourd’hui le problème majeur des spécialistes du monde entier c’est l’hépatite B. Il a été prouvé par les scientifiques du monde entier que l’hépatite B doit se traiter toute la vie. Pourquoi ? Il y a une question qu’Allah n’a pas donné l’explication aux spécialistes. Le vestige du virus persiste dans le corps toute la vie. Le virus même s’il ne fait pas d’enfant mais il est caché-là quelque part dans l’organisme et l’organisme n’arrive pas à éliminer totalement le virus et ses différentes composantes. Donc il y a persistance du virus de l’hépatite B dans l’organisme toute la vie, d’où la conclusion des spécialistes du monde entier que le traitement de l’hépatite B se fait toute la vie durant.   

Quelles sont les mesures préventives pour éviter les hépatites ?

La prévention des hépatites virales commence par l’hygiène. Il faut toujours se laver les mains après les toilettes, après le contact des mains avec les matières fécales. Donc l’hygiène des mains, du milieu, de l’environnement. Ces caniveaux, les ordures de la ville, l’assainissement doit être mot concret. Et surtout l’hygiène individuelle. Il faut faire le dépistage sur toutes les femmes enceintes du virus de l’hépatite B et C et une fois que la femme a le virus, commencez à lui prescrire le tenofovire au 6ème mois. Vacciner l’enfant le jour de l’accouchement. Et l’appel qu’il faut lancer, c’est d’abord au niveau de la population générale, chacun doit se faire dépister à l’hépatite B et C et diminuer la prostitution organisée, commerce du sexe que ça soit officiel ou officieux. Sensibiliser les élèves et les enseignants dans les écoles et les universités pour que les donnes sexuellement transmissibles disparaissent.

Décourager les jeunes filles qui sont à la recherche des emplois de passer par les relations sexuelles pour avoir des stages. Et surtout s’abstenir des relations sexuelles jusqu’au mariage et quand vous êtes mariés soyez fidèle à votre mari ou votre femme. Il faut diminuer les rapports sexuels occasionnels parce que sur notre résultat ici, nous avons trouvé que les jeunes sont plus touchés par les hépatites B et C en Guinée. On parle de 15-24 ans et c’est la tranche qui est très fragile.

Interview réalisée par Oumar Bady Diallo

Pour Africaguinee.com

Créé le Dimanche 26 août 2018 à 12:15

TAGS