Dr Faya titille Sidya :"Lorsqu'on dit que c’est Cellou et le RPG..."

Accord sur le contentieux électoral
Dr Faya Mlimono, leader du Bloc Libéral
Dr Faya Mlimono, leader du Bloc Libéral

CONAKRY-Le leader du Bloc Libéral (BL) a-t-il été exclu de l’accord politique ayant permis de mettre fin au contentieux électoral ? Interrogé par notre rédaction, l’opposant a fait des confidences sur le consensus trouvé entre la mouvance et l’opposition. Selon le président du BL, cet accord n’engage pas seulement l’UFDG et le RPG-Arc-en-ciel.

 « Nous étions là, j’ai fait le trappe de cet accord. Ce qu’il faut préciser, c'est que j’étais de la partie et je représentais mon parti. Ce n’est pas simplement entre le principal parti de l’opposition (l’UFDG, ndlr) et la mouvance. Il y a eu des cas par le passé mais, cette fois-ci mon parti était partie prenante. Nous avons contesté les élections dans certaines communes. C’est le cas par exemple de la commune de Wendé où le BL est arrivé en tête, où 16 bureaux de vote ont été annulés, et qui nous étaient favorables. Il y avait aussi le cas de Guéyasso. Donc quand on dit que c’est l’UFDG et la mouvance qui ont signé cet accord, ce n’est pas le cas. Notre parti le Bloc Libéral a aussi au moins deux communes où les exécutifs vont lui revenir », a expliqué Dr Faya Millimono.

Lire aussi-Accord sur le Contentieux : Sidya Touré va-t-il appeler ses militants dans la rue ?

Le parti de Sidya Touré estime que les conclusions qui devraient être faites et validées par la plénière du comité de suivi ont été engagées et conclues par le RPG Arc-en-ciel et l’UFDG avec la bénédiction et la présence du président du comité de suivi (Général Bouréma Condé, ndlr). Il désapprouve cet accord et appelle à la mobilisation de ses militants.  

Faya Milimono reconnait certes que cet accord n’est pas parfait, mais selon lui, vues les circonstances dans lesquelles les élections se sont déroulées, il fallait trouver un consensus pour installer les élus locaux.

« Cet accord n’est pas parfait, nous le reconnaissons. L’idéal dans notre pays serait que chacun se conforme à la loi. Mais, si à une étape du processus tout le monde a été unanime à reconnaitre que les élections ne se sont pas très bien déroulées,  que la loi a été violée à plusieurs niveaux (…), il fallait qu’on ramène tout le monde dans la loi à travers un accord. Ce qui s’est passé à mon avis permet effectivement aux différents acteurs de revenir dans le cadre de la loi et de choisir les exécutifs tout en installant nos conseilers », a soutenu Dr Faya Lansana Millimono.

 

Oumar Bady Diallo

Pour Africaguinee.com

Créé le Vendredi 10 août 2018 à 15:34