.

Ali Saadi, PDG de SONIT : « Le secteur privé soutiendra Kassory Fofana… » (Interview)

Facebook icon Twitter icon
Ali Saadi, PDG de SONIT
Ali Saadi, PDG de SONIT

CONAKRY- A la tête de la plus importante société africaine présente dans l’espace de la CEDEAO, Monsieur Ali Saadi nourrit de grandes ambitions pour la Guinée, ce pays qui l’a vu naître. Avec sa société SONIT, il participe activement au développement socioéconomique de la Guinée, sa deuxième patrie. Dans cet entretien qu’il a bien voulu nous accorder, Monsieur Ali Saadi parle du secteur de la pêche, de ses relations avec le Président de la République, mais aussi de l’arrivée à la Primature de Dr Kassory Fofana. 

 

AFRICAGUINEE.COM : Le Secteur de la pèche vient de rentrer dans la période du repos biologique qui fera arrêter la pèche durant 2 mois, Juillet et Aout, n’y a-t-il pas un risque de rupture de stock de poisson qui est devenu un aliment essentiel en Guinée ?

ALI SAADI :Non, il n’y a pas de risque d’une rupture systématique par le fait que toutes les sociétés vont débarquer des quantités importantes de poisson le 30 Juin qui peuvent tenir plusieurs semaines ; A cela s’ajoute que le repos biologique est imposé à la pêche DEMERSALE et non pas à la pêche pélagique qui continuera au-delà de la Zone de 60 miles. 

Le fait qu’il y aura   quand-même une déduction de la quantité à débarquer les pêcheurs ne vont-ils pas profiter pour augmenter les prix ?

Non !  Il y a une concertation permanente avec les mareilleuses par l’intermédiaire de la CONAPEG et il y a toujours un esprit de bonne collaboration qui règne.  

Pensez-vous que l’Etat guinéen soutient le secteur de la pêche comme il le fait avec celui de l’agriculture ? 

OUI et évidemment. Pas autant que le secteur agricole mais je confirme que le secteur de la Pêche est soutenu.

Citez-nous quelques exemples…

Depuis l’arrivée du Professeur ALPHA CONDÉ  au pouvoir  des mesures importantes ont été prises, notamment lutter contre la pêche illicite, renforcer la surveillance  de nos les eaux, surveiller pour le respect  des Zones   de pêche autorisées , limiter le nombre de licences à accorder  pour protéger nos ressources, accorder aux entreprises Guinéennes la priorité pour l’octroi des licences de pêche, la mise en circulation des licences sécurisées empêchant de les falsifier comme c’était  le cas avant l’année  2010 etc..etc… Toutes ces mesures de discipline excluent les trafiquants, la pêche illicite et laisse le chemin aux opérateurs sérieux pour faire leurs Affaires avec sécurité. 

L’Etat guinéen doit-il faire mieux selon vous ? 

OUI, le Gouvernement peut faire mieux et il doit le faire.

En faisant quoi par exemple ? 

La priorité actuelle est d’assister la pêche artisanale en créant des débarcadères modernes de poisson frais. L’existence de ces ports de débarquement encouragera les Hommes d’Affaires du secteur de la pêche à investir dans les tunnels de congélation à côté de ces débarcadères et le pécheur artisan peut mieux vendre son poisson frais à l’opérateur, lequel pourrait le traiter et l’exporter avec des prix profitables.

Mais le Maroc n’a-t-il pas réalisé un tel projet à Temenetaye ?

Si mais il n’est pas encore opérationnel. Et si c’est L’Etat qui va le gérer, ça ne marchera pas. Il faut le confier au secteur privé et l’élargir.

Vous êtes connu avoir accès au Président de la République, pourquoi vous ne le lui dites pas pour que cette pêche artisanale qui est si importante soit aidée ? 

Je l’ai fait.

Depuis l’arrivée au pouvoir du Président ALPHA CONDÉ, le Département de la pêche a eu 5 Ministres en 7 Années, ne pensez- vous pas que c’est un handicap pour le secteur de la pêche ? Et particulièrement pour vous les opérateurs ? 

Non, ce n’est pas un Handicap, parce que chaque Ministre qui arrive trouve un système qui existe, une structure, des règles, le plan de pêche, les lois sur la pêche, les décrets dont les textes sont appliqués  etc... etc ... Et nos relations avec tout Ministre sont basées sur ces structures qui définissent le chemin à suivre. Par conséquent, chaque Ministre qui vient est obligé de suivre ce chemin. Evidement chaque Ministre essaie d’améliorer les structures et les faire adapter aux réalités du temps et ils le font tous en toute franchise. Chaque Ministre qui passe fait des efforts et le chemin continue. Et je me permets de vous rappeler qu’à la Présidence de la République il y a un Ministre conseiller charg-é du secteur de la pêche qui a une grande expérience et qui assiste et accompagne les Ministres 

Si les tous Ministres faisaient réellement des efforts pourquoi ils sont changés régulièrement? 

Je ne sais pas. Mais n’oubliez pas que nous ne sommes pas des saints, nous sommes des êtres Humains et nous pouvons commettre des erreurs, et celui qui ne fait pas d’erreur ne travaille pas. Et si un Ministre ou un haut cadre est remplacé pour une erreur commise cela ne veut pas dire qu’il travaille mal et d’ailleurs le remplacement d’un cadre est sous la discrétion de celui qui le nomme. Sa décision peut être sans aucune raison. Ce détail ne nous regarde pas et ne nous intéresse pas. L’essentiel est que tout Ministre qui est nommé coopère convenablement avec les opérateurs.

Est-ce que les opérateurs privés sont consultés par les Ministres qui arrivent à la tête du Département de la pêche ?

OUI à travers la CONAPEG, notre association qui nous représente. 

Ont-ils souvent pris en compte vos conseils ?

Pas tout le temps. Certains oui et d’autres Non.

Pourriez-vous citer quelques conseils qui n’ont pas été pris en compte.

Il y en a beaucoup. D’abord le taux fixé pour le transbordement est de 50 Euros c’est énorme. Ensuite le pourcentage des accessoires à pécher sur les licences 2% c’est inadmissible, ensuite la Zone de pêche autorisée pour la pêche pélagique  nous avons demandé  de la ramener à 40 miles  au lieu de 60 miles pour améliorer les captures dans l’intérêt des consommateurs, ensuite on nous exige  des autorisations de débarquement  alors que nous faisons une demande d’autorisation d’accès du bateau, nous pensons que c’est un double emploi ; Il faut supprimer  une, car lorsqu’un bateau demande une autorisation d’accès en précisant la quantité  de poissons à bord, c’est pour débarquer  le poisson et non pour autre chose. Et cette autorisation d’accès est portée à la connaissance de tous les corps de contrôle, le CNSP, la Douane, la gendarmerie, la Police, le Port autonome, la Technologie, et tous ces services sont représentés au port et montent à bord du bateau avant tout débarquement.

Alors pourquoi une demande de débarquement ? Lorsqu’un bateau accoste avec une autorisation d’accès et que le CNSP constate une anomalie, il pourrait ordonner un refus de débarquement et son ordre sera exécuté. C’est pourquoi à mon avis une autorisation d’accès du bateau portée à la connaissance de tous les services suffit ; Et il faut supprimer les autorisations de débarquement pour simplifier. 

Cet exemple que vous citez est très illustratif, pourquoi on ne vous écoute pas ? 

La CONAPEG a soumis plusieurs sujets à corriger lors de l’élaboration du plan de pêche, mais elle n’a pas été écoutée.  

Pourquoi selon vous ?

A mon Avis il faut toujours trouver des moyens pour arnaquer les sociétés de pêche. 

Beaucoup d’observateurs soutiennent que SONIT est la plus grande Société de Pêche en Guinée, pourquoi vous n’avez pas commencé à exporter en Europe après la levée de l’embargo sur les produits de pêche de la Guinée ?

Permettez-moi de corriger que SONIT est la plus grande entreprise Africaine des pays membres de CEDEAO et non pas de la Guinée seulement. 

SONIT est une entreprise de  Droit Guinéen, elle dispose de 8 Bateaux de pêche qui  sont sa propre propriété et qui sont tous immatriculés en Guinée, sous le drapeau Guinéen, portant des noms Guinéens,  ayant à bord dans chaque  bateau  30 marins Guinéens  et opérant tous en Zone de Guinée et débarquant toute sa production en  Guinée, exception faite de quelques exportations sous autorisations de Sardinelle en Sierra Leone   ou Liberia pour ses branches, au cas où ses entrepôts à Conakry sont surstockés.

Elle dispose des infrastructures à terre pour stocker 20.000 Tonnes et a un réseau de distribution dans 16 préfectures et sous-préfectures de la Guinée.

S’Agissant de l’exportation, cela est vrai que l’embargo est levé par l’Union Européenne, sur les produits HalieutiquesGuinéens, mais la mise en exécution, c’est-à-dire le début de l’exportation n’est pas encore autorisé. Elle est soumise à certaines conditions que Monsieur le Ministre de la pèche et Monsieur le Conseiller à la Présidence chargé du secteur de la pêche sont entrains de régler. Nous espérons que d’ici la fin de l’année 2018 tout rentrera en ordre.

Il faut profiter de cette question pour rendre un hommage particulier à la politique du Président ALPHA CONDÉ qui avait pour priorité la levée de la sanction pour rendre la Guinée crédible et pour aider le secteur de la pêche.

Quel type de relations les sociétés de pêche entretiennent avec les mareilleuses ?

Elles sont très bonnes. En tout cas avec la SONIT tout se passe bien, et je pense qu’il en est de même avec les autres Sociétés.  

Il y a une très bonne compréhension. Nous veillons toujours à ce que nous nous comprenions, nous veillons toujours à ce qu’elles soient ravitaillées d’une manière ou d’une autre, et les deux parties trouvent leur compte.

Evidement quelques rares fois il peut y avoir des incompréhensions notamment lorsque les mareilleuses veulent se substituer à l’Etat, là nous ne cédons pas. Il n’y a que l’Etat qui nous demande des comptes ou nous impose certaines choses, mais pas les mareilleuses. Il faut qu’elles comprennent cela. Nous les aimons beaucoup, elles sont braves, elles veulent vivre, nous les comprenons, et nous agissons sous ce parapluie, c’est notre devoir, mais pas de menace. 

Rencontrez-vous des difficultés au niveau du port ?

Non, la capitainerie du port et le port autonome font le maximum pour aider toutes les sociétés de pêche sans discrimination. Ils ont de l’expérience ils sont braves et donnent satisfaction malgré l’inexistence d’un port particulier et spécial de pêche.

Nous avons constaté que votre fils Hassan est beaucoup impliqué dans la gestion de votre société. C’est quoi le projet ?

Mes deux garçons ont fini leurs études à l’université Américaine de Beyrouth. J’ai envoyé Jamal en Angola et Hassan est à Conakry pour commencer le début de la relève. Je dis bien le début. 

Je reste le Président du Groupe et la Direction Générale en Guinée a été confiée à Hassan. Il a bien commencé sa mission, il est assisté par d’autres directeurs et cadres compétents. Pour répondre à votre question c’est pour assurer la succession. Mon père est venu en Guinée en 1908, j’ai pris sa succession et moi même je suis né en Guinée, Hassan doit prendre ma succession et un jour le fils de Hassan prendra sa succession et la vie continue parce que la Guinée est notre seconde patrie, mais surtout notre pays et aucune force ne peut nous priver  de ce droit légitime .

Votre père est venu en Guinée depuis 110 ans, vous même vous êtes né ici. Pourquoi vous n’êtes pas intéressé par la politique ?

Je n’aime pas la Politique. Je peux parler de politique mais pas l’exercer. Je suis heureux dans mon business et je ne demande pas mieux à Dieu. 

Vous n’aimez pas la politique  cependant lors des dernières élections communales en Février 2018 nous avons  vu votre  fils Hassan impliqué  profondément dans la campagne au  profit du RPG au niveau du quartier Coronthie  où sont installés vos activités  professionnelles et où vous jouissez d’un grand estime chez les citoyens et citoyennes  en raison de vos actions sociales dans le quartier ?

hassan_1.jpgMon fils Hassan était effectivement impliqué dans la campagne, pas pour faire de la politique, loin de là, mais pour apporter son soutien au professeur ALPHA CONDÉ à travers les élections communales à Coronthie. Cela n’est pas de la politique, il s’agit de profiter de l’opportunité pour exprimer notre modeste soutien au Chef de L’Etat par patriotisme et par conviction, et non pas par démagogie ni à cause d’une relation et d’un intérêt quelconque. 

Quand vous dites par conviction cela sous entend quoi ?

Cela veut dire, moi-même, mon fils Hassan, mon équipe sommes convaincus que depuis 2010, le Professeur ALHA CONDE a fait un travail gigantesque pour la Guinée, il faut le reconnaitre et particulièrement dans le domaine énergétique, l’agriculture, les infrastructure s,etc ...etc. Et il faut aussi le souligner, c’est nécessaire, l’importance qu’il a accordée au secteur privé qui l’accompagne souvent dans ses missions économiques à l’Etranger, ce n’est jamais vu en Guinée. Par conséquent c’est normal que tout Homme d’Affaires privé ayant la bonne volonté puisse s’acquitter d’un devoir pour apporter son soutien à la politique du Président ALPHA CONDÉ qui est en fait au profit de la Guinée et non pas au profit d’un individu. C’est sous cette lecture que mon fils Hassan s’est impliqué pendant les dernières élections communales. 

Est-ce que certains acteurs politiques de l’opposition ne vont pas mal interpréter ces soutiens en disant par exemple que vous les Hommes d’Affaires vous ne suivez que vos intérêts ?

hassan_2.jpgChacun est libre de penser comme il le veut. Mais soyez certain que nous agissons sans recevoir une contre partie. C’est pourquoi nous réaffirmons que nous faisons notre devoir par patriotisme. 

En votre qualité d’hommes d’affaires connaissez-vous les principaux leadeurs politiques de la Guinée ?

Oui je les ai connus et je les connais. Ils ont été des hauts responsables de ce pays. Bien sûr que je les connais, je suis Guinéen, je vis en Guinée, mes activités économiques sont importantes, ce serait anormal de ne pas les connaitre et j’ai pour eux tous du respect. Beaucoup d’operateurs Economiques Guinéens dont moi-même ont décidé de soutenir les actions du Président de la République dans l’intérêt de la Guinée et je pense que la position de chacun doit être respectée par tous, c’est cela la démocratie.

La nomination de Dr Kassory Fofana à la Primature a t-elle selon vous été appréciée par les Hommes d’Affaires ?

Je pense que oui, et ma réponse n’engage que moi ; Il s’agit de mon avis personnel.

Pensez-vous qu’il peut faire mieux que ses prédécesseurs ?

Je n’utiliserai pas le mot « mieux » parce que ses prédécesseurs ont fait du bon travail, c’est mon avis. Ils ont dirigé le Gouvernement avec efficacité, des résultats positifs ont été obtenus, ils l’ont fait avec loyauté et honneur pour le pays. 

Monsieur Kassory peut faire plus à mon avis pour plusieurs raisons. D’abord il a, c’est toujours mon opinion, une grande confiance du Chef de l’Etat ; Cet aspect est important et essentiel. Ensuite, il a un caractère agressif. Avec les fonctions qu’il a occupées, il a bénéficié de relations au niveau international, il a eu en charge beaucoup de projets économiques, ses relations avec les principaux Hommes d’affaires guinéens. Tous ces atouts me laissent croire que Monsieur Kassory Fofana peut faire plus, et le secteur privé le soutiendra certainement. C’est mon opinion.

 Quel est votre dernier message ?

Je lance un appel au Gouvernement pour renforcer son soutien au secteur de la pêche parce que les opérateurs de ce secteur font beaucoup de choses positives. Pour ne citer qu’un exemple, le ravitaillement des populations sans impliquer l’Etat pour les devises, c’est un progrès à ne pas minimiser. 

 

Entretien réalisé par SOUARE Mamadou Hassimiou

Pour Africaguinee.com

Tél. : (+224) 655 31 11 11

Créé le Jeudi 05 juillet 2018 à 16:23

Facebook icon
Twitter icon
Google icon