.

Nigeria: rites vaudou et trafic sexuel pour une infirmière

Facebook icon Twitter icon
esclavage sexuel

Josephine Iyamu, 51 ans, forçait des migrantes nigérianes à manger des coeurs de poulets ou à boire du sang pour mieux les exploiter.

Une infirmière londonienne a été condamnée mercredi à 14 ans de prison par un tribunal de Birmingham (Royaume-Uni) pour avoir voulu faire travailler cinq Nigérianes comme prostituées en Allemagne après avoir utilisé des rites vaudous pour les effrayer.

Josephine Iyamu, 51 ans, également connue sous le nom de Madame Sandra, a également été condamnée pour obstruction à la justice pour avoir fait arrêter des proches des victimes au Nigeria après son arrestation à Londres.

Les cinq victimes avaient été secourues d'un bateau alors qu'elles effectuaient la traversée de l'Afrique vers l'Europe.

«Vous avez fait preuve d'un mépris total pour le bien-être de ces femmes», a dénoncé le juge Richard Bond en rendant son jugement. «Vous ne les voyiez pas comme des êtres humains vivants, mais comme des marchandises vous rapportant d'importantes sommes d'argent».

Malgré ses modestes revenus d'infirmière, Iyamu voyageait fréquemment à l'étranger et possédait une grande maison à Benin City, au Nigeria, où elle employait des domestiques.

Sang et coeurs de poulet

«Usant de son statut, Iyamu a recruté des femmes vulnérables dans des villages et leur a promis une vie meilleure en Europe», a expliqué dans un communiqué la National Crime Agency (NCA), agence britannique de lutte contre le crime.

Avant leur départ, elle a soumis les victimes à des rites vaudous «juju» pour accroître son emprise sur elles: celles-ci devaient notamment manger des coeurs de poulet et boire du sang contenant des vers.

«Les femmes pensaient qu'il leur arriverait quelque chose de grave, à elles ou à leur famille, si elles ne respectaient pas leur engagement vis-à-vis de Iyamu ou tentaient de s'échapper», selon la NCA.

Josephine Iyamu avait été arrêtée en août 2017 à l'aéroport londonien d'Heathrow, à sa descente d'un vol en provenance Lagos (Nigeria).

AFP

Créé le Mercredi 04 juillet 2018 à 23:18

Facebook icon
Twitter icon
Google icon