.

Cherif Abdallah prévient : "quiconque accusera les commerçants…"

Facebook icon Twitter icon
Augmentation du prix du carburant
Mohamed Cherif Abdallah, président du groupe organisé des hommes d’affaires (GOHA)
Mohamed Cherif Abdallah, président du groupe organisé des hommes d’affaires (GOHA)

CONAKRY- L’augmentation du prix du carburant par le Gouvernement continue de susciter des réactions en Guinée. Mohamed Cherif Abdallah, président du groupe organisé des hommes d’affaires (GOHA) n’est pas en reste. Dans cet entretien qu’il nous a accordé, cet opérateur économique revient sur les conséquences de cette mesure très décriée au sein de l’opinion. Il annonce que les opérateurs économiques s’associeront à toute action visant dénoncer cette décision du Gouvernement. Lisez !!!

AFRICAGUINEE.COM : Comment avez-vous l’augmentation du prix du carburant en tant que président du GOHA ?

MOHAMED CHERIF ABDALLAH : J’avoue que c’est une très mauvaise nouvelle qui est tombée, voire une surprise pour nous. Parce que toutes ces rumeurs qui ont gagné les rues, on ne pouvait pas imaginer un seul instant qu’en ce moment le prix du carburant pourrait être revu à la hausse vu la conjoncture actuelle difficile pour l’ensemble des populations guinéennes y compris pour les commerçants. C’est une période où presque le pays est coupé en deux, des camions gros porteurs et  des milliers de personnes sont bloqués au pont de Linsan qui a chuté il y a juste quelques jours, ça devrait être la préoccupation de l’Etat que d’augmenter le carburant. Les gens font au moins 24 heures pour passer. Vue toutes ces situations en cette saison hivernale qui est également une période de soudure si c’est en ce moment que le gouvernement agi de cette façon, nous sommes déçus, c’est une nouvelle amère pour nous.

Ce que nous pouvons dire, toute action qui sera engagée pour faire fléchir le gouvernement de la part de la société civile, du secteur privé nous serons ensemble par rapport à cette augmentation du prix du carburant. On fera un mouvement parce que nous ne pouvons pas accepter que le prix du carburant augmente à la pompe , nous savons dans 2 ou 5 jours tout le monde mettra l’impact de la cherté des denrées sur le dos des commerçants en disant que c’est les commerçants qui font ceci et cela alors que ce n’est pas vrai parce que les raisons sont ailleurs, c’est l’effet de l’augmentation du carburant rien d’autres.

Tout le monde sait que si le carburant augmente tous les autres secteurs suivent.Tout repose sur le carburant et le transport. L’augmentation du carburant implique l’augmentation du transport des personnes, des marchandises et des biens augmentent. Donc les commerçants et tous les autres sont contraints d’augmenter le prix aussi. Ce qui est déplorable d’abord c’est les prix des denrées de première nécessité à grande consommation qui augmentent. Qui paye les frais de la cherté ? c’est nous consommateurs

Je demande humblement aux gens de ne pas mettre cette cherté qui vient de naitre sur les opérateurs économiques, s’il y a la mauvaise gouvernance on ne peut accuser personne, nous ne pouvons pas mettre cette situation sur le dos des opérateurs économiques. Nous ne n’accepterons ni de près ni de loin ces accusations c’est pourquoi je lance un appel à tous les commerçants d’être prêts à tout moment parce que quiconque accusera les commerçants de rendre la vie chère en Guinée qui qu’il soit nous allons répliquer de façon instantanée et adéquate.

Selon vous, c’est le tarif qui est trop élevé ou c’est la nécessité de revoir le prix 0du  carburant qui s’impose ?

Tous les deux, c’est une véritable catastrophe, les guinéens ne sont pas prêts à connaitre une hausse de carburant en cette période. Ensuite l’augmentation est à plus de 23%. Une augmentation de plus de 23% est simplement  une catastrophe. C’est très difficile pour l’ensemble des guinéens. Nous on s’attendait plutôt à une diminution et non à une augmentation. Si vous prenez la sous-région même le litre à 8000 francs en Guinée c’est plus cher par rapport aux autres pays. Même en Sierra Leone le carburant est moins cher qu’en Guinée. Pour preuve il y a moins de deux semaines j’étais en Sierra Leone, j’ai acheté le plein réservoir vers la frontière pour circuler avec en Guinée, j’ai compris qu’il y a 200 000 gnf de différence  s’agissant du plein réservoir en Guinée et la Sierra Leone. Au Sénégal c’est la même chose ils vendent moins que nous. C’est vraiment malheureux. Ce n’est pas des arguments qui tiennent.

 C’est un peu les conséquences de la mal gouvernance, s’il n’y a pas de recettes dans les caisses de l’Etat ce n’est pas nous opérateurs économiques qui gouvernons le pays, il ne faut pas qu’on nous retourne cette catastrophe contre les commerçants, nous sommes consommateurs comme tout le monde. Qu’on veuille ou non nous allons parler, nous sommes père de familles, nous avons des véhicules qui circulent, par conséquent dans des situations comme ça, s’il y a réaction nous allons réagir.

Vous défendez bien les commerçants mais certains sont incontrôlables dans l’augmentation des prix. Certains vont profiter de la situation pour aller très loin. Qu’envisagez-vous à ce niveau ?

Je vais vous dire que les commerçants guinéens sont des patriotes, s’il y avait pas de commerçants dans ce pays, il ne serait pas là où il est aujourd’hui. Ce n’est pas caché regardez bien, tout ce qui est bien fait ou joli dans ce pays est fait par un commerçant en tout cas par l’Etat. C’est comme si les commerçants sont en avance sur l’Etat. L’Etat devrait plutôt féliciter les opérateurs économiques de ce pays, ils font leur travail c’est à l’Etat de faire son travail, ce n’est pas à nous commerçant de faire leur boulot à leur place. Si l’augmentation du carburant se répercute sur les prix c’est parce que c’est une obligation c’est une chaine.

Avant même cette augmentation du carburant le dédouanement est très élevé en Guinée les délais est très serré pour les importateurs, le port coûte cher avec des taxes de gauche à droite, des sociétés qu’on paye qui n’existent nulle part en Guinée. Tout ça retombe sur le dos des pauvres citoyens.

C’est simple le commerçant commande la marchandise, il transporte la marchandise en Guinée, il dédouane quel que soit le prix y compris les frais de toutes les sociétés, tout cela va être rajouté sur le prix des produits avant la mise en vente. Le commerçant aussi a besoin d’un petit bénéfice pour se nourrir avec sa famille. Finalement le perdant c’est le peuple de Guinée, c’est la population qui va souffrir.

Si les taxes sont chères, la marchandise sera chère, si le carburant est cher il n’y a pas de raison que le transport n’augmente pas et la marchandise va connaitre une autre hausse en dehors des taxes mais relatives au carburant. Et quiconque accusera les opérateurs économiques dans cette situation qui qu’il soit c’est un menteur

Est-ce que vous êtes en phase de demander une levée des frais de dédouanement sur les produits de grande consommation en Guinée ne serait-ce que pour quelques mois ?

Bon ! Je ne le ferai pas puisque vouloir le faire sera démagogique. L’Etat guinéen depuis le temps du Général Lansana a fait quelques fois des grands sacrifices pour alléger certaines choses pour les populations, nous le savons. Mais il y a un problème de copinage, c’est toujours les mêmes personnes qui tournent autour de la même chose qui répètent et profitent des mêmes actions c’est pourquoi nous aurons jamais la solution tant que c’est les mêmes visages pour les mêmes actions pour les mêmes avantages, la même façon de faire et les mêmes paroles, nous n’irons nulle part. C’est la démagogie-là qui font tourner la Guinée en rond. Ça va continuer tant que l’Etat s’entoure des gens qui vont continuer à chercher des intérêts personnels pour torpiller le même Etat avec ces attitudes. Ni le président, ni le premier ministre encore moins les opérateurs économiques ne pourront rien faire pour soulager les populations. Il y a un problème de copinage réel dans ce pays, ça nous le dénonçons.

Un dernier mot ?

Dans les conditions normales, l’Etat ne devrait pas augmenter le carburant, il fallait plutôt diminuer. Ceux qui vivent des moyens de l’Etat ne vont pas sentir les impacts que le carburant va engendrer sur le pays, ils ont des landscruiser bien climatisés avec des bureaux aussi confortable. Ils ont leur salaires, ils ont leur frais de carburant, la souffrance nous est destinée nous pauvres citoyens.

 Aux opérateurs économiques, nous leur demandons d’être très vigilants par rapport à beaucoup de choses : il y a l’insécurité qui persiste sérieusement, les opérateurs économiques sont presque tous visés.  Les commerçants doivent rester aux aguets, une fois que quelqu’un de la corporation est touché  nous devons réagir fort pour mettre fin à ces problèmes que nous vivons tous les jours. Nous demandons à l’Etat de faire en sorte que nous soyons protégés.

(…) Toute action qui sera engagée que vous soyez syndicats, secteur privé ou simple citoyen de ce pays, tout le monde vit de cette situation extrêmement difficile. Nous soutiendrons toute action dans ce sens. Il suffit qu’on lance un appel au GOHA  nous allons emboiter le pas.

 

Interview réalisée par Alpha Ousmane Bah

Pour Africaguinee.com

Tél. : (00224) 664 93 45 45

Créé le Mardi 03 juillet 2018 à 19:59

Facebook icon
Twitter icon
Google icon