.

Macron à Nouakchott pour parler G5 Sahel et sécurité en Afrique

Facebook icon Twitter icon
Macron

Emmanuel Macron est attendu ce lundi à Nouakchott pour un déjeuner avec les chefs d'Etat de l'Union africaine, suivi d'une rencontre avec ses homologues du G5 Sahel, un double échange consacré à la sécurité en Afrique sur fond de "failles" persistantes et d'un durcissement de la ligne américaine.

Pour la première étape de sa mini-tournée africaine avant Lagos et Abuja au Nigeria, le chef de l'Etat français participera à un déjeuner à huis clos au Palais des Congrès de la capitale mauritanienne qui accueille le 31e sommet de l'UA.

Il devrait renouveler à cette occasion "son soutien à l'initiative de l'Union africaine en vue d'assurer un financement autonome et prévisible des opérations africaines de paix", selon l'Elysée, un enjeu de taille se heurtant aux réticences de Washington qui privilégie l'aide bilatérale à l'aide multilatérale et souhaite couper dans le budget onusien.

"Cette attitude américaine justifie a fortiori la volonté des Africains, soutenus par la France, de prendre en charge leur sécurité", relève-t-on à Paris. "Les Africains font un vrai effort politique, financier et logistique pour ce faire, ce serait paradoxal que les Etats-Unis nous disent 'on ne va pas les aider' au moment où les Africains font eux-mêmes l'effort".

"Cet effort de l'UA et extrêmement important et nous ferons tout en tant que membre permanent du Conseil de sécurité de l'Onu pour nous assurer que les Nations unies répondent à cet appel", ajoute-t-on, d'autant qu'"avec l'effort financier militaire de l'UA, les contributeurs aux Nations unies en sortiront gagnants, nous allons donc tout faire pour convaincre nos partenaires américains".

PREMIÈRE ATTAQUE CONTRE LE QG DU G5 SAHEL

La marge de manoeuvre s'annonce étroite. Un "financement autonome et prévisible" des opérations africaines de paix, également prôné par l'Onu afin de réduire l'écart entre les objectifs et les ressources, suggère une hausse ou du moins un maintien des contributions des Etats membres. Or, les Etats-Unis, premier contributeur individuel au budget de maintien de la paix, ont décidé sous l'administration Trump de réduire leur part à 25% du total contre 28,5% actuellement.

Même problématique concernant la force régionale du G5 Sahel (Mali, Niger, Burkina Faso, Tchad, Mauritanie) composée de 5.000 hommes et lancée en 2017 avec le soutien de la France pour lutter contre les groupes djihadistes dans la bande sahélo-saharienne.

La lente montée en puissance de cette force, théoriquement appelée à prendre le relais de la force française Barkhane déployée dans la région, fera l'objet d'une rencontre entre Emmanuel Macron et ses homologues du G5 lundi, après le déjeuner avec les pays membre de l'UA.

"Ce sera notamment l'occasion de constater les progrès opérationnels de la force conjointe qui réalise actuellement sa quatrième opération et qui en prévoit d'autres dans les semaines à venir sur l'ensemble des fuseaux", explique-t-on à Paris. Sur le plan du financement, "on peut constater qu'il y a un début de mise en oeuvre concret".

"Dans tous les états-majors du G5 Sahel, des primes ont été versées avec un effet rétroactif (...) et il y a des équipements qui sont attendus, de protection individuelle, qui devraient être livrés à la fin de l été, d'autres équipements d'ici la fin de l'année."

"C'est un processus complexe mais les tuyaux sont branchés et ça commence à donner des résultats concrets", assure-t-on à l'Elysée.

Mais la question du financement reste entière. Lors d'une visite à Paris début juin, le président du Niger Mahamadou Issoufou, dont le pays préside le G5 Sahel, avait appelé à "chercher des sources de financement pour les autres années".

Très symbolique, la visite du collège de Défense du G5 Sahel, école régionale de guerre qui accueillira ses premiers stagiaires en octobre, intervient après un attentat-suicide commis vendredi contre le QG de la force régionale à Sévaré, dans le centre du Mali.

Cette attaque sans précédent a fait six morts, dont deux militaires de la force conjointe et a été revendiquée par une branche d'Al Qaïda.

"Si l'état-major a été attaqué, c'est qu'il y a énormément de failles que nous nous devons de corriger si nous voulons stabiliser la région du Sahel", a reconnu le président mauritanien Ould Abdel Aziz dans une interview à France 24 diffusée dimanche.

Reuters

Créé le Lundi 02 juillet 2018 à 11:04

Facebook icon
Twitter icon
Google icon