.

Aguibou Barry, PGD de FAPEL Guinée : "le passage du Président à Labé a porté fruit…"

Facebook icon Twitter icon
Interview
Aguibou Barry, PDG FAPEL Guinée (G), et le Président Alpha Condé (D) lors des journées nationales de l'éleveur à Labé
Aguibou Barry, PDG FAPEL Guinée (G), et le Président Alpha Condé (D) lors des journées nationales de l'éleveur à Labé

LABE- L’entreprise FAPEL-Guinée spécialisée dans la fabrication des pompes à eau de tout genre continue d’impressionner. A l’occasion des journées nationales de l’éleveur organisées à Labé, le stand de FAPEL a encore marqué les esprits. Le Président de la République, Pr Alpha Condé qui ambitionne d’aider les femmes dans les cultures des produits maraichers, a été ébloui  par l’innovation et surtout la qualité des pompes fabriquées par l’entreprise FAPEL GUINEE. Le Chef de l’Etat qui a fait 20 minutes au niveau du stand de FAPEL alors qu’il n’était prévu que deux, a donné des instructions pour que ces pompes soient désormais utilisées pour aider les femmes à faire l’irrigation.

M. Aguibou Barry, le PDG de Fapel Guinée que nous avons interrogé revient dans cette interview sur cette visite du président Alpha Condé. Il parle également des activités de son entreprise, de ses perspectives et du succès qu’elle a enregistré sur le plan national et international. Fapel Guinée qui s’est aussi illustrée dans la fabrication des meubles de tout genre a déjà raflé plusieurs prix sur le plan international. Dans cette interview, à bâton rompus, vous découvrirez d’autres surprises. Lisez !!!

AFRICAGUINEE.COM : A l’occasion des journées nationales de l’éleveur tenues à Labé, vous avez été honoré par la visite du Président Alpha Condé dans votre stand. Comment avez-vous accueilli cette visite du Chef de l’Etat ?  

AGUIBOU BARRY : Merci africaguinée.com pour cette opportunité que vous m’offrez pour parler de cette visite. Effectivement c’était un honneur pour nous de recevoir le Président chez nous qui a fait 20 minutes dans notre stand alors qu’il n’était prévu que 2 minutes par stand. La raison c’est parce que le Président Alpha Condé a eu une attention particulière sur les activités de FAPEL Guinée. Suite à cette visite le Président a instruit  à la responsable chargée des initiatives présidentielles pour appuyer les femmes, de travailler avec FAPEL pour développer la technologie de nos pompes et accompagner FAPEL dans ce sens. Nous allons travailler avec Mme Kaba Diakagbè pour donner des pompes d’irrigation afin d’aider les femmes dans leur culture des produits maraichers  sur toute l’étendue du territoire national. C’est un acquis pour Fapel. Le Président de la République a connu FAPEL et l’a accompagné depuis 2013.

C’est une occasion pour moi de rappeler que nous allons toujours plus loin dans nos recherches, c’est dans ce cadre que nous venons de mettre au point avec notre partenaire équipementier SOVEMA/France la deuxième pompe domestique SONNA1 pour les forages et puits aménagés allant jusqu’à 70 mètres de côte d’installation, avec une technologie de dernière génération qui lui confère un débit exceptionnel de 2200 Litres/Heure. Nous sommes également dans le processus de certification de nos pompes avec le Service National d’Aménagement des Points d’Eau.  Nous avons installé trois (3) prototypes dans les régions de Kankan, Labé et la zone spéciale de Conakry pour les phases d’essai. Il est prévu 12 mois d’essai, nous sommes au 11ème  mois, mais j’avoue que la pompe se comporte bien et elle répond parfaitement bien au besoin des populations. Elle entre dans le cadre de l’initiative du Président à donner à la Guinée une pompe domestique compétitive au plan international.

Mais par rapport à la pompe d’irrigation que le Président veut donner aux femmes maraichères, nous n’avons pas de concurrents, FAPEL est la seule entreprise qui fabrique localement ces pompes. Donc nous allons travailler avec l’Etat guinéen avec l’appui du chef de l’Etat pour développer cette technologie en Guinée, former des jeunes et surtout créer de l’emploi.

Justement avec ces pompes d’irrigations, est-ce que vous avez une expérimentation réussie  au niveau des bas-fonds ?

 Je suis heureux de vous dire et vous rappeler même que ces pompes ont déjà été expérimentées avec des résultats satisfaisants. Nous avons travaillé avec beaucoup de structures nationales, de projets et institutions internationales comme la FAO, le PACV, le PNAAFA, le PDSD/HMG avec lesquels nous avons installés plus de 300 pompes. Je rappelle aussi que ces pompes, vue la qualité et l’innovation, la pompe a eu beaucoup de prix à travers le monde. Il s’agit notamment de trois prix internationaux : le 1er  c’est ‘’le prix de l’innovation du Salon de solidarité’’ en 2014 à Paris que j’ai dédié au Chef de l’Etat guinéen, le 2ème  prix c’est  ‘’La France s’engage au Sud’’ que j’ai reçu des mains du Président François Hollande en 2016, le 3ème  prix c’est ‘’la Startup africaine de l’année’’ au Maroc en 2017.

Donc la performance des pompes est démontrée sur le plan national et international, nous travaillons avec une société ivoirienne GMHDR (Génie Mécanique et Hydraulique pour le Développement Rural) que nous avons connue lors de notre invitation par le Ministère de l’Agriculture au SARA (Salon Régional de l’Agriculture)  en Côte d’Ivoire. Ce partenariat vise la démultiplication de la pompe dans la sous-région.

Comment allez-vous travailler avec madame Diakagbè Kaba pour concrétiser cette volonté du Chef de l’Etat d’appuyer les femmes ?

Nous sommes déjà en contact avec Mme Diakagbè Kaba et avons entamé la procédure. Le Projet est en phase d’étude, je vais proposer trois types de pompes, une catégorie qu’on peut monter sur des puits maraichers de 0 à 8 mètres de profondeur, une deuxième catégorie de 0 à 15 mètres et une autre catégorie qui est la pompe à pédale qui peut être installée auprès des cours d’eau. Ce sont des pompes dotées d’une technologie très simple qui ne demandent ni de carburant ni de lubrifiant contrairement aux motopompes qui exigent ces consommables. C’est un système adapté au contexte africain pour avoir de l’eau à moindre coût et ça n’a aucun impact négatif sur l’environnement, tout le monde sait que les lubrifiants ou le carburant contribuent à détruire l’environnement. Avec Madame Kaba, nous comptons démarrer les activités en Haute-Guinée par les études de terrain et soumettre au Président le Projet.

Le Président a passé au moins 20 minutes dans votre stand. Quelles ont été ses appréciations ?

Quand il est arrivé dans notre stand, il s’est demandé pourquoi jusqu’à présent la structure de Madame Kaba n’a pas travaillé avec nous vue la qualité de la pompe surtout que la pompe est connue au niveau international avec certains chefs d’Etats. Le Président Alpha Condé était étonné. C’est pourquoi il a donné des instructions fermes à aller très vite pour accompagner les femmes notamment les groupements maraichers. Il était très satisfait et heureux de voir cette technologie à travers nos démonstrations. Je viens de créer un système de kit de lavage de mains, un système multifonctions  qui joue trois rôles. A la fois notamment pour le lavage de mains scolaires où 20 élèves  peuvent se laver les mains au même moment. Nous avons aussi le système goutte à goutte qu’on peut installer à l’image de l’irrigation goute à goute, le troisième système qui concernait l’évènement  qui consiste à donner de l’eau pour les  abreuvoirs surtout pour les petits ruminants et les volailles. C’est un système portatif simple qu’on peut déplacer facilement avec une technologie simple.

Pensez-vous réellement être suffisamment prêts pour répondre aux besoins ?

Il n’y a aucun doute Fapel est prête pour couvrir tout le Pays. L’idée d’abord c’est d’avoir par préfecture 50 jeunes à former et à les employer. Donc voyez-vous déjà il y a la formation et l’emploi direct. Ces jeunes formés seront chargés d’installer les pompes et de faire le suivi quant à leur usage. Donc FAPEL  est bien prête nous avons aussi des partenaires. Et comprenez que ce n’est pas la pompe d’irrigation seulement, il y a aussi la pompe domestique, un exemple est installé à l’université de Labé(Hafia), les étudiants et les populations locales l’utilisent c’est une première en Guinée. A cause de l’efficacité de cette pompe, ils ont proposé une autre pour la mosquée de la localité qui est déjà installée. L’objectif ici c’est créer de l’emploi en formant des jeunes et installer ces pompes dans tous les coins de la Guinée. 

En dehors des pompes de tout genre, Fapel s’est illustrée dans la fabrication des meubles très prisées avec une garantie. Parlez-nous en M. Barry ?

Je suis heureux que vous parliez des meubles aussi. J’ai eu le privilège de présenter un divan Made in Guinea de fabrication FAPEL au président Alpha Condé. Un échantillon est là vous pouvez photographier qui n’a rien à envier aux meubles importés et nous pouvons dire plus garantie d’ailleurs que ces meubles qui viennent d’ailleurs qui sont souvent très fragiles et qui peuvent se détériorer facilement. Alors que les meubles que nous faisons c’est 10 ans de garantie au minimum. Ils sont fabriqués localement avec beaucoup d’innovations, beaucoup de créativité, on dit qu’un art qui vit n’imite pas le passé. Donc tous les jours nous vivons de la création et de l’innovation, nous avons également de partenaires dans ce domaine dans beaucoup de pays voisins : le Sénégal, le Mali, la Coté d’Ivoire,  où nous exportons ces meubles.

Nos meubles sont constitués de lits, armoires, coiffeuse, salons, bureau, tables, lits d’hôpitaux, tables de consultation, et à cela s’ajoutent beaucoup d’autres articles de décoration et d’aménagement des enceintes des cours tels que les globes lumineux, les balançoires…La particularité de nos meubles est qu’ils cumulent esthétique et solidité avec un service après-vente fiable et l’entretien est très facile. Nous précisons que ce sont des meubles faits à base de fer forgé pour ainsi contribuer à la lutte contre la déforestation et le changement climatique.

N’avez-vous pas eu l’occasion de proposer au gouvernement guinéen d’équiper les infrastructures réalisées dans certaines régions à travers les fêtes tournantes de l’indépendance ?

J’avoue que l’Etat guinéen à travers le ministère de l’hôtellerie et de l’artisanat, nous a récemment invités à Dalaba pour équiper la Villa Janine où il y a au moins 7 cases qui servent de chambres. Donc une proposition a été faite et le Chef de l’Etat a instruit de passage à Dalaba à ce qu’on équipe la Villa Janine de meubles FAPEL. Le devis est fait par FAPEL en collaboration avec les autorités de Dalaba, nous attendons la suite pour équiper cette villa historique. Nous sommes très optimistes parce que nous pouvons dire que le passage du Président à Labé a porté fruit. Ça été un honneur pour FAPEL et surtout une ouverture. Tout ceci démontre que la jeunesse guinéenne n’a pas besoin d’aller ailleurs si on est encadré et soutenu on peut réussir sur place sans penser à opter pour l’immigration clandestine.

Merci M Barry Fapel

Merci à vous aussi

Interview réalisée  par Alpha Ousmane Bah

Pour Africaguinee.com

Tel :(00224) 664 93 45 45

 

Créé le Lundi 02 juillet 2018 à 12:35

Facebook icon
Twitter icon
Google icon

TAGS