.

Ousmane Gaoual Diallo : « les manifestations n’arrangent personne… » (interview)

Facebook icon Twitter icon
Interview
Ousmane Gaoual Diallo, conseiller politique de Cellou Dalein Diallo
Ousmane Gaoual Diallo, conseiller politique de Cellou Dalein Diallo

CONAKRY-Quel message Cellou Dalein Diallo va-t-il délivrer à l’Elysée ? Que fera l’opposition face à l’enlisement du dialogue ? Dans une interview accordée à notre rédaction, le conseiller politique du chef de file de l’opposition apporte des précisions. Ousmane Gaoual Diallo évoque également dans cet entrertien certains sujets liés à la Gouvernance.

Il s’agit notamment la lutte contre la corruption engagée par le Premier ministre Kassory Fofana, l’assainissement et l’interdiction prochaine de la circulation des taxi-motos dans la commune de Kaloum. Dans cet entretien, le parlementaire de graves accusations contre Bille Gates, un proche du Chef de l’Etat. Lisez !!!

AFRICAGUINEE.COM: Le nouveau premier ministre s’est engagé dans une politique de lutte contre la corruption. Beaucoup ont salué le limogeage de deux directeurs généraux soupçonnés de malversation, mais pendant ce temps le ministre Taliby de l’Energie est cité dans un scandale financier sans être inquiété. N’est-ce pas un deux poids deux mesures ?

OUSMANE GAOUAL DIALLO: Il y a beaucoup d’effets d’annonces qui sont faits par ce gouvernement. D’abord le limogeage de Paul Moussa Diawara de l’OGP et de Sékou Camara de l’OGC n’est que de la poudre aux yeux. Le véritable responsable de la prévarication des ressources de ce pays  sont encore en fonction. Vous avez un moment le ministre Diaré qui avait été dénoncé parce qu’il avait eu l’acquisition d’un immeuble en France dont coût avoisinait les un million et demi de dollars, cela n’a donné lieu à aucune poursuite. Nous voyons des immeubles  qui poussent partout (…), la dernière découverte, c’est l’achat d’un domaine à Kipé par l’intendant du chef de l’Etat nommé Bill Gates à hauteur de 600 milles dollars et qui est propriétaire de plus de 200 camions dans une société minière. Comment tous ces gens gagnent l’argent dans notre pays ? Lorsque le chef de l’Etat annonce qu’on va recenser les maisons en Guinée pour savoir à qui appartiennent ces immeubles, c’est une bonne décision même si l’on sait que ça n’ira nulle part.

Donc l’acte de Kassory Fofana c’est tout juste de la poudre aux yeux, il faut voir ça juste sous l’angle du règlement de compte que d’une véritable volonté de lutte contre la prévarication des ressources financières. Nous avons une agence de lutte contre la corruption en Guinée qui n’a aucun moyen et qui n’est même pas considérée. Je pense que tous les citoyens  lorsque nous avons un train de vie immense, il appartient à l’Etat de s’assurer que nous gagnons honnêtement et légitimement notre vie quelque soit par ailleurs notre occupation. Que l’on soit dans le secteur privé ou publique c’est très important pour un Etat vertueux en matière de lutte contre la corruption. Donc cette annonce n’est pas convaincante et ne rassure pas aussi l’étranger parce qu’autour de Kassory Fofana, dans son gouvernement actuel comme parmi les ministres qui ont été remerciés, il y a énormément de personnes qui ont fait l’objet d’accusations  ou de dénonciation sur des faits de corruption ou de prévarication. Est-ce que cela a donné lieu à des enquêtes judiciaires ou à des jugements ou des sanctions, je ne le crois pas (….), notre pays est encore loin du minimum d’effort qu’il faut faire pour rassurer  ceux qui viennent dans notre pays sur notre capacité à lutter contre la corruption.

Le gouvernement vient de prendre une mesure interdisant la circulation de 6h à 11heures tous les derniers samedis du mois dans le but de faire l’assainissement de la ville de Conakry. Est-ce une bonne solution ?

C’est encore une fois des annonces démagogiques qui n’ont aucun fondement logique. D’abord ce sont ces types de tapage qu’on faisait du temps de Sékou Touré qu’on appelait investissement humain. L’on mobilisait tout le monde pour nettoyer telle ou telle artère le dernier dimanche du mois. La question de la gestion des déchets domestiques est une question importante et qui mérite assez de réflexions et qui inclues la recherche de solutions pérennes aussi bien du côté des ministères de l’environnement, de l’industrie, celui de la sécurité et de l’habitat. Donc c’est un conseil inter-ministériel qui doit se réunir pour mettre en place une véritable équipe de réflexion pour apporter une solution pérenne  dans la gestion des déchets domestiques. Cela inclus le ramassage, le stockage … parce qu’il ne faut pas se voiler la face les déchets sont des sources de revenues importantes, on peut y tirer des produits recyclés, des journaux, des plastiques, des objets biodégradables qui peuvent servir dans nos champs. Donc tout ceci nécessite une chaine d’actions.

Il faut qu’il y ait des endroits pour stocker tout ceci pour une éventuelle transformation donc en quelque sorte une usine de traitement sinon il ne sert à rien de ramasser des ordures que l’on dépose dans la rue si l’on ne nous donne pas des endroits où  y déposer tous les jours comme nous en produisons tous les jours. Je pense que c’est une solution démagogique non pérenne qui n’est pas de nature à régler le problème de l’insalubrité auquel les guinéens sont confrontés depuis quasiment son indépendance.

Le ministre de la sécurité envisage d’interdire la circulation des taxi-motos dans la presqu’ile du Kaloum. Que pensez-vous de cette mesure ?

Je pense que le pays a besoin de normes et c’est pour cela que le législateur que nous sommes avait doté le pays aucours de cette législature d’un code de sécurité routière. Maintenant ces mesures demandent un peu de retenue parce qu’il y a des préalables qu’il faut mettre en place.

La première chose,  je pense que le ministre Keira est dans sa deuxième déclaration un peu farfelue et qui n’a aucun sens. Hier c’est une menace à peine voilée contre l’opposition et maintenant c’est cette interdiction pour laquelle il se rétracte. Tout au début il parlait de toutes les motos et maintenant cette restriction ne concerne que les Moto-Taxis. Pourquoi ? Tout simplement parce qu’on se rend compte que ces motos sont un palliatif à l’absence des moyens de déplacement urbain pour permettre aux populations de se déplacer. Comme ça aurait pu être un frein pour les candidats à l’examen on suspend cette mesure (…), donc il faut apporter des solutions pérennes. Cela veut dire que Conakry a besoin de moyens de transports publics.

Dans certains pays de la sous-région par exemple ils ont encouragé les privés  à acheter des véhicules et qui sont affectés sur un tronçon, ces engins ont la même couleur et le même logo ce genre d’initiatives sont à encourager. La seconde chose, il n’y a aucun moyen de distinction entre une moto personnelle et une moto taxi, elles n’ont aucune couleur d’identification. Comment donc pourrait-on faire une identification. Ensuite cette activité a permis à plusieurs jeunes de sortir du chômage et de l’oisiveté il faut aussi tenir compte de cela. C’est l’incapacité de l’Etat à offrir du travail et des perspectives à la jeunesse qui pousse celle-ci à se déporter sur des activités génératrices de revenus. Le phénomène des Taxis-motos est une illustration parfaite. Donc interdire cela,  c’est de prendre le risque de mettre au chômage une population qui, après tout ne cherche que du travail pour pouvoir exister dans la société. Il faut que le ministre de la sécurité réfléchisse et de ne pas prendre une décision hâtive dont les conséquences pourraient être grave lorsqu’on mettra tous ces jeunes au chômage.

Le dialogue politique fait du surplace. Quand est-ce peut-on trouver un accord pour enfin sortir de cet imbroglio lié au contentieux électoral et installer les maires ?

C’est toute la question (…), est-ce qu’Alpha Condé a eu une fois l’intention de régler un contentieux pacifiquement depuis qu’il est aux affaires.  A chaque fois il joue la montre et il fait semblant de s’y intéresser et de s’en occuper. Dans tous les cas, il apporte par des preuves, soit il est en complicité avec sa mouvance,  ou il n’a aucun contrôle sur le parti qu’il dirige et qui décide en dernier lieu. C’est extrêmement fâcheux mais notre pays fait du surplace et il est en permanence sous tension  qui risque de revenir avec les manifestations de rue que nous allons organiser dans les prochaines semaines.

La Guinée a besoin de paix, de stabilité et de travail mais cela ne peut pas se faire sans justice et sans vérité. Il faut qu’Alpha Condé et son gouvernement choisissent le camp de la vérité et de la justice pour que le pays se stabilise. L’on ne peut pas rêver de stabilité lorsqu’on encourage la fraude, l’impunité et l’injustice. Le président n’a pas changé d’un iota parce qu’il garde la même méthode pour encore tromper l’opposition et l’opinion publique.

Finalement comment s’en sortir puisque les manifestations semblent avoir montré leurs limites avec très souvent ses cortèges de morts ?

Nous sommes à la recherche aussi de solutions efficaces. Nous avons tout essayé, nous avons manifesté, protesté, écrit, rouspété, nous avons fait le dialogue et des compromis. Qu’est-ce qui reste aujourd’hui à l’opposition pour se faire entendre et qui reste à l’opinion publique guinéenne pour que ce président les écoute. Il ne faut pas occulter que ces manifestations ont montré leur efficacité même s’il y a eu des limites (…) mais il faut que ceux qui sont en face soient à l’écoute des angoisses des populations. Ces manifestations n’arrangent personne puisqu’elles plombent l’économie et tendent encore plus les relations politiques et publiques et cela exacerbe les tensions dans notre pays. Il faut vraiment éviter de ramener le pays dans une situation de crises permanentes.

Votre président Cellou Dalein Diallo séjourne en Europe. Il devrait être reçu au palais de l’Elysée après le parlement allemand. Quel message va-t-il délivrer à cette occasion ?

D’abord nous avons fait l’objet de calomnie de la part du gouvernement guinéen qui avait dépêché son ministre de la communication de l’époque Rachid N’Diaye avec un  jeune du trésor public qui disait être proche de Macron, ils ont été à l’hexagone pour exhiber ce qu’ils ont considéré comme des preuves de notre implication dans les assassinats de nos propres militants. Donc cela n’avait rien donné et le chef de l’Etat a voulu par la suite rencontrer le président Macron et qui n’a pas donné de suite.

Il était donc temps pour le chef de file de l’opposition de donner un peu sa lecture de l’actualité, sa lecture de la crise politique guinéenne, sa lecture de la situation guinéenne à l’approche de consultations majeures de notre pays et d’attirer l’attention de la communauté internationale. Celle aussi de solliciter un peu plus l’implication de cette communauté pour aider les guinéens à dépasser ces crises-là, à résoudre leurs problèmes et à préparer au mieux les prochaines consultations électorales.

Donc , il n’y a pas mieux en Europe que Paris, Bruxelles et Berlin (…), donc le chef de file a fait Berlin pour revenir à Paris et Bruxelles pour rencontrer ce qu’il y a de mieux dans la diplomatie de ces pays pour attirer leur attention sur la Guinée.

Interview réalisée par Diallo Boubacar 1

Pour Africaguinee.com

Tel : (00224) 655 311 112

Créé le Mercredi 27 juin 2018 à 9:42

Facebook icon
Twitter icon
Google icon