.

Confidences de la veuve d’Abdoulaye Bah : « lorsqu’on m’a dit qu’il est décédé… »

Facebook icon Twitter icon
Nécrologie
La veuve d'Abdoulaye Bah, Mariama Louise Bah
La veuve d'Abdoulaye Bah, Mariama Louise Bah

DINGUIRAYE-Abdoulaye Bah, le journaliste tué à la suite d’un tragique accident a regagné sa dernière demeure ce vendredi 22 juin 2018 à Dinguiraye peu après la prière de 14heures. Une foule compacte a pris part à l’enterrement de notre confrère dont la mort a suscité un immense émoi au sein de l’opinion publique guinéenne.

La famille éplorée a remercié les autorités guinéennes, les amis et collaborateurs du défunt pour la compassion dont ils ont fait preuve depuis le décès d’Abdoulaye Bah. Sa veuve madame Mariam Louise Bah a encore fait un témoignage glaçant.

« La disparition d’Abdoulaye est une disparition tragique à laquelle je ne m’attendais pas du tout. Lorsque j’ai appris qu’il est décédé, je me suis dite : ‘’écoute, il m’a trahi parce que ce n’est pas ce qu’on s’était dit’’. On était sensé rester ensemble pendant des années, avoir des enfants, des petits enfants ensemble. Mais malheureusement dit Dieu en a voulu autrement. Je m’en remets à la volonté de Dieu. Je ne garde que des beaux souvenirs de lui car j’ai vécu des très beaux moments avec lui. C’est un homme exemplaire, c’est le meilleur mari du monde. J’ai un sentiment de soulagement, je vois que toute la Guinée compatit à notre douleur et je vois que tous les guinéens sans bord politique ni ethnique aimait mon mari. Je suis très fière de lui », a-t-elle témoigné en larmes.

Lire aussi-Abdoulaye Bah : Repose en paix, l’ami de tout le monde…

Le papa du défunt a quant à lui indiqué qu’Abdoulaye Bah n’a jamais été quelqu’un de problématique. « Je remercie Dieu, j’ai mis Abdoulaye au monde, je l’ai inscrit à l’école, depuis que Abdoulaye a pu faire la différence entre gauche et droite, jusqu’au moment où j’ai appris qu’il est accidenté il n’y a pas eu des disputes entre lui et moi. Quand je lui demande de se retourner, il se retourne. Quand je lui demande de partir, il part. Quand je lui demande de s’asseoir, il s’assoit. C’est pourquoi il est parti vous rejoindre là-bas (Conakry ndlr) », a confié le père de notre confrère.

Hadja Fanta Diallo,la tutrice d’Abdoulaye Bah lorsqu’il faisait le Lycée Wouro de Labé décrit un homme paisible. « J’ai vécu avec Abdoulaye pendant 5 ans à Labé. Depuis qu’il est arrivé à Labé, en provenance de Dinguiraye, jusqu’à son départ pour Conakry, personne ne s’est plaint de lui pour dire qu’il l’a fait quelque chose de mauvais. Ça n’a jamais arrivé entre lui et les enfants, entre lui et ses amis et les voisins. Il ne m’a jamais honni et ne m’a jamais fait souffrir. Il ne s’est occupé que de ses études. Il n’a jamais mêlé ses études à de la pagaille et n’a jamais de groupe derrière lui, quelque chose que je n’aimais pas.  Il ne l’a jamais fait jusqu’à son départ de Labé pour Conakry. Son grand père, Thierno Sadou est le grand frère d’Alpha Bodié et, son père et moi, sommes  des enfants de même père, même mère. Abdoulaye Bah m’a donné la paix du cœur, je prie Dieu, qu’il l’accorde son paradis. Il ne m’a jamais honni, que Dieu fasse qu’il n’ait pas honte à l’au-delà. C’est un enfant qui est décédé, que le paradis soit sa dernière demeure », a prié Hadja Fanta Diallo.

Depuis Dinguiraye Oumar Bady Diallo

Pour Africaguinee.com

 

Créé le Samedi 23 juin 2018 à 0:19

Facebook icon
Twitter icon
Google icon