Conakry : de graves accusations contre un service de la Présidence…

Facebook icon Twitter icon
Urbanisme
Vue panoramique du centre ville de Kaloum
Vue panoramique du centre ville de Kaloum

CONAKRY- 40 familles sont sommées de déguerpir de leur lieu d’habitation sise à Boulbinet, un quartier insalubre situé dans le centre-administratif et des affaires de la capitale, Kaloum.

Le Patrimoine Bâti-public, un service qui relève de la présidence de la République serait  derrière cette affaire qui fait grand-bruit. Un délai d’une semaine a été donné aux occupants de vider les lieux. Ces victimes, la plus part des fonctionnaires de l’Etat dénoncent l’affairisme et  la corruption des agents du patrimoine bâti.

Selon nos informations, un dédommagement de 50 millions de francs guinéens a pourtant été proposé aux résidents. Mais, ils brandissent des contrats et demandent d’être recasés ailleurs par l'Etat. 

En colère, un occupant de cet immeuble depuis 8 ans s’insurge contre un réseau d’agents corrompus tapis au Patrimoine Bâti- public qui tireraient les ficelles.

Ils estiment qu’il n’y a aucune raison valable qui justifierait leur  déguerpissement à l’approche de la saison pluvieuse.

«Ils sont venus nous dire que le bâtiment va tomber nous allons mourir si on ne quitte pas.  Libérer un bâtiment de l’Etat ce n’est pas un problème mais on doit nous montrer où aller. Ils nous proposent  50 millions. Depuis six mois, on essaie de les convaincre que l’immeuble est solide. En vain. Il y a un réseau de forte corruption », a fustigé Alpha Kabinet Doumbouyah.

Même cris de cœur chez un autre père de famille qui  conteste cette décision visant à les faire quitter de leur logement. 

« Ils ne veulent pas aider la Guinée. Le patrimoine bâti veut remplir leur poche. Ils sont là pour servir la population, ce n’est pas  pour reprendre des bâtiments de l’Etat. On veut remettre ce bâtiment à la Turquie, pourtant il y a d’autres  bâtiments.  Chacun de nous ici à un contrat et le Président avait dit que personne ne doit quitter avant  les 20 mille logements sociaux. Maintenant on nous dit de quitter en  cette saison pluvieuse et nos enfants doivent bientôt faire leurs examens. Comment on va faire ?  », s’insurge M.  Sankoumba Doukouré.

A suivre…

BAH Aissatou

Pour africaguinee.com

Tél : (00224) 655 31 11 14

 

Créé le Mercredi 13 juin 2018 à 22:51

Facebook icon
Twitter icon
Google icon

TAGS