Gratuité de l'accouchement: une promesse d'Alpha Condé foulée au sol à Nzérékoré...

Facebook icon Twitter icon
Santé maternelle
Des femmes dénoncent la cupidité des agents de santé à l'hôpital de Nézérékoré
Des femmes dénoncent la cupidité des agents de santé à l'hôpital de Nézérékoré

NZEREKORE-Nombreuses sont les femmes qui ne sont pas du tout contentes du comportement des agents de santés dans les différents centres hospitaliers de Nzérékoré. Elles ont dénoncent l'attitude des agents corrompus dans les hôpitaux alors que l'accouchement, la césarienne ont été promis gratuits par le chef de l'État.

Lire aussi- Sud de la Guinée : Le trafic de bois, un business ravageur passé sous silence…

Interrogées, ces femmes expliquent les problèmes auxquels elles sont le plus souvent confrontées dans des centres de santé. "Les autorités ont dit que l'accouchement est gratuit qu'on ne doit rien payer. Mais cela n'est pas du tout respecté dans nos hôpitaux. Quand tu envoies une femme en état de famille ils te demandent de l'argent. Moi je suis allée accompagner ma petite fille ils m'ont réclamé 150.000fg pour son accouchement", explique une femme que nous avons interrogé.

« Quand nous nous sommes allés la nuit, nous avons trouvé les agents de garde n'étaient pas venus encore. Celles que nous avons trouvé sur place ne se sont pas intéressées à nous alors que j'étais avec une femme épuisée. Elles ont dit qu'elles avaient déjà fini de prendre garde et qu'elles ne pouvaient plus rien pour nous. Elles nous ont demandé d'attendre ceux qui doivent venir. C'est un monsieur heureusement qui est venu s'occuper de la petite. Après son accouchement, ils ont demandé une somme de 120.000 qu'ils ont partagé entre eux là-bas. Même le caoutchouc sur lequel la femme se couche ont te demande de payer », dénonce une autre.

Selon les témoignages que nous avons recueillis, les prix diffèrent entre un jeune garçon et une fille. Le garçon coûte plus cher que les filles dans ces centres.

" Après avoir payé 60.000fg pour les vaccins, quand ma fille a accouché un garçon, ils m'ont dit de payer 70.000fg. Je n'avais que 50.000fg. Je les ai supplié. Ils m'ont dit que le garçon coûte plus cher que la fille donc il faut forcément que j'envoie les 70.000. Il a fallu que je sorte aller trouver une dette pour venir compléter cet argent. Ce qui est matant quand ta fille accouche ont te dit carrément que si tu n'envoies pas l'argent. Tant que tu n’envoies pas l’argent, tu n'as pas accès au bébé. Et ils t'interdisent également de les dénoncer ", témoigne une vieille dame.

Le Directeur de l'hôpital régional de Nzérékoré s'est dit étonné de tout ce qui se passait en coulisse entre ces femmes et les agents en charge des accouchements. Il a rassuré les femmes de la gratuité de ces soins et promet prendre des sanctions contre des agents qui n'obéissent pas à cette promesse du chef de t'Etat.

" Je suis vraiment étonné de ce qui se passe en coulisse entre vous et les agents. Mais le malheur est qu'ils ont des complices parmi vous qui refusez de les dénoncer. Si non le président a bien dit: l'accouchement, la césarienne sont gratuits. Donc quiconque vous demande de l'argent dites-lui je refuse vas dire à ton directeur de te donner l'argent. Parce qu'ils ont même des primes particulières à cause du fait que ces accouchements sont gratuits. Donc si moi je prends quelqu'un dans cette fraude, je le suspends et je le chasse de l'hôpital ", a rassuré le Docteur YamoussaYoula.

Un autre facteur prime dans cette affaire. C'est le cas de la multiplication intense des cliniques non agréés dans la cité. " Aujourd'hui, dès que quelqu'un fini seulement la santé, il ouvre une clinique et commence à tout faire là-bas alors qu'il n'a pas les compétences. Et le plus souvent nos mamans aiment  fréquenter ces cliniques que de venir dans les grands  hôpitaux. Ces personnes ne refusent pas même quand elles savent qu'elles ne peuvent pas faire le boulot. Quand il y'a maintenant un problème on dit les agents de la santé. Il faudrait que vous acceptiez de venir à l'hôpital pour vos soins afin de respecter les procédures ", conseille Docteur SokpoThéoro, la Directrice Préfectorale de la Santé de Nzérékoré.

A suivre…

SAKOUVOGUI Paul Foromo

Correspondant régional d'africaguinée.com

A Nzérékoré

Tel. (+224) 628 80 17 43

Créé le Lundi 11 juin 2018 à 10:27

Facebook icon
Twitter icon
Google icon