Oyé Guilavogui parle : « Aboubacar Sylla ne peut pas prétendre me remplacer… » (Interview exclusive)

Facebook icon Twitter icon
Interview
Oyé Guilavogui, Ministre d'Etat à l'environnement
Oyé Guilavogui, Ministre d'Etat à l'environnement

CONAKRY- Silencieux depuis l’annonce de son retour dans le Gouvernement, Oyé Guilavogui vient de faire des révélations. Pourquoi le nouveau Ministre d’Etat à l’environnement ne voulait pas quitter le Département des transports ? Oyé Guilavogui a t-il mis la pression sur Alpha Condé ? Quel est son secret ? Nous avons reçu pour vous le nouveau Ministre d’Etat en toute exclusivité…

 

AFRICAGUINEE.COM : Quelles sont vos premières impressions après votre nomination à la tête du Ministère de l’Environnement, des eaux et forêts ? 

OYE GUILAVOGUI :J’ai une impression de satisfaction. Je suis très heureux et je prie le Tout-puissant de m’aider à être à la hauteur de la tâche qui m’a été confiée. Je prendrai service demain à 14 heures. J’estime que les jours qui vont suivre, je vais m’attaquer au boulot qui m’attend. Parce que c’est quand même un département costaud, transversal. Donc, il y a beaucoup de taches qui m’attendent. J’ai déjà parcouru la feuille de route qui a été assignée à mon prédécesseur. Donc, je prie Dieu qu’il me donne la force nécessaire pour pouvoir boucler ce programme. 

Votre nomination à ce département qui avait déjà un occupant suscite assez de réactions. Il se dit que vous avez refusé d’occuper le département de l’élevage pour exiger un autre. Qu’en est-il ? 

Non. Je n’ai jamais exigé un autre département. J’ai dit que je ne vais pas à l’élevage à cause de la façon dont j’ai été envoyé là. C’est tout. Il n’y a rien d’autre. C’est une décision personnelle. Mais je n’ai pas dit qu’il faut un autre. 

Mais est-ce qu’il n’y avait pas un motif particulier qui justifiait ce refus ? 

Le motif, tout le monde le sait. J’ai dit que quelqu’un d’autre qui a passé tout son temps à combattre le régime, à nous insulter, ne peut pas prétendre me remplacer dans le Département. Il dit qu’il faut absolument qu’il soit à ce Département, j’ai dit non. C’est la seule motivation. Je n’ai jamais demandé à ce que je sois à l’Environnement ou ailleurs. C’est tout. Et ça je ne l’ai pas fait de manière cachée. Tout le monde l’a su. Là où il refuse, on me demande d’aller là, j’ai dit non. 

Pourtant on dit que certains notables de Kindia ont eu une grande influence pour favoriser votre nomination au département de l’environnement…

Ce sont des histoires. Mes gens qui ont demandé de venir afin qu’ils fassent des prières et des sacrifices pour moi (…). Ce qui est tout à fait traditionnel, normal. On a choisi le samedi, tout Kindia était là. Ils ont fait un gros sacrifice et des prières pour moi. 

Voulez-vous dire qu’il n’y a eu aucune pression derrière votre nomination ? 

Mais quelle pression peut-on avoir sur un Chef de l’Etat ? Il a un pouvoir discrétionnaire. Il met celui qu’il veut à la place qu’il veut. Il ne peut pas avoir de pressions. Ce n’est pas vrai. Les gens racontent du n’importe quoi. Il est libre dans sa pensée. 

Je remercie toute la population qui m’a soutenue. Au moins ça m’a permis d’évaluer mon utilité sociale. C’est ce que je tire comme leçon dans cet évènement, depuis le jour qu’on m’a enlevé jusque maintenant. Avec toutes les prières dont j’ai bénéficiées, franchement je ne souhaite pas que ce genre d’évènements se reproduisent, mais ça m’a permis au moins de savoir ce que je représente dans la société. 

Je salue la population de Kindia, je lui suis très reconnaissante. Parce que jusqu’au samedi, ils ne font que faire des prières. Ce qui donne le courage de faire beaucoup plus que ce soit à Kindia qu’en forêt, à Macenta précisément. 

 

Entretien réalisé par Diallo Boubacar 1

Pour Africaguinee.com

Tél. : (00224) 655 311 112

Créé le Mardi 05 juin 2018 à 20:03

Facebook icon
Twitter icon
Google icon