Grave crise d'eau à Mamou: Des citoyens haussent le ton!

Facebook icon Twitter icon
Echos de nos régions
Crise d'eau à Mamou
Crise d'eau à Mamou

MAMOU-Les citoyens de plusieurs quartiers de Mamou soufrent le martyr pour trouver de l’eau potable qui est devenue une denrée très rare dans la commune urbaine. Les populations menacent de se faire entendre si la crise n’est pas résolue dans un bref délai.

Plusieurs quartiers ne reçoivent pas les signaux de la Société des Eaux de Guinée « SEG » qui,  par deux semaines ne fournit qu'une seule ou deux fois de l'eau à ses clients. Le peu d’eau qui suinte dans les robinets ne vient que tard la nuit.

Certains citoyens parcours plusieurs kilomètres pour avoir de l’eau. C’est le cas de Mr Oumar Barry enseignant de profession et domicilié au quartier Boulbinet.

« Quand je reviens du travail, je prends les enfants dans mon véhicule pour aller chercher de l’eau. Parfois nous partons jusqu’à 8 km pour puiser les bidons. C’est regrettable parce-que nous payons régulièrement nos factures au niveau de SEG. Ici on ne peut pas se laver matin et soir même si nous le voulons. Pourtant ici c'est au Fouta on ne connaissait pas ça auparavant », s’est plaint cet enseignant.

Lire aussi-Fait inédit à Mamou : battue par son mari, elle met le feu sur la maison familiale…

Cette ménagère explique parfois l’eau de pompe peut faire jusqu’à 20 jours sans venir même une seule fois. Madame Kadiatou pointe du doigt aux responsables de la société et avertit.

« Parfois on peut faire ici 20 jours sans voir l'eau de pompe. On souffre ici vraiment. Les travailleurs de la SEG sont les premiers responsables de cette pénurie. Nous à Tambassa on ne fait que gaspiller notre argent. L’eau ne traverse pas nos tuyaux. Mais on va très bientôt se lever nous aussi », prévient cette dame.

Plus de 15 dans les 28 quartiers de Mamou sont confrontés à des difficultés d’approvisionnement en eau potable. Les citoyens qui menacent d'investir les rues dans les jours à venir demandent au directeur préfectorale de la SEG de trouver une solution le plus vite que possible.

Malgré nos multiples tentatives d’interroger le premier responsable de la dite société nos efforts sont restés vains. Pour lui le moment n’est pas opportun d’abord. «  Quand les choses rentrerons dans les normes nous aurons quelques choses à dire » a-t-il dit.

Habib Samake

Correspondant régional

D'africaguinee.com à Mamou

Tel : (00224) 623 093 998

 

Créé le Vendredi 25 mai 2018 à 11:29

Facebook icon
Twitter icon
Google icon

TAGS