.

Le Portugal redevient un pays attractif pour l'immigration

Facebook icon Twitter icon
Immigration

Avec une croissance en hausse et un chômage au plus bas, l'embellie économique a permis au Portugal de redevenir un pays attractif pour la main d'oeuvre étrangère après avoir connu une émigration importante pendant la crise financière de 2011.

"Après des vacances au Portugal l'année dernière j'ai constaté qu'il y avait pas mal d'opportunités d'emploi!", a confié à l'AFP Angelo Neto, un Brésilien de 40 ans, directeur marketing dans une entreprise portugaise de bâtiment.

"Alors que mon pays sombre dans la crise, le Portugal connaît une reprise économique incroyable", a raconté ce cadre dynamique, qui a emménagé à Lisbonne il y a un peu plus d'un an, avant de faire venir sa femme et ses deux enfants de 9 et 15 ans l'été dernier.

Aujourd'hui la société qui l'emploie, avec un carnet de commandes bien rempli, s'apprête à se développer à l'international, avec l'Espagne et le Qatar en ligne de mire.

"C'est pour les aider dans ce projet que j'ai été recruté. J'ai tout de suite été séduit", raconte-t-il, lunettes de soleil et téléphone portable à la main.

A l'instar de ce cadre, ils sont nombreux à s'intéresser aux nouvelles opportunités offertes par l'économie portugaise, sortie de la crise en 2014, trois ans après un plan d'aide européen de 78 milliards d'euros de prêts.

Traditionnellement pays d'émigration, le Portugal a accueilli l'année dernière près de 30.000 étrangers, selon les données de l'Institut national des statistiques (Ine). Environ 400.000 étrangers résidaient déjà dans le pays en 2016, selon le Service des étrangers et frontières (SEF) qui publiera un rapport plus détaillé en juin.

C'est en 2016 que s'opère le tournant, selon les données du SEF. Le pays tourne alors la page de la crise qui a poussé de nombreux Portugais à émigrer et des immigrants installés au Portugal à repartir vers d'autres pays.

"On assiste aujourd'hui à une diversification des profils avec une migration plus qualifiée que celle qui avait lieu avant la crise", a expliqué à l'AFP Jorge Malheiros, chercheur à l'Institut de géographie et d'aménagement du territoire.

En plus des Européens, majoritairement attirés par une fiscalité avantageuse, "le pays a fait revenir les Portugais qui étaient partis pendant la crise. Hors Union européenne, les migrants viennent surtout de pays africains de langue portugaise, d'Asie mais surtout du Brésil", a-t-il ajouté.

Au Portugal, la reprise économique a même entraîné une pénurie de main d'oeuvre dans les secteurs du tourisme, de l'hôtellerie et de la construction.

Entre 2009 et 2015 le bâtiment a perdu 260.000 salariés, "aujourd'hui il y a 170.000 postes à pourvoir", a dit à l'AFP Rui Campos, président de la principale association portugaise des industriels de la construction (AICCOPN).

Le pays ibérique, qui est parvenu à rebondir après la crise de la dette en 2011, a enregistré en 2017 une croissance de 2,7%, la plus forte depuis 2000, et un taux de chômage à 7,6% en février, le niveau le plus bas depuis 14 ans. Pour 2018, le gouvernement table sur une croissance de 2,3% et un taux de chômage à 7,6%.

Au premier trimestre 2018, la croissance a toutefois ralenti, avec un PIB en hausse de 0,4%, contre 0,7% sur les trois derniers mois de 2017, selon une estimation publiée par l'Ine. Un ralentissement qui s'explique notamment par un recul de la demande extérieure.

"Ces chiffres ne sont pas décevants", a estimé l'économiste Rui Barbara de la banque Carregosa ajoutant: "Il est normal que la croissance soit plus importante dans la phase initiale" de la reprise, après "cela devient plus difficile de croître" au même rythme.

 

 AFP

Créé le Mercredi 16 mai 2018 à 23:08

Facebook icon
Twitter icon
Google icon