Obsèques d’Elhadj Doura : témoignage glaçant de sa veuve Hadja Ramatoulaye…

Facebook icon Twitter icon
Kidnapping à Conakry
Hadja Ramatoulaye, l'une des veuves laissées par Elhadj Abdourahmane Diallo
Hadja Ramatoulaye, l'une des veuves laissées par Elhadj Abdourahmane Diallo

DALABA- ils étaient des milliers de personnes à s’être déplacées ce dimanche 13 mai 2018 à Bindy (Dalaba) pour prendre part à l’inhumation d’Elhadj Abdourahmane Diallo, l’opérateur économique décédé dans les mains de ses ravisseurs.

Parents, amis, collaborateurs et opérateurs économiques,  autorités ont rallié le district de Bindy, situé à 36 kilomètres de Dalaba centre pour accompagner la dépouille d’Elhadj Doura à sa dernière demeure aux environs de 16 heures. Cet opérateur économique kidnappé le 5 décembre a été inhumé dans son village laissant derrière des habitants meurtris et inquiets pour l’avenir du village. Puisque c’est un pilier qui vient de s’écrouler dans des circonstances  odieuses.

Hadja Ramatoulaye, l’une des quatre épouses d’Elhadj Dura Bindy a rappelé les derniers moments passés avec son mari. Son témoignage est pathétique : «  le jour de son enlèvement, il s’est réveillé le  matin pour prier au salon. A 5 heures comme d’habitude, il vient taper toutes les portes afin qu’on se lève pour la prière. Ce jour, il est venu taper à ma porte me disant Hadja lève-toi il est l’heure de la prière. J’ai entendu ses pas descendre les escaliers de la maison jusqu’à la porte du salon qu’il a ouverte et refermer à clé avant d’ouvrir le portail de la cour pour la mosquée. Selon les explications dehors il y avait un jeune posté là à moto qui a salué mon mari. C’est au niveau du carrefour qu’ils ont étranglé mon mari, ils s’entraident pour le mettre dans le véhicule pour l’envoyer. C’est après la prière de l’aube que des fidèles ont retrouvé, les chaussures, le bonnet ainsi que le chapelet de mon mari. Certains sont venus nous dire qu’ils n’ont pas vu Elhadj dura à la mosquée, nous avons dit il était parti pourtant, il nous demande de vérifier s’il n’est pas retourné à la maison. Il n’y était pas. Du coup ma coépouse et moi sommes sorties de la maison en vitesse pour savoir de quoi il s’agit. Certains étaient déjà au carrefour où ses affaires ont été abandonnées. Nous sommes venues jusque-là reconnaitre ses affaires avant de retourner à la maison le cœur serré. Nous n’avons plus eu des nouvelles sauf sa dépouille retrouvée » a déclaré son épouse qui demande aux gens de le pardonner et essuyer les larmes.

Diallo Thierno Boubacar, porte-parole de la famille se dit consolé :  «  mon père a été kidnappé depuis le 5 décembre 2017. C’était vraiment un sentiment de tristesse, un moment difficile à supporter. Aujourd’hui je peux le dire sans hésiter je suis animé d’un sentiment de joie parce que la mort peut frapper à tout moment sans prévenir. L’objectif c’était de retrouver mon père sain et sauf, ma joie est du fait qu’on a retrouvé son corps pour l’enterrer dignement auprès de ses parents au village. Ce qui fut fait (…)Nous nous avons coopérer pour être là aujourd’hui, le plus difficile est déjà fait avec la gendarmerie, il reste pour la justice, ceux qui sont en cavale seront arrêtés aussi, c’est certain » a déclaré Thierno qui remercie le president de la République et la gendarmerie.

Lire aussi-Guinée : Elhadj Doura sera inhumé ce dimanche à Dalaba…

Certains habitants ont fait des témoignages pathétiques sur le vieux disparu. Alimou Bindy Sow, habitant de BINDY meurtri rappelle certains bienfaits d’Elhadj Dura pour son village.

« Nous prions Dieu de nous donner d’autres personnes comme Elhadj dans ce village mais ça ne sera pas facile. Bindy était un secteur, il a lutté pour qu’on devienne un district. Moi qui vous parle sans Elhadj Dura je ne serai pas à l’école, il a construit l’école primaire, le collège, une école franco-arabe, des logements pour les fonctionnaires pour les motiver à rester, il a mis beaucoup des ponts et tracé des routes pour désenclaver le village. La mosquée c’est son œuvre aussi. C’est un pilier pour le village. De 1984 en 2010, il payait les impôts pour tout le monde, personne n’a payé les impôts à Bindy jusqu’à suppression en 2010. Vous avez fait le constant tout le monde est triste parce elhadj représentait beaucoup pour notre village et la Guinée toute entière. A Conakry aussi c’était lui notre doyen d’âge. Ceux qui l’ont tué Dieu vont payer » témoigne ce jeune ressortissant en Sanglot.

Elhadj Abourahmane Diallo a eu 32 enfants dont 29 vivants et laisse derrière lui quatre 4 veuves. Plusieurs opérateurs économiques ont éffectué le déplacement pour prendre part à ses obsèques. On notait la présence d’Elhadj Alseny Dalaba, Alpha Amadou Kourou, Elhadj Sagalé, Bobo Hong kong, Elhadj Mountagha, Alpha Barry Boké.

Alpha Ousmane Bah

Pour africaguinée.com

Tel : (00224) 664 93 45 45

 

 

Créé le Dimanche 13 mai 2018 à 23:06

Facebook icon
Twitter icon
Google icon

TAGS