Aboubacar Soumah : « Nous déclencherons une nouvelle grève… »

Facebook icon Twitter icon
Crise sociale en Guinée
Aboubacar Soumah
Aboubacar Soumah

CONAKRY-En plus de la crise politique qui frappe le pays, la Guinée risque de plonger à nouveau dans une nouvelle crise sociale aux conséquences imprévisibles. Aboubacar Soumah le leader syndical qui a conduit la grève des enseignants en janvier et février dernier vient de lancer un ultimatum au Gouvernement. 

Le secrétaire général du SLECG qui s’est confié ce mercredi 2 mai 2018 à notre rédaction a averti que si les négociations autour du salaire de base ne s’ouvre pas le vendredi 04 mai, son organisation sera obligée de déclencher une nouvelle grève. 

Le syndicat de l’Education réclame un salaire de base de huit millions de francs guinéens, soit 800 euros par mois. Une prétention salariale jugée déraisonnable au sein même du certains mouvements syndicaux rivaux du SLECG. Mais fort du soutien de la base, Aboubacar Soumah affiche une fermeté. « Si les négociations ne s’ouvrent pas après le 04 mai, nous déclencherons la grève », a menacé Aboubacar Soumah.

Le mouvement syndical guinéen est déchiré par un bicéphalisme mêlé de guerre d’égo et de leadership. La guerre pour le contrôle du SLECG fait rage. Dans ce contexte le Gouvernement guinéen fait face à un dilemme cornélien. Faut-il reconnaître la légitimité d’Aboubacar Soumah et négocier avec lui ? Les deux grandes centrales syndicales du pays (USTG-CNTG) vont-elles gober ça ? 

L’équation semble compliquée pour le gouvernement d’Alpha Condé. Et les incidents survenus entre leaders syndicaux ce 01ermai au palais du peuple n’augurent rien de bon. Les risques de voir la Guinée replonger dans une nouvelle crise sont réels. 

 

Africaguinee.com

Créé le Mercredi 02 mai 2018 à 16:53

Facebook icon
Twitter icon
Google icon