Remaniement ministériel : Et si c’était Sidya Touré l’obstacle d’Alpha Condé ?

Facebook icon Twitter icon
Politique
Sidya Touré et Alpha Condé au Palais Sékoutoureya
Sidya Touré et Alpha Condé au Palais Sékoutoureya

CONAKRY- Engagé dans une « alliance virtuelle » avec le Président Alpha Condé, le leader de l’Union des Forces Républicaines serait prêt à couper le cordon ombilical qui le lie au RPG Arc-en-ciel si ses préoccupations ne sont pas prises en compte par le locataire du Palais Sékoutoureya.

Près de deux mois après avoir annoncé la formation d’un nouveau Gouvernement, Alpha Condé peine encore à prendre son décret. Au delà des consultations qu’il avait entamées avec ceux qu’il a qualifiés de majorité silencieuse, le locataire du Palais Sékoutoureya est confronté à une sérieuse difficulté. Comment ménager son Haut Représentant.

Sidya Touré qui a déjà déclaré ne pas être intéressé par la Primature, est contre l’arrivée de Kassory Fofana à la Primature. Au delà du leader du parti « GPT », Sidya Touré ne veut pas n’importe quel Premier Ministre. Il milite d’ailleurs pour le maintien de Mamady Youla au Palais de la Colombe.

Il est vrai que l’UFR ne dispose que d’un seul Ministre dans l’actuel Gouvernement. Mais tout « mauvais » choix d’Alpha Condé dans le choix de son Premier Ministre entraînerait son divorce avec Sidya Touré. Or, le PRG Arc-en-ciel a besoin de nouer des alliances avec l’UFR pour gagner la tête des mairies de plusieurs circonscriptions ; Aussi bien à Conakry que dans certaines villes de l’intérieur du pays.

Selon une source proche de l’Union des Forces Républicaines, Sidya Touré serait formel. Il est prêt à tourner le dos à Alpha Condé si ses préoccupations ne sont pas prises en compte. L’actuel Haut Représentant du Chef de l’Etat ne cache plus son opposition face à certaines positions de la majorité présidentielle. Sidya Touré prône d’ailleurs la reconnaissance du centre, ce qui éviterait la bipolarisation de la scène politique guinéenne.

Très rusé en politique, Alpha Condé attendait certainement l’installation des nouveaux élus à la tête des mairies avant de former son nouveau Gouvernement. Comme ça, la colère de l’UFR aurait moins d’impact pour son parti.

C’était certainement sans compter sur l’engagement et la détermination de l’opposition qui dénonce encore les résultats définitifs des élections du 4 février dernier. Sa série de manifestations risque encore de fausser les calculs politiques d’Alpha Condé.

 

Amadou Diallo

Pour Africaguinee.com

Créé le Mardi 01 mai 2018 à 18:19

Facebook icon
Twitter icon
Google icon