Salam Sow : « Ce que je demande à l’Etat… »

Affaire cité Coléah
Abdoul Salam Sow
Abdoul Salam Sow

CONAKRY- L’ancien sociétaire du Syli National de Guinée Abdoul Salam Sow sommés de déguerpir de sa villa située à la cité des fonctionnaires sise au quartier  Coléah vient de lancer un appel à l’Etat.

Comme lui, environs de 75 familles sont sous menace de déguerpissement de ces lieux  d’ici trois mois à compter du mois de Février dernier. Alors que l’ultimatum arrive presqu’à termes, Sow Abdoul Salam confie son sort à l’Etat.

‘’ Nous sommes en stand-by et attendons la nouvelle décision des autorités. Ce sont eux qui sont venus au mois de février nous déposer un préavis, on les attend », confie l’ancien golden-boy à Africaguinée.com. Pour l’heure, il affiche une sérénité tout en rappelant que le terrain qu’il occupe lui a été rétrocédé par les autorités  sous le régime du Général Lansana Conté.

Lire aussi-Conakry : la grosse colère des occupants de la "cité fonctionnaire" contre le Gouvernement…

‘’ J’ai  acheté  ce terrain  en 1996, ce n’est qu’en 2001 que j’ai reçu le titre foncier. Ce titre foncier aussi, comme on dit souvent en tant que croyant, c’est l’actuel ministre d’Etat Kassory Fofana, à l’époque ministre sous le régime de Lansana Conté qui avait signé à main levée ce titre foncier de la maison de Coléah.  En ce qui me concerne d’ailleurs je rappelle ici que le Général Toto qui a été ministre sous la transition et même de Alpha Condé était passé me voir à l’époque pour me parler d’un projet de construction de logements sociaux dans le quartier Coléah. Avec un grand respect, il m’a expliqué et montré un plan, après reconstruction où doit se situer ma parcelle. Mais par rapport à ce qui se passe aujourd’hui, c’est  la manière qui laisse à désirer. Les autorités de maintenant ne sont jamais rentrées en contact avec les habitants des lieux (…), venir du jour au lendemain dire aux gens qu’ils doivent quitter les lieux  c’est horrible’’ s’insurge l’ancien international guinéen.

Le golden-boy, serein au bout du fil n’exclut pas de rencontrer le président de la République Alpha Condé pour lui parler de ce problème.

‘’ Nous ne sommes pas sous-guinéens et je demande à l’Etat de bien réfléchir (…), en 1996, quand je jouais par exemple, tous ces jeunes ministres aujourd’hui étaient quoi ?  Je demande alors à ces cadres de bien réfléchir, puisqu’on est assis sur un volcan. Avec le chef de l’Etat, je parlerais surtout du collectif de ceux qui vivent en ces lieux  puisque je ne dois pas m’écarter de mes voisins car il est aussi temps qu’on se serre les coudes et qu’on avance ensemble’’, déroule Abdoul Salam Sow.

Affaire à suivre….

BAH Boubacar LOUDAH

Pour Africaguinee.com

Tel : (+224) 655 31 11 13

 

Créé le Samedi 28 avril 2018 à 15:06

TAGS