.

Conakry : l’Université Roi Mohamed VI veut adapter son programme aux besoins du marché d’emploi…

Facebook icon Twitter icon
Education

CONAKRY- L’Université Roi Mohamed VI de Conakry veut adapter son programme d’enseignement aux besoins du marché de l’emploi. C’est dans cette optique qu’elle a ouvert ce jeudi 26 avril 2018 un atelier de validation des métiers et compétences. L’objectif visé est d’améliorer les compétences de ses étudiants à travers la réforme des programmes dispensés. 

L’organisation de cet atelier découle d’une enquête qui a duré deux ans. Les responsables de cette Université ont pu constater au terme de cette enquête beaucoup de manquements au niveau de leur formation. C’est pour pallier à ces manquements que cette institution d’enseignement supérieur a initié ce projet. Toutes les universités et instituts partenaires de l’Université Roi Mohamed VI ont effectué le déplacement pour prendre part à cette rencontre du savoir. Il s’agit de l’Université française de Guinée, l’université de Makény de la Sierra Léone, l’institut des Mines de Marrakech et l’Ecole nationale supérieure des mines de Rabat

 « Notre Université a engagé un vaste programme de reforme de ses programmes. Cet atelier est issu d’une enquête d’employabilité que nous avions menée auprès de deux cent entreprises de la place couvrant tous les secteurs socioprofessionnels. Ces secteurs couvrent tout ce qui est agroalimentaire, agro foresterie, banque et assurance, marketing, journalisme, NTIC, ingénierie, mines, bâtiment, BTP, transport, logistique. C’est pourquoi nos attentes sont énormes. A la fin de cet atelier, nous allons avoir un référentiel des métiers et des compétences. Une fois que ces compétences seront validées, nous allons les transformer en cours de formation. Donc au sein de l’Université, nous allons avoir des programmes innovés et adaptés aux besoins des entreprises », a expliqué Dr Diaka Sidibé chef de département d’une des facultés de cette Université.

Lire aussi-Guinée : l’université Roi Mohamed VI veut révolutionner l’enseignement supérieur…

Le fondateur de URoi Mohamed VI de Conakry revient sur les raisons qui l’ont poussé à organiser cet atelier. M. N’faly Mara ne manque pas d’ambitions pour son Université.

« Je constate que malgré sa performance de recrutement des bacheliers, notre Université ne remplit pas toutes les missions des grandes Universités. Dans les 5 prochaines années elle devrait résoudre tous les problèmes qui freinent son développement et devenir la plus grande université de notre pays. Dans les 10 prochaines années, l’université Roi Mohamed VI devrait se hisser aux rangs des meilleures Universités ouest-africaines et avoir ses propres sources de financement de ses activités pédagogiques et scientifiques », a déroulé le fondateur de l’université Roi Mohamed VI.

Présent à cet atelier, l’Ambassadeur du Maroc en Guinée, Idriss Ibrahim, a annoncé que le Maroc accordera 100 bourses d’études à la Guinée chaque année au lieu de 60. 

 « Lors des deux dernières visites du Roi marocain en Guinée, en 2016 et 2017, on a pu signer 32 accords. Dans ces accords il y a un volet qui concerne l’enseignement. Vous savez aussi les étudiants guinéens au Maroc sont nombreux, ils sont là depuis les années 70. Nous sommes à plus de mille étudiants boursiers qui sont passés par le Maroc. Ils sont quelques cinq cent qui sont aujourd’hui au Maroc, qui sont boursiers. Je parle des boursiers, je ne parle pas des autres personnes qui vont s’inscrire librement. (…) Depuis l’année dernière, au lieu de 60 bourses par an, on donne 100 bourses », a  indiqué l’ambassadeur du royaume chérifien. 

Il faut rappeler que cet atelier se tiendra du 26 au 29 avril 2018.

 

Oumar Bady Diallo

Pour Africaguinée.com

Créé le Vendredi 27 avril 2018 à 17:02

Facebook icon
Twitter icon
Google icon

TAGS