Guinée : Qu’est devenu le Front pour l’Alternance Démocratique ?

Facebook icon Twitter icon
Opposition
Jean Marc Teliano, Aboubacar Sylla et Mouctar Diallo
Jean Marc Teliano, Aboubacar Sylla et Mouctar Diallo

CONAKRY- Que mijote le Front pour l’Alternance Démocratique (FAD) ? Près de neuf mois après sa création par quelques partis politiques issus des rangs de l’opposition guinéenne, ce mouvement politique a très tôt disparu des radars. Que reste-il alors de cette alliance scellée entre trois acteurs de la politique guinéenne ?

Ce front qui est composé de trois leaders de partis politique, Jean Marc Teliano, le député Aboubacar Sylla, Mouctar Diallo nage en eau trouble depuis quelques mois.

Pour répondre à cette énigme, le président du Rassemblement pour le Développement intégré de la Guinée (RDIG), Jean Marc Teliano, a plutôt parlé de repli tactique de la part des membres leaders de cette frange politique de l’opposition guinéenne. Selon l’ancien ministre de l’Agriculture, ‘’tout se passe bien’’ entre les membres du FAD.  

‘’ Certes il y a un moment où nous ne siégeons pas mais nous avions initié une rencontre afin que nous puissions échanger sur le processus socio-politique du pays. Nous allons-nous retrouver pour en parler.  Mais restez tranquille, il n’y a aucune scission au sein du FAD, on s’était rencontré au mois de Mars et nous avions échangé sur plusieurs sujets’’, a expliqué le candidat du RDIG à la présidentielle de 2010. 

Selon Jean Marc Teliano, le FAD est toujours dans l’opposition. C’est pourquoi, dit-il, les prochaines rencontres de l’opposition seront mises à profit pour une petite refonte au sein de cette mouvance.

 ‘’ Il sera question de parler de nouvelles propositions en ce qui concerne la dénomination de l’opposition Républicaine, avec le comité de réflexion on verra si nous pouvons convenir sur un nom autour duquel tout le monde sera consentant pour que le combat continue. Des personnes comme Aboubacar Soumah, proche de la mouvance présidentielle qui se réclame toujours de l’opposition et tout comme l’UFR aussi qui réclame toujours son appartenance à cette même opposition, afin de trouver une solution intermédiaire pour que nous puissions souffler dans la même flûte’’, a promis le leader du RDIG, tout en réitérant qu’il y a mieux à faire d’ailleurs que de parler du FAD puisque pour lui la démocratie en Guinée est malade et en panne.

‘’ On ne peut pas comprendre que depuis le 04 février dernier qu’aucun élu n’ait été installé. Ceci n’est que l’émanation d’un groupuscule qui existe au sein du RPG qui tord le cou à la loi’’, a conclu l’ancien allié du président Alpha Condé.

 

BAH Boubacar LOUDAH

Pour Africaguinee.com

Tél. : (+224) 655 31 11 13 

Créé le Mercredi 25 avril 2018 à 14:15

Facebook icon
Twitter icon
Google icon