Guinée : radié de l'armée, un militaire lance un appel à Alpha Condé…

Facebook icon Twitter icon
Armée
Alpha Condé, le Président guinéen
Alpha Condé, le Président guinéen

CONKARY- Adjudant Ibrahima Sylla a été radié des effectifs de l’armée guinéenne avec trois de ses camarades d’armes après avoir été condamnés par la justice en 2017. Ce sous-officier père de deux enfants et marié à deux femmes dont l’une enceinte, lance un appel particulier au commandant en chef des forces armées, le Président Alpha Condé. Entretien.

AFRICAGUINEE.COM : Adjudant Ibrahima Sylla dites-nous dans quel état d’esprit êtes-vous après votre radiation au sein de l’armée ?

ADJUDANT IBRAHIMA SYLLA : Jusqu’à présent on n’arrive pas à comprendre puisqu’on a purgé nos peines et là nous sommes sortis. Quand il nous restait trois mois de prison, nos ravitaillements et nos soldes ont été bloqués (…), à notre sortie on devrait être présenté au niveau de nos chefs mais ils nous ont indiqué à travers une note de service du ministre Diané de la Défense que nous sommes radiés des effectifs de l’armée guinéenne et notre présence dans les casernes est formellement interdite.

Les papiers de radiation qu’on a reçu, c’est seulement les signatures du ministre de la défense et du chef d’Etat-Major de l’armée de Terre, le général  Fodé Keita qui sont apposées. Nulle part nous ne voyons la signature du Général Namory, Chef d’Etat-Major général des Armées (…).

Nous avions fait des démarches auprès de plusieurs  personnalités dont le grand Imam de la Mosquée Fayçal dont la médiation n’a pas porté fruit puisque les autorités rencontrés par le religieux lui ont dit que nous voulions fomenté un coup d’Etat. Pourtant au tribunal, nous avons dénoncé les conditions de vie précaires dans lesquelles nous croupissons. Aujourd’hui, toute l’armée a bénéficié  de bons traitements sauf nous. Et pire nous avons purgé nos peines et à la sortie on nous radie encore.

Vous êtes combien ?

Nous sommes quatre personnes et il y a un d’ailleurs qui est encore en prison pour quatre ans. Moi je suis marié à deux femmes et père de deux enfants. L’une de mes femmes est d’ailleurs en état de famille (…), et pire je suis sous la menace d’être expulsé par mon concessionnaire qui réclame des mois impayés.

Comment vivez-vous en ce moment ?

Je vis grâce aux bons offices de certains amis du quartier pour pouvoir manger, aucun de mes compagnons d’armes ne nous vient en aide excepté trois personnes.  Ils ont aussi peur parce qu’on leur a dit de couper tout contact avec nous au risque de se faire radier aussi.  Nous avions appris que le Président Alpha Condé avait instruit à nos chefs de nous réintégrer au sein de l’armée.

Avez-vous un appel à l’endroit du Chef de l’Etat ?

Je demande au Président de revoir notre cas afin qu’on réintègre  nos unités puisqu’on a été puni à la hauteur de notre forfaiture. C’est lui seul qui peut régler notre problème.

Avec le recul regrettez-vous ce que vous avez fait ?

Parlant de regret, je ne sais pas quel est l’état d’âme de mes amis mais moi de mon côté, je ne regrette pas d’avoir revendiqué. Ceux qui n’ont rien fait,  bénéficient aujourd’hui de meilleures conditions de vie aujourd’hui.

Entretien réalisé par Diallo Boubacar 1

Pour Africaguinee.com

Tel : (00224) 655 311 112

Créé le Dimanche 15 avril 2018 à 21:40

Facebook icon
Twitter icon
Google icon