Attaque contre des casques bleus au Mali : Plus de peur que de mal côté guinéen…

Facebook icon Twitter icon
Mali
image d'illustration
image d'illustration

CONAKRY-Plus de peur que de mal ! L’attaque aux roquettes, et aux véhicules piégés qui a visé les casques bleus à Toumbouctou n’a pas fait de victimes guinéennes, a appris Africaguinee.com, auprès d’un haut responsable de l’armée.

L’attaque dont le camp de la Minusma (mission intégrée des nations-unies pour la stabilisation du nord Mali) et de la force française Barkhane a été la cible  samedi à Tombouctou  a fait au moins un mort et une vingtaine de blessés.

« Nos forces se trouvent au Nord Mali précisément à Kidal. Nous n’avons pas d’éléments à Toumbouctou », a confié une source militaire.

Lire aussi-Quel avenir pour les soldats guinéens au Mali ? (Alpha Condé tranche)

La Guinée participe à la guerre contre le terrorisme au Mali depuis 2012. Elle dispose d’un bataillon 850 hommes. Les premières forces guinéennes appelées Nimba 1 et Nimba 2 avaient été intégrées dans le bataillon Sénégalais.

Mas la par la suite, la Guinée qui a mené une grande réforme de ses forces de défense et de sécurité saluée par la communauté internationale a déployé un bataillon appelé Gangan 1 composé de 850 hommes. Aujourd’hui, on en est au troisième bataillon appelé Gangan 3 qui devrait rentrer bientôt pour être remplacé par Gangan4 qui se prépare.

Déployée au Mali en juillet 2013, la Minusma, qui compte environ 12.500 militaires et policiers, est actuellement la mission de maintien de la paix de l'ONU la plus coûteuse en vies humaines. Elle avait, avant l'attaque de samedi, perdu plus de 160 Casques bleus, dont 102 dans des actes hostiles, ce qui représente plus de la moitié des soldats de l'ONU tués sur cette période dans le monde.

 

Africaguinee.com

 

Créé le Dimanche 15 avril 2018 à 14:10

Facebook icon
Twitter icon
Google icon