.

Organisation de la CAN 2023 : Pourquoi la Guinée ne sera pas au rendez-vous ? (enquête)

Facebook icon Twitter icon
Football
Le stade de l'amitié de Nongo d'une capacité de 50.000 places, Photo Africaguinee.com
Le stade de l'amitié de Nongo d'une capacité de 50.000 places, Photo Africaguinee.com

CONAKRY- La Guinée sera-t-elle au rendez-vous en 2023 ? Cette question taraude bien des esprits dans le pays après l’attribution à la Guinée par la CAF (Confédération Africaine de Football) de l’organisation de la plus prestigieuse des compétitions de Football sur le continent africain.

Et ceux qui caresse l'espoir devoir la Guinée organiser ce tournoi dans cinq ans risque de déchanter. Voici quelques raisons: Au terme de son  40ème Assemblée Générale, la confédération africaine de football a dévoilé un nouveau cahier des charges pour l’organisation des prochaines coupes d’Afrique des nations qui passe désormais de 16 à 24 pays. Pour abriter cette compétition, la Guinée devra remplir des conditions et non des moindres. Alors pour ‘’espérer’’ accueillir ce tournoi  il faudra remplir plusieurs critères.

Votre site Africaguinee.com, a mené une enquête sur ce dossier vous dévoile les exigences  contenues de le cahier de charges auxquelles le Comité d’organisation de la Coupe d’Afrique des Nations (COCAN) et les autorités guinéennes doivent faire face avant la date butoir.

En termes de STADES, l’association organisatrice doit prévoir un minimum de 6 stades de compétition pour les candidatures individuelles ou un minimum de 8 stades de compétition pour les Candidatures communes (Co-organisation).

L’Association Organisatrice doit détenir deux (2) stades de compétition d’une capacité minimale de 15 000 spectateurs, un minimum de deux (2) stades d’une capacité minimale de 20 000 spectateurs, un minimum de deux (2) stades d’une capacité minimale de 40 000 spectateurs. 

Lire aussi-Stade de Nongo : La fin des travaux suscite des interrogations…

 

Chaque Site doit posséder deux (2) terrains d’entrainement de gazon naturel ainsi qu’un (1) terrain d’entrainement de réserve avec gazon naturel qui pourra être utilisé en cas d’urgence. Chaque site hôte doit avoir un terrain d’entrainement additionnel pour les arbitres. Chaque site d’entrainement doit posséder des vestiaires avec un minimum de :

  • 5 douches avec eau chaude et froide, 5 toilettes, 5 lavabos et 5 urinoirs.
  • 1 ambulance médicalisée disponible durant toute la période d’entrainement de chaque équipe.

Autre aspect non négligeable inscrit dans le cahier de charges c’est en termes d’alimentations électriques. La puissance délivrée pour l’alimentation électrique doit être suffisante et continue pour permettre l’éclairage et le fonctionnement des appareils et installations électriques nécessaires à la tenue du tournoi final et des événements officiels, ainsi qu’à la production et à la transmission en direct de façon ininterrompue du signal audiovisuel des matchs et des événements officiels, ce en conformité avec les dispositions de l’annexe technique.

Pour chaque stade de la compétition, trois sources d’énergies sont requises :

  • La source d’énergie régulière du stade (avec 2 arrivées).
  • Un générateur de substitution à mesure de fournir la même capacité électrique que la source d’alimentation régulière.
  • Un générateur exclusivement dédié aux panneaux LED s’ils existent.

En matière d’accueil et d’hébergement, l’association organisatrice devra couvrir les frais d’hébergement dans l’hôtel confirmé pour les arbitres (en pension complète) pendant toute la durée de leur séjour. Prendre en charge leur transport interne et hébergement pour officier les matchs du tournoi. Veiller à ce qu’ils aient un terrain d’entraînement dédié au lieu principal. Prendre en charge la blanchisserie de leur équipement sportif tout au long de leur séjour. Fournir tous les matériaux nécessaires (tels que salles de réunion, salles de massage, etc. et / ou toutes les exigences dont ils pourraient avoir besoin) dans l’hôtel d’arbitrage confirmé afin de s’assurer que les conditions adéquates sont remplies pour leurs préparations. 

Lire aussi-Stade de Nongo (Conakry) : A quoi sert ce joyau offert à la Guinée par la Chine ? (Enquête)

En conformité avec le règlement de la compétition, les coûts liés au séjour de chacune des sélections dans les Hôtels d’Equipes sur la période débutant de trois (3) nuits avant le match d’ouverture et se terminant deux (2) nuits après le dernier match joué par l’équipe, sont à la charge exclusive de l’Association Organisatrice.

Elle, l’organisatrice, prendra à sa charge le coût du linge des maillots des joueurs (chemise, short et chaussettes) sur la base d’un kit par joueur et par sélection. L’association organisatrice assume également le coût de la blanchisserie des dossards utilisés par les équipes après chaque match et entraînement.

TRANSPORTS

Selon la CAF, l’association organisatrice doit, à ses frais, mettre à la disposition des corps officiels (Comité Exécutif de la CAF, membres de la Commission d’Organisation de la CAF…) un avion dédié avec équipage pour permettre aux dits officiels concernés d’assister à chaque match.

SECURITE

Au plus tard six (6) mois avant le match d’ouverture, l’Association Organisatrice et les autorités administratives compétentes, suivant les conseils et avec l’aide de la CAF, établiront par écrit un plan de sécurité détaillé pour tous les aéroports, gares et lieux du même type, ainsi que pour les sites.

MÉDIAS

Conformément au Cahier des Charges et à ses annexes, l’Association Organisatrice doit s’assurer que tous les centres médias des stades sont équipés et meublés de manière appropriée pour répondre aux besoins des représentants des médias, de l’agence, des diffuseurs et de la Société de production audiovisuelle.

Au regard de toutes ces conditions posées par l’instance dirigeante du Football africain, l’on est tenté de dire que la Guinée ne sera pas au rendez-vous de 2023. Car le pays est encore loin de répondre à toutes ces exigences. La Guinée ne dispose que d’un seul stade fonctionnel en état de délabrement avancé. Il s’agit du stade de 28 septembre qui a une capacité d’accueil de 25.000 places. Le stade de l’amitié de Nongo d’une capacité de 50.000 places dont la construction a été entamée il y a plus d’une décennie n’est toujours pas terminée. En termes d’hôpitaux, la Guinée ne dispose que de deux CHU dont l’un (Donka) qui est en rénovation alors que Ignace Deen ne répond pas aux normes. La Guinée pourra-t-elle relever le défi de l’organisation de la CAN 2023 ? C’est fort improbable !

Nous y reviendrons

BAH Boubacar LOUDAH

Pour Africaguinee.com

Tel: (+223) 655 31 11 13

 

Créé le Jeudi 12 avril 2018 à 11:57

Facebook icon
Twitter icon
Google icon

TAGS