Guinée :Un "sale temps" pour certains partisans de Cellou et de Alpha…

Facebook icon Twitter icon
Politique
Alpha Condé et Cellou Dalein Diallo
Alpha Condé et Cellou Dalein Diallo

CONAKRY- La justice guinéenne a inculpé ce jeudi 12 avril 2018 plusieurs partisans du Président Alpha Condé et de son principal opposant Cellou Dalein Diallo. Ces jeunes communicants du parti au pouvoir et du principal parti de l’opposition sont accusés d'incitation à la violence et  la haine sur les réseaux sociaux.

C’est le procureur  de la République près le Tribunal de première instance de Kaloum, Sir Aboubacar Sylla qui a fait cette annonce cet après-midi.  « Faisant droit aux réquisitions du parquet, Monsieur le juge d’instruction a procédé à l’inculpation et au placement en détention provisoire de : Mohamed Lamine Kaba, Ibrahima Kalo,  Ibrahima Korboya Baldé, Mamadou Aliou Goobhoye Diallo, Mamadou Traoré, Mamady Kaba », a déclaré Aboubacar Sylla.

Lire aussi-Guinée : un partisan d’Alpha Condé dans le viseur de l’UFDG…

Le procureur a précisé que des mandats d’arrêt ont été décernés contre  Ibrahima Aissatou Barry, Amadou Tidiane Diallo et Lili.

Le parquet a requis l’ouverture d’une information judiciaire en saisissant un Juge d’Instruction à l’effet d’instruire sur les faits : -De production, diffusion et mise à disposition d’autrui des données de nature à troubler l’ordre ou la sécurité publics ou à porter atteinte à la dignité humaine par le biais d’un système informatique ; -Disposition d’injures, de menaces et de propos de nature racistes par le biais d’un système informatique ; -Communication et divulgation de fausses informations par le biais d’un système informatique.    

Faits prévus et punis par les dispositions des articles 28, 29, 30, 31, 32, 33, 34, 35 et 36 de la loi N°037/2016 relative à la cybersécurité et à la protection des données à caractère personnel.

 «  Il a été remarqué depuis quelques temps le comportement de certaines personnes malintentionnés qui utilisent le cyberespace en l’occurrence les réseaux sociaux pour produire, diffuser et mettre  à disposition d’autrui des images, des vidéos et propos injurieux, diffamatoire et même à caractère ethnique ou régionaliste qui porte atteinte à l’unité nationale et la cohésion sociale », a fustigé le procureur en précisant que la procédure suit son cours normal.

A noter que le parquet de Kaloum a été saisi  le 23 mars 2018 par une plainte de la Société civile.

BAH Aissatou

Pour africaguinee.com

Tél : (00224) 655 31 11 14

 

Créé le Jeudi 12 avril 2018 à 20:43

Facebook icon
Twitter icon
Google icon