.

Lucien Guilao : « Le comité présidé par BahFisher n’a pas atteint ses objectifs… »

Facebook icon Twitter icon
Interview
Lucien Guilao
Lucien Guilao

CONAKRY- Le Parti National pour le Renouveau risque t-il l’implosion ? Le départ du député Souleymane BahFisher va t-il laisser des séquelles au sein de cette formation politique ? Lucien Guilao, membre fondateur du PNR revient ici sur les motivations de la décision de destitution de BahFisher. Avec l’ancien Ministre des Guinéens de l’étranger, nous avons aussi abordé la question relative à l’avenir politique du PNR…

 

AFRICAGUINEE.COM : Le député Souleymane Bahfisher vient d’être destitué de son poste de président du PNR. Qu’est-ce qui a motivé cette décision ?

LUCIEN GUILAO :Je tiens à préciser que le poste de président du Parti n’existe pas dans les statuts du PNR. Alpha Souleymane Bah présidait le conseil de gestion qui a été mis en place pour assurer une transition qui n’avait pas la vocation de durer 6 ans.

Comme vous le savez, ce comité a été mis en place pour une mission bien déterminée qui était celle de réviser les statuts, organiser le congrès et mettre en place les différentes instances et structures du parti. L’organisation du congrès devrait être l’occasion d’élire les membres du bureau exécutif.

Après 6 ans de fonctionnement, nous constatons que le comité de gestion présidé par Bah ficher, n’a pas atteint les objectifs fixés et que son mandat est largement dépassé. Initialement installé pour une durée de 6 mois, le comité de gestion est resté 6 ans.

Aujourd’hui la situation est simple, le PNR n’arrive pas à se projeter dans l’avenir, il fallait donc se remettre en cause et faire des choix, et c’est ce que l’on a fait.

Lire aussi : Exclusif : Souleymane Bahfisher destitué de la tête du PNR…

On s’est remis en cause et on a fait le choix de l’alternance au niveau de la présidence du comité. Pour ne pas commettre les mêmes erreurs, on a décidé de donner 3 mois au conseil supérieur et à son président pour organiser le congrès et  les élections au sein du parti. C’est dire qu’au 31 juillet 2018, il n’y aura plus de régime d’exception.

Bahfisher conteste cette décision et parle d’une violation des textes du parti. Votre réaction.

Il n’y a aucune violation des statuts du parti. Le comité de gestion n’est pas une instance du parti, il a été mis en place provisoirement, dans le but de faire un travail qu’il n’a pas fait, et c’est tout à fait naturellement qu’il doit laisser la place à une structure qui essaiera dans un délai de 3 mois d’organiser le congrès.

Dans nos textes, aucun organe du parti n’a un mandat de 6 ans.

Le congrès du parti doit se tenir au plus tard en fin juillet, est-ce que vous serez candidat à la présidence du PNR ?

En l’état actuel des choses, non je ne serai pas candidat. Mais par contre je tiens à préciser que Bah Alpha Ficher peut être candidat, s’il le souhaite.

Que faut-il faire pour éviter une division au sein du parti ? 

Il faut savoir raison garder, et ne pas personnaliser cette affaire qui est loin d’être une affaire de personnes. Nous sommes tous d’accords que le PNR se meurt, qu’il est absent de la scène politique, et au point où nous en sommes, c’est soit on tue le PNR de sa belle mort, ou on se remet en question et on travaille pour qu’il se mette en ordre de marche. Si on a compris cet enjeu c’est bon, sinon le parti s’éclate à défaut de disparaître.

A quel bord politique appartient aujourd’hui le PNR ?

Ecoutez ! Le PNR est à 100% dans la mouvance. Nous restons constants et nous y sommes par conviction. 

Le mot de la fin…

Au sein d’un parti politique, comme dans un pays, la démocratie ne va pas s’épanouir simplement par ce qu’elle est proclamée. L’exemple du comité provisoire de gestion du PNR nous a démontré que la démocratie interne du parti peut être compromise par des facteurs tels que, le manque de changement ou de renouvellement de la direction, la marginalisation des membres, et enfin par des pratiques autoritaires et le manque de tolérance.

En fin de compte, on assiste à une situation dans laquelle quelques individus dominent les affaires du parti sans juste considération pour la grande majorité et cet état de fait crée l’exclusion et limite la capacité des membres à façonner la politique du parti. 

Dès sa création le PNR a adhéré aux principes démocratiques et les a inscrits dans ses statuts, mais également dans les interactions quotidiennes entre les leaders et les membres. En fait, un parti qui prône le renouveau comme le PNR, doit être déterminé à pratiquer un comportement démocratique. Au PNR, les principes d’organisation et de fonctionnement doivent avoir pour but de promouvoir une véritable démocratie au sein du parti. Cette véritable démocratie lui garantirait la cohésion et les moyens indispensables de mobilisation des masses autour des objectifs stratégiques du Parti.

Si on n’a pas compris ça, on n’a rien à faire dans cette histoire.

 

Entretien réalisé par Oumar Bady Diallo

Pour Africaguinee.com

Créé le Mercredi 11 avril 2018 à 11:34

Facebook icon
Twitter icon
Google icon