Mamadou Thug : "Ce que j'attends du Gouvernement..." (Interview)

Facebook icon Twitter icon
Humour
Le comédien guinéen Mamadou Thug
Le comédien guinéen Mamadou Thug

LABE- Le comédien guinéen Mamdou Thug, organisateur du festival des Arts et du rire(FAR) vient d'exprimer une attente envers les autorités guinéennes. L’humoriste qui s’est confié à notre rédaction fait le bilan de cette troisième édition qui avait comme invité vedette Gohou Michel, le célèbre comédien ivoirien. Dans cet entretien, il a également lancé un appel à l’Etat.

AFRICAGUINEE.COM : M. Mamadou Thug, la 3ème édition du festival des arts et du rire a pris fin ce samedi  à Labé, quelle leçon tirez-vous de ces journées de spectacle ?

MAMADOU THUG : Tout s’est très bien passé. Il y a eu une belle introduction, un beau festival selon les spectateurs et selon notre invité Gohou Michel. Le festival de cette année a été immense pour nous. Il y a eu beaucoup de différence par rapport aux autres éditions. Cette année en termes d’innovations nous avons montré que c’est possible de faire le festival à l’amphithéâtre de Labé, la salle a été entretenue dans tous les sens. Le vendredi nous un avons fait un spectacle VIP guichet fermé. Gohou et moi avons joué. Après Gohou a annoncé quelque chose qui m’a plu. Il dit que chez eux en Côte d’ivoire tous les comédiens veulent venir à Labé parce que Adama Dahico a fait un bon compte rendu, en disant que Labé est vivable, à Labé les gens sont bons. Chaque comédien veut venir à Labé, je viens de finir le match du rire. Magnifique voulait venir avec moi, mais c’est une question de moyen et d’accompagnement, je n’ai aucun sponsor. Mais j’ai accepté de venir comme ça.

C’est le moment de remercier tous les fils de Labé. La réussite est immense cette année, l’équipe s’est donnée à fond Soudou Dardja production. L’année dernière on a créé le prix Sow Bailo, Maté Mansaré a gagné ce prix à la 2ème édition, cette année c’est un jeune de Mamou  qui a gagné, Thierno Mamou Diallo à côté du prix il doit participer au Parlement du Rire grâce au festival des arts et du rire de Labé. C’est Soudou Dardja et Labé qui ont donné ce privilège à Thierno. Donc Merci Labé.

Cette année le thème retenu pour le festival c’est « Non à la migration illégale », pourquoi ce choix plutôt qu’un autre ?

Oui ! Vous savez que l’immigration est un fléau qui fait souffrir l’Afrique, particulièrement la Guinée précisément le foutah. C’est ici que quelqu’un va vendre son terrain, sa maison, sa moto, ses bétails et prendre le chemin de l’immigration. Et c’est qu’on veut freiner, montrer aux gens c’est possible de vivre ici, que Labé est fréquentable, Labé est vivable, dans toute la Guinée on peut vivre et y rester sans problème. C’est l’idée qu’on a inculqué aux jeunes. C’est pourquoi on a dit aux jeunes d’entreprendre afin de prendre leur destin en main  c’est important pour nous  au lieu de prendre la route pour laisser sa vie dans la méditerranée. C’est vilain.

On fait appel aux gouvernants aussi qui doivent créer les conditions de vie favorables en Guinée, il faut absolument changer les choses parce que s’il y a la pauvreté à l’extrême tu sors, tu meurs, tu restes, tu meurs  finalement tu ne sais plus quoi faire ou laisser. C’est là que les gouvernants doivent intervenir d’accompagner les micros projets, ces jeunes qui font des initiatives il faut les accompagner. Au-delà  de parler des personnes qui sont mortes au niveau de la méditerranée c’est de faire un appel au gouvernement  de prendre un plan d’accompagnement aux jeunes à travers des projets afin qu’ils restent au pays.

Vous avez été accompagnés par combien d’artistes cette année ?

Je suis accompagné à Labé par 70 festivaliers et 20 journalistes et sans moyens. Nous avons juste osé comme chaque année on augmente en nombre, l’année dernière toute l’équipe faisait 70, cette année 70 plus 20 medias  hormis les organisateurs, c’est grâce aux bénédictions des parents. L’accompagnement de la presse ne fait aucun défaut. Je le dis souvent mes amis sont les hommes de media. Tu prends Hassimiou Souaré d’africaguinée, j’ai etudié avec lui. Souaré m’a dit Thug au lieu de t’envoyer un journaliste qui sera une charge laisse-moi te mettre AOB à ta disposition, Lamine Guirassy m’admire beaucoup, c’est un grand ami. Il me dit Thug fait ça on diffuse pour toi sans problème, c’est le meilleur soutien qu’on peut faire pour une personne, c’est le moment de leur dire Merci.

L’autre angle qui me marque dans ce festival, on n’attend pas la mort des gens pour leur rendre hommage, nous avons rendu hommage à Sow Bailo de son vivant, cette année nous rendrons hommage à Hadja Zénab Koumanthio Diallo, l’une des meilleures femmes poétesses de Guinée. Le prix Zénab Koumanthio, vous allez le vivre aujourd’hui à l’amphi, il y aura une compétition en théâtre qui va opposer les hommes de théâtre. Le champion en humour aura une petite enveloppe d’un million, un satisfecit et un trophée. quand vous me demandez de classer les éditions par ordre de mérite, la 1ère  édition  je peux la noter 5/10, la 2ème édition 7/10, la 3ème  8 ou 9/10 je sais que les prochaines éditions seront notées sur 10.

Un dernier mot Mamadou Thug ?

L’Etat ne peut pas tout faire mais l’Etat peut impulser les industries, les sociétés de téléphonie d’accompagner la création culturelle. On invité l’Etat à cela. Nous ne demandons pas de l’argent à l’Etat mais un accompagnement institutionnel. Je ne suis pas content du fait que le ministre de la culture Bantama Sow n’est pas là à qui nous avons adressé une correspondance et je suis allé le voir en personne pour lui dire Monseur le ministre en tant que fils en tant que frère acceptez de prendre part au festival de Labé. L’année dernière c’est verbalement que j’ai invité le ministre Siaka barry la même chose pour Monsieur Damantang ils étaient venus. Cette année mon ministre n’est pas venu je ne suis pas content. Je le remerci par contre pour la signature des satisfécits des festivaliers, c’est ça l’accompagnement institutionnel mais je voulais qu’il soit là afin qu’il vive les choses avec nous. La galère.

Merci Mamadou Thug !

Ça c’est moi ça !

Interview réalisée Alpha Ousmane Bah

Pour Africaguinee.com

Tel : (00224) 664 93 45 45

 

Créé le Lundi 09 avril 2018 à 16:24

Facebook icon
Twitter icon
Google icon