.

Dr Deen Touré : « Ce que l’UFR demande… » (Interview)

Facebook icon Twitter icon
Interview
Dr Deen Touré
Dr Deen Touré

CONAKRY-Que préconise le parti de Sidya Touré pour sortir de la crise postélectorale ? Dr Ibrahima Deen Touré, conseiller de Sidya Touré et chef de file du Groupe parlementaire « les Républicains » propose un dialogue ouvert sans exclusion aucune avec tous les partis politiques du pays, de tous les bords. Le député qui nous a accordé un entretien ce mardi 3 avril 2018 donne également sa lecture sur la rencontre entre Alpha Condé et Cellou Dalein Diallo

AFRICAGUINEE.COM : Quelle regard portez-vous sur la rencontre entre le Président de la République, Alpha Condé et Cellou Dalein Diallo ? 

Dr IBRAHIMA DEEN TOURE :Je dis que si les hommes politiques s’assoient à la table pour discuter des questions qui intéressent la nation, c’est toujours une bonne chose quelque soit le niveau du contact. Quand ça se passe au niveau du Président de la République avec les différentes parties prenantes au dialogue, nous ne pouvons que saluer cela. Mais je dois simplement dire que nous souhaitons que ça soit élargi, que ça devienne un dialogue ouvert qui ne se limite à la rencontre de deux groupes de partis ou de deux partis politiques. 

Parce qu’il y a bien des partis qui n’appartiennent à aucun des deux groupes et qui sont très intéressés par le débat national. C’est dans ce sens que je demanderai une meilleure ouverture de ce dialogue. Qu’on quitte le contrat exclusif pour avancer vers un contrat inclusif. Sinon c’est toujours bon de dialoguer. L’UFR est toujours partie prenante des débats parce qu’on gagne toujours quelque chose en dialoguant. 

Que pensez-vous du comité de suivi qui devra trouver une solution aux contentieux électoraux pour sortir de cette crise postélectorale ? 

Le comité de suivi était déjà en place. Peut-être que ce qu’on doit ajouter, c’est le quiproquo électoral, c’est-à-dire les revendications électorales qui existent. Ce comité de suivi qui est composé de l’esprit mouvance et de l’esprit opposition républicaine, ne suffit plus à notre avis. Il y a bien d’autres structures politiques, pas des moindres comme l’UFR, qui n’appartiennent ni à un groupe ni à l’autre et qui sont parties prenantes au débat national. Ils ont leur mot à dire. 

Est-ce bon de contourner la Loi pour trouver un compromis afin de sortir de la crise ? 

C’est presque devenu une habitude dans notre pays. Mais je pense que la solution politique ne peut pas influencer les solutions judicaires. Ce sont des pouvoirs différents. Mais à ce niveau, si le débat est ouvert, peut-être, on pourra aboutir à une solution. Mais on ne pourra absolument pas s’éloigner totalement du débat et de la solution que l’on recherche. Ils ont bien dit dans leur communiqué que c’est pour trouver des solutions politiques. Quand on va en débattre, les acteurs politiques vont se prononcer. 

Mais le problème, si le dialogue n’est pas élargi, si les autres ne sont pas parties prenantes, ça pourrait être un peu plus difficile. Quoique, l’UFR est d’accord que le dialogue soit fait, que ça continue d’ailleurs parce qu’on ne peut rien faire sans dialogue. Nous voulons que la bonne foi de chaque côté s’amplifie et que le citoyen guinéen, notre pays puisse retrouver un calme. 

Pour ce qui est de la commune de Matam notamment, l’UFR reste catégorique en disant qu’il est hors de question d’accepter les résultats. Est-ce que là aussi on pourrait s’attendre à une solution politique ? 

On ne peut rien présager. Ce que je peux dire, nous avons besoin de paix et de calme pour continuer à vivre dans notre pays. Tous les autres éléments viennent accompagner cela. Donc, c’est pourquoi nous saluons le dialogue. Vous savez, la bagarre nait dans l’esprit et ça se transmet à d’autres. Peut-être que si on se parle franchement et ouvertement, on va trouver les solutions. Quant aux considérations des structures et des individus, je ne les commente pas. Chacun a un avis. 

 

Entretien réalisé par Diallo Boubacar 1

Pour Africaguinee.com

Tél. : (00224) 655 311 112

Créé le Mercredi 04 avril 2018 à 16:16

Facebook icon
Twitter icon
Google icon