Cheick Sako prévient : "Ceux qui disent que la justice ne fait rien..."

Tueries à Conakry
Cheick Sako, ministre guinéen de la Justice garde des Sceaux devant des femmes venues réclamer justice
Cheick Sako, ministre guinéen de la Justice garde des Sceaux devant des femmes venues réclamer justice

CONAKRY-Le ministre guinéen de la Justice, garde des sceaux a pris des engagements devant les femmes de l’opposition qui ont manifesté ce mercredi 28 mars 2018 à Kaloum. Cheick Sako qui a reçu un mémorandum des mains de ces manifestantes a promis que la justice répondra aux cris de cœur de ces mères de familles, lassées par les nombreuses tueries pendant les manifestations.

Devant une foule de manifestantes qui scandaient ‘’ justice pour nos morts’’, le garde des sceaux, a affirmé qu’il va répondre aux femmes victimes par écrit avec un tableau des procédures judiciaires pendantes devant les tribunaux de Dixinn et Mafanco concernant les cas d’assassinats.

 

 « Il faut que dans ce pays, on dépasse les clivages politiques. En tant que ministre de la justice, je suis dans mon pays pour  appliquer la loi à l’encontre de quiconque de vos partisans et de la majorité. Concernant votre requête, je vous répondrai par écrit sur tous les cas.  Chaque fois qu’il y a eu mort d’homme, d’enfant, de femmes dans notre pays au niveau judiciaire, cela a été dit avec force. Il y a une information qui a été ouverte », a déclaré le ministre de la Justice. 

 

94 personnes ont été tuées depuis 2011 dans des manifestations politiques. L’opposition qui appelle à ces manifestations dénonce l’inaction voire la lenteur de la justice à élucider ces crimes. Mais Cheick Sako estime qu’elle a tort.

Lire aussi- Conakry : les femmes de l’opposition dans les rues de Kaloum…

« Ceux qui disent que la justice ne fait rien dans notre pays on va leur démontrer le contraire. On me dit que certains dossiers dorment, c’est vrai mais vous n’avez pas de preuves qu’un dossier d’assassinat n’a pas été ouvert. Il faut que dans notre pays, qu’ont pointent  du doigt ceux qui sont coupables. La lenteur existe dans tous les pays du monde. On saura vous démontrer que la justice fait son travail malgré que les procédures sont pendantes devant nos tribunaux », a assuré Me Cheick Sacko.

Le ministre de la Justice donne l’exemple d’un capitaine de police qui a ôté la vie d’une personne lors d’une manifestation politique à Bambéto. Le capitaine Kaly Diallo accusé d’avoir tué Thierno Hamidou Diallo, qui était au balcon en 2014 à Bambéto est jugé au tribunal de Dixinn.

«  Il y a rien à cacher. En revanche, il y a une lenteur voir une lenteur excessive  comme dans toutes les justices du monde. Mais en tant que citoyen et ministre de la justice, tout ce que vous avez dit, il y a une vérité. Dites à vos avocats d’aller dans nos juridictions (…)  Donc ne dites pas que la justice dort dans ce pays. Personne n’est au-dessus de la loi », a rassuré le ministre en demandant à chacun au respect de la loi.

BAH Aissatou

Pour africaguinee.com

Tél : (00224) 655 31 11 14

 

Créé le Mercredi 28 mars 2018 à 17:48