.

Attention, on ne doit pas jeter le bébé avec l’eau du bain…

Facebook icon Twitter icon
Libre Opinion

Il est évident que certains agents des forces de l’ordre se rendent quelquefois coupables d’exactions, allant jusqu’à tuer lors des manifestations. Malgré les nombreux efforts consentis dans la sensibilisation, des citoyens continuent encore à perdre la vie à l’occasion des manifestations.

La dernière victime en date est Mariam Bah. Cette jeune dame mère de six enfants a perdu la vie ce vendredi 16 mars 2018. Pour cette autre victime, c’est encore les forces de l’ordre qui sont pointées du doigt. Aujourd’hui, le Haut Commandement de la Gendarmerie Nationale est dans une situation très inconfortable. Les accusations contre cette institution fusent de partout. Pour certains, c’est la Gendarmerie et la police qui sont coupables de tous ces assassinats. En Guinée, les actes posés par un individu sont souvent mis au compte de l’institution à laquelle il appartient. Lorsqu’un agent de la police routière failli à la loi, doit-on voir tout de suite la responsabilité de M. Boubacar Sarr ? Ou encore celle du Ministre de la Sécurité Maître Abdoul Kabèlè Camara ? Il est évident qu’il appartient aux responsables au niveau de ces corps habillés de prendre des sanctions contre les « fouteurs de trouble ». Mais est-ce que cela signifie qu’il faut pour autant jeter le bébé avec l’eau du bain ?

Au Haut Commandement de la Gendarmerie Nationale, quasiment tous les jours, des sanctions sont prises contre les toutes les brebis galeuses qui ternissent l’image de l’institution. Le Général Baldé et ses Hommes sont sur tous les fronts. Chaque fois qu’ils sont informés d’un cas de manquement à l’éthique, une sanction est appliquée. C’est vrai, les citoyens à la base ne sont pas toujours informés de tout ce qui se passe au sein du Haut Commandement de la Gendarmerie Nationale. Normal ! Il s’agit de la grande muette.

Ceux qui ont connu et côtoyé le Général Baldé connaissent sa rigueur, son attachement au respect de la loi.

L’armée guinéenne dans son ensemble est en grande mutation. Avec l’aide des différents partenaires, l’Etat guinéen continue les reformes au sein de la grande muette. La multitude des formations des gendarmes a permis à plusieurs d’entre eux à se hisser au plus haut niveau de responsabilité des forces de défense et de sécurité. Plusieurs autres participent à des missions de maintien de la paix au compte de l’Organisation des Nations-Unies. A la gendarmerie nationale, on fait désormais de la connaissance des droits civiques une priorité. La tâche est difficile, mais la volonté des chefs de la gendarmerie ne fait pas défaut.

En attendant qu’elle ne dispose de grands moyens lui permettant de traquer tous les fauteurs de troubles dans ses rangs, la Gendarmerie reste confrontée à un autre problème. Le suivi des délinquants qui sont arrêtés et mis à la disposition de la justice. Ils sont nombreux, ces récidivistes qui sont mis aux arrêts par les Hommes du Général Ibrahima Baldé. Pourtant, le travail des OPJ a une limite bien définie. Ça aussi, il fallait le savoir.

 

Alpha Saliou Bah

Ancien Gendarme

Paris-France

Créé le Samedi 17 mars 2018 à 14:35