Grève en Guinée : le Gouvernement a-t-il épuisé ses "cartes" ?

Facebook icon Twitter icon
Grève en Guinée
Les ministres Albert Damantang Camara, Mohamed Lamine Doumbouya, khalifa Gassama Diaby
Les ministres Albert Damantang Camara, Mohamed Lamine Doumbouya, khalifa Gassama Diaby

CONAKRY-Comment sortir de la grève des enseignants qui paralyse l’enseignement et pourrit le climat social en Guinée ? L’équation devient de plus en plus compliquée à résoudre. Ce dimanche 11 mars 2018,  le Gouvernement a réitéré sa proposition de payer les 40% réclamés par les grévistes par échelonnement. Sauf que cette offre a déjà été rejetée en bloc par les enseignants.

« J’espère que nous sortirons très bientôt de cette situation pour permettre à nos enfants d’aller à l’école (…) sans sécurité, sans quiétude sociale, il ne peut pas y avoir économie. J’en appelle à toutes les parties pour que cette proposition qui vient d’être faite puisse être comprise dans ce sens. J’entends par-ci par-là que le Gouvernement peut faire un peu effort… Or, si vous faites de mauvaises additions du budget, sans tenir compte de votre capacité, ça ne peut pas aller. C’est ce que nous avons estimé supportable que nous avons proposé. Nous ne refusons pas les 40%. Nous demandons juste d’échelonner. L’économie se construit dans le temps moyennant des réformes pour éviter des dérapages et être en phase avec nos partenaires », a déclaré le ministre du Budget, Mohamed Lamine Doumbouya dans l’émission Guinée actu de la RTG qui a eu comme invités trois ministres.

Le ministre du travail également porte-parole du Gouvernement a quant à lui rappelé que les 40% sont acquis. Albert Damantang Camara observe cependant que « quand on n’a pas affaire à des arguments rationnels, cohérents qui se basent sur des faits, on ne peut se fonder que sur la loi, les institutions, les lettres de mission qui nous sont données et des indicateurs cohérents (…) c’est dommage que le débat sur le traitement des fonctionnaires soit pollué par cette histoire de 40% qui on l’a dit, sont déjà acquis », a déploré le ministre du travail, alors que Khalifa Gassama Diaby appelle de son côté à l’esprit de responsabilité.

« Il faut cesser de dramatiser les choses dans notre pays et ne pas  jouer sur cette crise l’avenir du pays. C’est un jeu dangereux. Il faut que nous soyons responsables (…) Nous ne sommes pas dans un procès Gouvernement-Syndicat. Les syndicats sont dans leur droit constitutionnel de revendiquer, le Gouvernement est dans sa mission de responsabilité générale de trouver une solution avec eux. Le principe de payer les 40% est acquis. Nous sommes en discussion pour essayer de faire avancer les choses (...) C’est la Guinée qui est jeu… Nous espérons que nous sortirons de cette crise pour le bonheur de l’ensemble du peuple de Guinée », a lancé le ministre de la l’unité nationale et de la citoyenneté par ailleurs membre de la commission de négociation.

A suivre…

Diallo Boubacar 1

Pour Africaguinee.com

Tel : (00224) 655 311 112

 

Créé le Dimanche 11 mars 2018 à 19:38

Facebook icon
Twitter icon
Google icon

TAGS