Assassinat du prêcheur saoudien Abdoul Aziz: Où en sont les enquêtes ?

Facebook icon Twitter icon
Affaire Kantédoubalandou
Le prédicateur saoudien Cheick Abdoul Aziz al-Touwaydjri assassiné le 16 janvier 2018 à Mandiana
Le prédicateur saoudien Cheick Abdoul Aziz al-Touwaydjri assassiné le 16 janvier 2018 à Mandiana

KANKAN-Le vengeur de la mort du prédicateur saoudien Cheick Abdoul Aziz al-Touwaydjri assassiné le 16 janvier 2018, est-il un adepte d’un islam radical ? C’est ce que croit savoir le parquet général de Kankan qui vient de révéler les derniers éléments de l’enquête.

Le parquet de Kankan vient d’annoncer le début de l’instruction du dossier concernant le double assassinat survenu à Kantedoubalandou, préfecture de Mandiana en Haute Guinée. Les deux (2) personnes arrêtées ont été auditionnées par un juge d’instruction tandis que d’autres qui ont été dénoncées au cours de l'enquête sont en train d’être recherchées, a appris Africaguinee.com.

L'affaire est actuellement en instance d'instruction au parquet d'instance de Kankan, a annoncé Procureur de la République près le Tribunal de Première instance de Kankan, Ibrahima Kabélé Bangoura.

A lire aussi : Assassinat du prédicateur Saoudien : Attention à l’arbre qui pourrait cacher la forêt…

Le magistrat a expliqué qu’après l’assassinat du prédicateur saoudien, la police judiciaire qui s’est saisie de l’affaire a interpelé  un groupe des chasseurs dont le nommé Mamady Bassan Kanté (chef de Donzo de Kantedoubalandou). Au cours de leurs interpellations, a-t-il poursuivi, un homme (Wahhabite) très radicalisé dans l'islam a surgi du groupe en disant « ALLAHOU AKBAR », puis poignarder mortellement  le chef de Donzos pour venger le Saoudien au nom de l'islam.

 « Des enquêtes ont été menées par la brigade de recherche de la gendarmerie. L'affaire est finalement déférée au niveau du parquet d'instance de Kankan. Nous aussi, nous avons ouvert une information judiciaire par la saisie d'un cabinet d'instruction, où l'affaire est présentement en instance d'instruction. Au cours cette instruction, certaines personnes ont été dénoncées contre lesquelles des convocations ont été émises », a-t-il précisé.

A lire aussi : Représailles à Mandiana : le chef des Donzos tué après l’assassinat du saoudien…

Pour le procureur General Fernandez Williams ce qui est plus grave dans cette tragédie de Kantedoubalandou est que pendant qu’ils étaient en train de faire les investigations pour le premier cas d'assassinat, un autre est sorti en criant Allahou Akbar, Allahou Akbar, pour poignarder quelqu'un d'autre. Un acte qu’il a qualifié de « terrorisme ».

« Aujourd’hui, dès qu’un assassinat est précédé d’un cri d’Allahou Akbar, c'est une signature des groupes terroristes. Aujourd'hui la question qu'on se pose au niveau de la justice est de savoir  qui est réellement ce monsieur ? D'où il vient ? Pourquoi ce cri d’Allahou Akbar avant de faire ce qu'il a fait ?", s’est interrogé le procureur Général, William Fernandez.

A suivre !

De Kankan Amadou Oury Souaré

Pour Africaguinee.com

Tel :(224) 656 44 26 28 

 

Créé le Mardi 06 mars 2018 à 17:59

Facebook icon
Twitter icon
Google icon