M’mah Savané DG de l’ONSPA : "Nous venons d’installer un poste d’inspection de pêche à Kourémalé…"

Facebook icon Twitter icon
Interview

Sous l’égide du Ministère de la pêche et de l’Aquaculture, l’Office National du Contrôle Sanitaire des Produits de Pêche et de l’Aquaculture a ouvert un poste d’inspection de pêche à la frontière de Kouremalé. La Directrice Générale de ce service revient dans cet entretien sur l’importance de ce poste d’inspection.

Madame la Directrice avant de parler du poste d’inspection que vous venez d’ouvrir à Kourémalé, dites-nous quelle est la mission de votre service ?

 M’mah Savané : L’office national du contrôle sanitaire des Produits de Pêche et de l’aquaculture a pour mission le contrôle de la qualité sanitaire des produits de pêche et de l’aquaculture pour préserver la santé des consommateurs guinéens et étrangers qui voudront avoir du poisson guinéen.

Depuis que vous êtes à la tête de ce service vous avez posé beaucoup d’actes. Vous venez de construire un poste d’inspection sanitaire à Kourémalé. Est-ce qu’on peut connaitre vos motivations ?

Notre  mission s’étend sur l’ensemble du territoire national, nous devons être présents partout où il y’a le poisson et également au niveau des frontières vous n’êtes pas sans savoir qu’il y’a des produits halieutiques qui quittent la Mauritanie et qui passent par kourémalé et du  côté de Koundara. Nous avons mis ce poste à Kourémalé pour permettre à nos agents de bien s’installer pour bien accomplir leur mission. C’est une façon de prouver que c’est un service sérieux. Parce que, il faut comprendre que Kourémalé c’est une des portes d’entrée de la Guinée. Donc un poste là-bas c’est pour vraiment répondre aux normes d’inspection.

 En construisant ce poste, quels sont les objectifs visés ?

C’est d’abord mettre nos agents dans les meilleures conditions de travail, qu’à travers ce bureau, on les respecte et qu’on sache qu’on a à faire à un service sérieux.  C’est aussi pour permettre que les produits de pêche qui rentrent et sortent de cette frontière soient de produits de qualité pour la consommation.

 A part ce poste de Kourémalé quels sont les autres endroits dans lesquels vous êtes présents en Guinée ?

Nous avons un bureau régional à Kankan, N’Zérékoré et Labé, nous avons un bureau au poste frontalier de Koundara à Sambailo, nous avons un bureau à Boké, à Boffa, à Dubréka, Coyah et Forécariah. Mais à part ces préfectures, on compte ouvrir d’autres bureaux dans les autres préfectures.

Justement en matière de décentralisation de votre service, quelles sont les perspectives au niveau de l’Onspa ?

Si ça ne tenait qu’à nous, au jour d’aujourd’hui on aurait installé tous les bureaux mais il y’a eu un problème au niveau de l’administration des pêches, on n’avait pas une structure qui pouvait le faire mais maintenant que la structure est là et que le cadre organique du département sera défini et le nôtre aussi, on va installer les bureaux, on a en tête dans nos perspectives  d’installer au moins  trois à  quatre bureaux par an dans les préfectures pour à la longue, pouvoir couvrir l’ensemble du pays.

Quelle est l’importance de l’installation de ces postes à l’intérieur du pays ?

Il y’a du poisson qui quittent Conakry pour l’intérieur et sur le littoral, il y’a des operateurs qui ont installé des entrepôts frigorifiques qui reçoivent du poisson. Donc il faudrait bien qu’il ait un service qui puisse contrôler le produit pour savoir si le produit est propre à la consommation ou pas. Il n’y’a pas que ça, il y’a le poisson péché dans les fleuves. Tout cela, on doit pouvoir contrôler et il y’a d’autres poissons qui quittent d’autres pays pour la Guinée.

Votre service est certes connu à Conakry mais qu’est-ce que vous faites pour que ca soit le même cas à l’intérieur ?

Nous faisons la médiatisation de notre service, pas plus avant-hier, j’ai demandé au chef du bureau régional à Kankan de passer à la télévision Faso Tv de Kankan pour informer les gens sur ses activités à Kankan et de parler du poste d’inspection de Kourémalé.

Est-ce que ces services déconcentrés ont les moyens de mener à bien leur mission. ?

Nous faisons tout pour mettre nos cadres dans les meilleures conditions de travail, il y’a deux jours, nous avons envoyé du matériel à Kankan et Kourémalé et nous allons faire la même chose pour Labé Koundara et autres.

Votre appel à l’endroit des acteurs pour avoir un poisson de qualité pour le marché local et l’international ?

Nous demandons  à tous les acteurs qui ont embrassé cette activité de pêche, de vente de poissons en ce qui concerne  la qualité du poisson de se tourner toujours vers le département des pêches spécifiquement  l’office national du contrôle sanitaire des produits de pêche et l’aquaculture. Que ceux qui veulent construire des usines qu’ils nous envoient les demandes, que ceux qui veulent des agréments qu’ils nous envoient leurs demandes. Parce que, nous voulons qu’il ait un label Guinée au niveau du marché international.

Interview réalisée par Mamady Keita

 

Créé le Lundi 05 mars 2018 à 16:25

Facebook icon
Twitter icon
Google icon

TAGS