Cellou Dalein : « On ne reculera pas tant que… »

Facebook icon Twitter icon
Crise post électorale en Guinée
Cellou Dalein Diallo, leader de l'Union des Forces Démocratiques de Guinée
Cellou Dalein Diallo, leader de l'Union des Forces Démocratiques de Guinée

CONAKRY- La bataille semble inévitable en Guinée. Malgré la position tranchante affichée par le pouvoir de Conakry, l’opposition affiche une détermination sans précédent.

Ce samedi 3 mars 2018, Cellou Dalein Diallo, le Chef de file de l’opposition guinéenne a prévenu que lui et ses pairs ne reculeront point.

« Je vous dis calmement mais fermement, on ne reculera pas tant que les vrais résultats ne seront pas publiés », a indiqué le principal opposant au régime d’Alpha Condé qui appelle ses militants à la mobilisation.

L’opposition guinéenne appelle la Commission électorale nationale indépendante à réexaminer tous les procès verbaux qui font l’objet de contentieux. Dalein et ses pairs exigent la publication de nouveaux résultats qui tiendraient compte de leurs revendications.

« Lorsqu'un citoyen va voter, il donne son suffrage à une liste, à un candidat, un magistrat se permet de détourner ce suffrage ou de l'affecter à un autre, c'est un crime. Aujourd'hui, j'entends des ministres dire que même si la justice prend une mauvaise décision, on doit se soumettre. Une fois, deux fois, trois fois, mais on ne peut pas continuer à se soumettre à une décision injustice. L'UFDG et l'opposition républicaine n'accepteront plus le vol des suffrages de notre peuple qui est souverain, à qui on a demandé de choisir ses dirigeants au niveau local, pendant les législatives et au niveau présidentiel. Nous sommes en train de faire une révolution, comme la fraude électorale, ça ne passera plus. Et si on laisse passer, soyez sûrs que nous allons nous faire berner définitivement et en ce moment il faudra renoncer au combat. Parce nous avons choisi la conquête du pouvoir par les urnes, mais si les urnes ne permettent pas d'exprimer les suffrages tels qu'exprimées par le peuple, à quoi ça sert ? Ça ne servirait à rien », a lancé le Président de l’Union des Forces Démocratiques de Guinée.

Ce vendredi 2 mars 2018, le Ministre de la justice a balayé d’un revers de la main les accusations portées contre les magistrats qui étaient impliqués dans le processus électoral. Maître Cheick Sako a également souligné qu’il n’appartient pas à la CENI de proclamer d’autres résultats.

Pour Cellou Dalein Diallo, il n’est plus question d’accepter la fraude lors des élections.

« Aujourd’hui nous sommes déterminés non seulement pour la vérité des urnes maintenant, mais encore pour les prochaines échéances électorales. Tout dépendra du système entrepris ici, si nous réussissons ça ira, la démocratie avancera. Nous allons démontrer, avec des preuves, que les CACV (Commissions administratives de centralisation des votes, Ndlr) ont annulé injustement ou détourné les suffrages du peuple ; Et nous avons des pièces à conviction. C'est à Alpha Condé de voir ce qu'il veut. Nous sommes prêts à coopérer, lorsqu'on dit allez présenter vos arguments, vos pièces à conviction, devant les observateurs qu’ils soient de la communauté internationale, la société civile guinéenne, nous disons que nous sommes d'accord », a prévenu Cellou Dalein Diallo.

 

Oumar Bady Diallo

Pour Africaguinee.com

Créé le Dimanche 04 mars 2018 à 11:51

Facebook icon
Twitter icon
Google icon