Le camp d’Alpha réplique aux menaces de Cellou : "Il se sent déjà en position de faiblesse…"

Facebook icon Twitter icon
Elections locales
Alpha Condé, Président de la République de Guinée
Alpha Condé, Président de la République de Guinée

CONAKRY-Le parti au pouvoir vient de répondre au principal opposant guinéen, Cellou Dalein Diallo qui menace d’appeler ses partisans à une nouvelle mobilisation pour contester les résultats des élections communales. Pour le RPG arc-en-ciel, cet appel du leader de l’UFDG montre qu’il est en position de faiblesse.

« Nous avons usé de tous les recours légaux, nous n’avons pas été entendus. Il nous reste un recours, c’est la rue. On usera de la rue. Restez mobilisés pour mettre fin à la fraude sinon notre combat n’aura pas de sens », a lancé samedi passé l’opposant devant ses militants.   

Interrogé ce mercredi 21 février 18, le responsable de communication du RPG arc-en-ciel a indiqué qu’il serait préférable d’attendre la publication de la totalité des résultats avant d’engager des actions. Toutefois, Sidiki Touré estime que cet appel du chef de file de l’opposition dénote un manque de confiance.

« Cellou se sent déjà en position de faiblesse (...) Il serait souhaitable que chacun attende les résultats définitifs de toutes les circonscriptions électorales pour faire recours de façon légale à la justice. Parce que c’est devant la justice qu’il faut se plaindre et non dans la rue. La rue ne connait que la violence. Quiconque utilise la violence dans atmosphère postélectorale, c’est que l’intéressé a senti sa défaite. Il veut l’utiliser soit pour cacher sa défaite ou pour se victimiser. C’est antidémocratique de la part de l’UFDG d’appeler à la violence », a déclaré M. Touré, rappelant que toutes les voies légales de recours existent.

« Nous sommes dans un Etat de droit. Toutes les voies de recours sont là. Mais c’est incompréhensible aujourd’hui d’entendre certains discours de la part d’un leader qui se dit républicain. Nous condamnons cela avec la dernière énergie et nous pensons que la forme légale doit être utilisée par tous les partis politiques qui étaient dans la course aux élections communales (…) Ces élections sont tellement intéressantes qu’elles ne doivent pas du tout nous amener à la violence », prône le chargé de communication du parti présidentiel.

Au moins personnes ont été tuées dans des violences postélectorales en Guinée. La tension reste encore perceptible malgré les multiples appels au calme. « Nous appelons nos militants au calme et à la retenue et à s’investir dans la recherche de la paix. Parce que sans la paix rien ne peut se faire dans un pays. Nous faisons de même envers les militants de l’opposition. Ils doivent comprendre que ce n’est pas dans la violence qu’on peut obtenir les résultats des urnes », lance Sidiki Touré.

 

Diallo Boubacar 1

Pour Africaguinee.com

Tél. : (00224) 655 311 112 

Créé le Mercredi 21 Février 2018 à 16:19

Facebook icon
Twitter icon
Google icon