Ousmane Gaoual hausse le ton : « ça suffit ! Damantang doit se calmer sinon… »

Facebook icon Twitter icon
Politique

CONAKRY- C’est un avertissement qui sonne comme une menace ! Ousmane Gaoual Diallo hausse le ton contre le porte-parole du Gouvernement, Albert Damantang Camara, qui a déploré ce week-end l’attitude de l’UFDG sur les violences postélectorales.

Le conseiller politique de Cellou Dalein Diallo prévient que le ministre de l’enseignement technique de la formation professionnelle, de l’emploi et du travail est mal placé pour donner des conseils à l’UFDG.

« Quand on porte le nom et le prénom qui est le sien en Guinée, Damantang Albert Camara,  l’on doit avoir de la retenue. C’est un nom qui est très lourd, je sais que ce n’est pas son histoire mais c’est celle de son grand-père que les guinéens connaissent et qui est récente dans la mémoire de beaucoup de personnes. Il faut avoir la décence de se calmer », conseille Ousmane Gaoual Diallo.

Le Samedi 10 février dernier le ministre Damantang Camara a déploré le fait que le parti de Cellou Dalein Diallo n’ait pas condamné les violences postélectorales. « En tant que militant du RPG, je ne peux que regretter l’attitude de l’UFDG.  Jusqu’à maintenant ce parti n’a jamais appelé au calme ni condamné ces violences, je trouve cela totalement irresponsable », a fustigé le porte-parole du gouvernement. Pour le député uninominal, le ministre Damantang est placé pour donner des leçons à l’UFDG.

« Damantang appartient à un gouvernement oppresseur qui sème la terreur et qui assassine ses enfants, qui crée l’insécurité  et qui entretien l’injustice et l’impunité ; l’on devrait avoir la décence de ne pas incriminer ou indexer ceux qui subissent cette violence et injustice. Il est le porte-parole de ce gouvernement, donc il devait dire à son Président et  le rappeler que la vie humaine est sacrée », réplique-t-il.

Appeler au calme n’est pas un slogan ou une répétition démagogique, poursuit-il, indiquant que cela doit s’accompagner de gestes. « Il a appelé au calme, lui Damantang mais en même temps qu’est-ce qui se passe à Kalinko, à Kindia, dans les rues de Conakry ? Les assassinats et l’impunité continuent. Son appel au calme a servi à quoi ?  Lui qui est membre du gouvernement, lui qui porte un nom si lourd dans l’histoire de ce pays. Je dis donc à Damantang de se calmer sinon, nous allons exhiber à la place publique ce qu’il est puisqu’on est fatigué de tous ses démagogues qui sont en train de nous faire des leçons de moral. Nous lui disons que ça suffit ! », martèle-t-il.

Gassama dans la planète mars…

Face à l’escalade des violences verbales et physiques, le ministre guinéen de la citoyenneté est sorti de ses gongs menaçant de traduire à la Cour Pénale Internationale tout homme politique qui tiendrait des discours haineux ou clivants. Réagissant à ces menaces, le conseiller politique de Cellou Dalein estime que de Khalifa Gassama Diaby est déconnecté des réalités du pays.

« Gassama Diaby, je l’aime bien mais c’est quelqu’un qui vit sur la planète Mars. Il ne comprend pas ce qu’il fait dans le gouvernement de Alpha Condé. Parce qu’il faut le rappeler que dans une République, il appartient au Ministre de la Justice via ses démembrements comme le Procureur de la République d’instruire la justice lorsque la sécurité nationale, la sécurité publique et la paix sociale sont menacées par des discours, des comportements des actes. Lui, en ce qui le concerne, n’est ni ministre de la justice encore moins celui de la sécurité. Ce discours, il devait le rappeler au ministre de la justice d’appliquer la loi. Les menaces qu’il fait de tenir un fichier de tous les hommes politiques qui tiendront des propos, je dis très rapidement qu’il va saturer son disque dur, tellement que c’est devenu un comportement normal », affirme-t-il.

Et de poursuivre : « On entend en longueur de journée, Aboubacar Soumah, l’on entend en longueur de journée Malick Sankhon, des gens comme Bantama Sow, Hady Barry, l’on entend Damaro Camara (…), l’on entend toutes ces personnes qu’ils côtoient quotidiennement entretenir des discours abjectes, haineux, communautaristes et qui sont absolument condamnés par la loi. Dans une République il  y a un ministre de la justice, il faut juste que le ministre de la citoyenneté se rappelle qu’il a un collègue ministre de la justice à ses côtés qui est en charge de faire appliquer les lois de la République. Et que ces lois punissent déjà ces types de comportements antirépublicains »,  a-t-il prévenu.

Bah Boubacar Loudah

Pour Africaguinee.com

Tel : (00224) 655 311 112

Créé le Mardi 13 Février 2018 à 9:40

Facebook icon
Twitter icon
Google icon