Guinée : Que risquent le Général Nouhou Thiam et le commandant Sékou Resco ?

Facebook icon Twitter icon
Justice

CONAKRY-Le procès de l’ancien gouverneur de la ville de Conakry et de l’ex chef d’Etat-major Général des armées a été ouvert ce lundi 12 février 2018 à Conakry. Le commandant Sékou Resko Camara et le Général Nouhou Thiam sont accusés de : racisme, ethnocentrisme, régionalisme, abus d'autorité, coups et blessures volontaires, arrestations arbitraires, séquestrations et complicité. Des crimes commis selon le parquet dans l'exercice de leurs fonctions pendant la transition de 2010 sous le Général Sékouba Konaté.

Les audiences qui ont débuté ce lundi auprès du tribunal de la première instance de Dixinn ont été de courte durée. Un avocat de la partie civile, maître martin Pradel absent à l’ouverture du procès a sollicité le renvoi du procès à une date ultérieure. La requête a été acceptée par les deux parties après débats. Les audiences ont finalement été renvoyées le 26 mars prochain.

« Comme monsieur Resco était depuis le mois d'août à Paris, pour des raisons de santé, on a sollicité le renvoi à 3 mois. C'est les délais de distance. On nous l’a accordé. Aujourd'hui le 12 février 2018 mon client était effectivement dans la salle. Nous, on était prêt pour le procès mais, un avocat français de la partie civile Me Pradel qui a sollicité l'ajournement le temps pour lui de venir aussi. C'est pourquoi ça été renvoyé après les débats et concertations entre les avocats des accusés et des plaignants », a expliqué Me Sidiki Bérété avocat de commandant Sékou Resco Camara.

Plusieurs charges pèsent sur l'ancien gouverneur de la ville de Conakry commandant Sékou Resco Camara, Général Nouhou Thiam ancien chef de l'Etat-major général  des armées à l'époque de la transition et feu commandant Aboubacar Sidiki Mara ancien chef de la sécurité de l'ancien Président de la transition Général Sekouba Konaté.

Mais l'avocat de Commandant Sékou Resco Camara estime que ce sont des poursuites aveugles contre son client. « Je crois à son innocence, il était effectivement venu, quand vous entendez que le Président de la transition était attaqué, il était allé voir. Et il s'est rendu même à l'escadron mobile n°2, mais le mal était déjà consommé. Mais de dire maintenant que le gouverneur à l'époque ou le général Nouhou Thiam peuvent être responsable de ça, ça c'est un peu ridicule, c'est un peu musclé. C’est  comme des poursuites aveugles », a défendu l’avocat, assurant que son client se présentera le 20 mars prochain au tribunal de la première instance de Dixinn. 

« On croit tellement à notre innocence dans l'affaire-là que même aujourd'hui on pouvait plaider. Pour le moment il (Sékou Resco Camara) va attendre, il a son calendrier de santé le 20 mars à Paris mais, on va ajourner ça pour repousser et pour venir finir ce problème puisqu'on est trop chanté, diffamé, il faut maintenant en finir », a-t-il assuré, s’excusant auprès des victimes.

« Je m’excuse auprès des victimes, les faits sont très graves, mais malheureusement les faits-là ne sont pas imputables à mon clients Sékou Resco Camara ! N'en déplaise », martèle maitre Bérété.

Oumar Bady Diallo

Pour Africaguinee.com

Créé le Mardi 13 Février 2018 à 9:39

Facebook icon
Twitter icon
Google icon