.

Grève en Guinée : le Gouvernement a pris des dispositions…

Facebook icon Twitter icon
Crise sociale en Guinée

CONAKRY-Face à la grève lancée par une frange dissidente du SLECG (syndicat libre des enseignants-chercheurs de Guinée), dirigée par Aboubacar Soumah, le Gouvernement a pris des dispositions. Pour éviter des situations pouvant entrainer la perturbation des cours dans les écoles, les autorités ont mis les services de sécurités en alerte préventif, a appris Africaguinee.com.

Ce lundi 12 février 2018 les cours connaissent une certaine paralysie dans plusieurs établissements scolaires de la capitale et en province. Des parents d’élèves craignant des risques de violences ont préféré garder leurs enfants à la maison. Mais le département dirigé par Ibrahima Kalil Konaté (K²) rassure pourtant que des dispositions sont prises pour le bon déroulement des cours.

 « Les services de sécurité envisagent à titre préventif toutes les dispositions nécessaires pour que les cours se déroulent dans un climat de paix », annonce le  ministère de l’éducation et de l’alphabétisation, demandant aux enseignants de reprendre le chemin de l’école.

 « Nous demandons à tous les enseignants de reprendre le chemin de l’école au nom de l’avenir de la nation (…). Toute revendication syndicale à caractère salarial ou sociétal doit être débattue sans animosité, sans diatribes dans un cadre institutionnel. Que ceux qui sont dans la dissidence rejoignent leur syndicat corporatif qui leur tend une perche pour qu’il y ait la cohésion sociale. Il doit être évité toute forme de violences physique ou verbale », interpelle le ministère de l’éducation.

Il réitère la volonté des autorités de l’Etat de maintenir un climat de dialogue social dans le cadre institutionnel de la commission tripartite Syndicat-organisation patronale-Gouvernement.

A suivre…

 

Diallo Boubacar 1

Pour Africaguinee.com

Tél. : (00224) 655 311 112

Créé le Lundi 12 Février 2018 à 12:38

TAGS