Gassama Diaby menace : "toute personne qui tient des propos haineux sera traduite à la CPI".

Facebook icon Twitter icon
Crise post-électorale en Guinée

CONAKRY-Le ministre guinéen de l’unité nationale et de la citoyenneté a haussé le ton ce samedi 10 février 2018 aux sièges respectifs des deux grandes formations politiques du pays, l’UFDG et le RPG arc-en-ciel.  Khalifa Gassama Diaby a menacé de lancer de poursuites contre toutes les personnes qui tiendraient des propos haineux sur toutes les radios et réseaux sociaux à travers tout pays à partir ce week-end.

Khalifa Gassama Diaby s'est exprimé sous des sifflets des militants de l’UFDG qui étaient en colère contre les violences postélectorales dont ils sont victimes après les élections communales organisées le 4 février dernier. Mais ces hués n’ont pas découragé le ministre de la l'unité nationale et de la citoyenneté. Il a juré sur le saint Coran qu'à partir de ce week-end, toute personne qui tient des propos qui sont contre la loi sera traduite à la CPI (cour pénal internationale).

« A pâtir d'aujourd'hui, j'en fais un engagement sur le saint Coran, nous ferons un fichier de tous ceux, en Guinée, de Conakry à Yomou ferons des déclarations haineux, d'appels à la haine, à la violence, à la discrimination, à l'injustice, quel qu'il soit, qu'il soit fonctionnaire, qu'il soit militant d'un parti politique, qu'il soit responsable politique, je vous jure je passerai le restant de ma vie à ce que ces personnes passent devant la cour pénale internationale », a prévenu le ministre Diaby, jurant qu’il n'acceptera pas que la Guinée soit brûlée. 

Le ministre de citoyenneté a affirmé néanmoins qu'il ne va pas obligé quelqu'un d'accepter l'injustice. « Je ne dis à personne de ne pas défendre ses droits. Il ne m'appartient pas à dire à quelqu'un d'accepter l'injustice, ce qui n'est pas acceptable. Ces derniers temps nous avons assisté à des escalades en parole. Chacun dit ce qu'il veut, chacun fait ce qu'il veut. Cela n'est pas acceptable. Je dis et je le répète j'ai écrit à la cour pénale internationale, j'ai écrit à toutes les institutions internationales, je ne le fait pas pour ce gouvernement, pour un camp je le fais pour la Guinée, pour ce pays, mon pays. Désormais à partir de ce week-end, tous les réseaux sociaux, toutes les radios, toutes les déclarations publiques, ceux qui tiennent des propos contraires à la loi seront fichés et seront avertis parce qu'ils seront poursuivis le jour où il y aura des problèmes. Et cela que vous soyez ministre de la République, membre du RPG, de l'UFDG, de l'UFR », a encore ajouté Khalifa Gassama Diaby, au siège de l'UFDG.

Oumar Bady Diallo

Pour Africaguinee.com

Créé le Dimanche 11 Février 2018 à 9:28

Facebook icon
Twitter icon
Google icon

Nous vous proposons aussi