Heurts postélectoraux : Tué par balles, Mamadou Diackouane a été inhumé à Conakry…

Facebook icon Twitter icon
Violences post Électorales

CONAKRY-Mamadou Diackouane Diallo tué par balles en marge des violences postélectorales à Conakry a été inhumé ce vendredi 9 février 2018 à la carrière.  Le chef de file ainsi qu’une délégation  de son parti ont pris part l’enterrement du jeune étudiant de 22 ans.

Les proches du défunt sont encore sous le choc. Elhadj Bhouria ne cache pas sa colère mêlée d’indignation.

 «  Chaque jour  nous accompagnons un homme un tué, tous les jours nous déplorons des morts par balles, qu’Allah mette fin à ça, c’est celui qui connait le sens du coran qui a peur de tuer. Que Dieu guide les tueurs à cesser.  Que Dieu les amène loin de nous, parce que ceux qui tuent sont parmi nous, ils sont dotés en armes et munitions pour tuer. Ils ont reçu des ordres de tuer sinon depuis que les tueries ont commencé personne n’a été interpellé. Les mauvaises personnes aux affaires si elles ne peuvent pas changer, que Dieu les enlève sur nous. Les bonnes personnes qui veulent nous aider que Dieu les ouvre la porte d’où qu’elles viendront. » a déclaré ce proche de la famille de la victime.

Mamadou Diackouane Diallo est originaire de la sous-préfecture de Gongorè, région administrative de Mamou. Cellou Dalein Diallo a exprimé sa tristesse.

 « Je suis  très triste. Peut-être c’est la 82eme personne que nous  inhumons victime de la répression aveugle des forces de l’ordre. Ce qui est encore plus triste  le jeune que nous venons d’enterrer n’aura jamais droit à la justice, ils sont plus de 80 arrachés à leurs familles (…) on a décrit les circonstances dans lesquelles il a été tué par les forces de défense et de sécurité censées protégées les populations. C’est triste pour notre pays quand toutes ces victimes restent sans droit à la justice, parce que tout simplement ils sont des militants de l’UFDG. L’Etat est censé être là. Aucun membre du gouvernement, aucun membre du RPG n’est venu soutenir la famille alors que c’est un citoyen guinéen. C’est comme s’ils en étaient heureux », fustige Cellou Dalein Diallo.

Au moins 7 personnes ont trouvé la mort en Guinée dans des heurts postélectoraux. Les premiers résultats partiels définitifs sont attendus ce vendredi.

Alpha Ousmane Bah

Pour Africaguinee.com

Tel : (00224) 664 93 45 45

Créé le Vendredi 09 Février 2018 à 18:13

Facebook icon
Twitter icon
Google icon

Nous vous proposons aussi

TAGS