Affrontements entre partisans du RPG et de l'UFDG à Kalinko : plusieurs blessés, des cases incendiées…

Facebook icon Twitter icon
Violences post Électorales
Violences postélectoraux à Kalinko
Violences postélectoraux à Kalinko

DINGUIRAYE- Plusieurs personnes ont été blessées, des cases incendiées à Kalinko (Dinguiraye) dans des affrontements postélectoraux opposant des partisans du parti au pouvoir à ceux du principal parti d’opposition (UFDG).  La commune rurale où ont lieu ces violences est située  à 80 kilomètres de Dinguiraye centre.

Plusieurs témoins ont confié à Africaguinee.com que des cases ont été brûlées et plusieurs personnes ont été grièvement blessées. Dans cette zone chacun des deux partis en lice (RPG-UFDG) réclame la victoire des communales.

 « Depuis le soir, ça ne va pas à Kalinko , les  violences continuent les gens s’attaquent entre eux, beaucoup de cases sont brulées à Kalinko. Nous voulons des interventions pour mettre fin à ces violences parce qu’il n’aura qu’un victorieux. On parle de plusieurs blessés », a confié un enseignant en service à Kalinko

Le député uninominal de Dinguiraye, le docteur Fodé Marega  confirme les violences dans la zone et accuse le RPG d’être responsable : «  bien avant le vote ces prémisses de violences sont là, j’ai dit à l’autorité préfectorale de prendre ses responsabilités pour éviter les violences. Malheureusement rien n’est faits, le RPG qui bénéficie de l’impunité s’attaque aux gens depuis qu’ils ont compris l’UFDG a gagné, ils attaquent et mettent le feu partout boutiques et magasins pillés. Pour le cas de mort je ne suis pas en mesure de confirmer et ou infirmer, j’ai demandé qu’on m’envoie les noms des victimes », a confié le député.

Joint au téléphone par un journaliste de notre rédaction Bakary Kaou Traoré, membre du RPG de Dinguiraye n’a pas fait de commentaires sur ces violences, indiquant qu’il ignore ce qui se passe à Kalinko.

Le lieutenant-colonel Mamadou Lamarana Diallo, préfet de Dinguiraye joint au téléphone a appelé à un conseil de sécurité sur ces violences.

Aux dernières nouvelles, des remous sont également signalés à Dabola. Boutique et magasins restent et fermées.

Alpha Ousmane Bah

Pour Africaguinee.com

Tel : (224) 664 93 45 45

Créé le Mardi 06 Février 2018 à 16:17

Facebook icon
Twitter icon
Google icon