Alpha Condé prévient : « A partir de cette année… »

Facebook icon Twitter icon
Lutte contre la corruption
Alpha Condé, le Président guinéen
Alpha Condé, le Président guinéen

ADDIS-ABEBA-Le Président guinéen Alpha Condé vient d’annoncer des mesures fortes pour endiguer le fléau de la corruption qui gangrène l’administration guinéenne. Depuis la capitale Ethiopienne où il a pris part au XXX sommet de l’union africaine au cours duquel il a cédé la présidence de l’institution à Paul Kagamé, le Chef de l’Etat a annoncé qu’à partir de cette année, le ministère des finances ne sera plus chargé des financements des marchés publics.

Il y a un système très difficile à combattre

 « La corruption est une affaire de système. Il y a aussi des complicités. En Guinée les gens ont gouverné ensemble, souvent ils ont travaillé ensemble. Quand je suis venu au pouvoir, j’ai imposé l’unicité des caisses, pour que tout l’argent de l’Etat soit domicilié à la Banque Centrale. Mais il y a un système très difficile à combattre. Progressivement on a mis en place la loi contre la corruption. A partir de cette année nous avons décidé que les marchés publics, les Finances ne seront plus chargées des financements des appels d’offres parce qu’il y a beaucoup de problèmes », a déclaré Alpha Condé, annonçant que désormais pour chaque ministère, un système de contrôle a été créé.

« Chaque ministère fera son appel d’offres avec un système de contrôle. Souvent ce qui se passe, il y a des gens qui sont aux marchés publics et lorsqu’ils ont des marchés ils les redirigent  directement  vers leurs propres sociétés », dénonce le Président de la République, saluant l’apport des jeunes dans la lutte contre mauvaise gestion des ressources dans les ministères.

Les gens sont maitres dans l’extrapolation sur les factures

 

"Nous avons des jeunes qui viennent dans la Fonction Publique qui n’ont pas ce passé (…), aujourd’hui nous avons ces jeunes DAF (directeur administratif et financier) qui apportent beaucoup à la gestion. Quand je prends l’énergie ces jeunes DAF m’ont aidé à découvrir assez de difficultés. Combien d’argent on perd. Vous savez les gens sont maitres dans l’extrapolation sur les factures. Grâce à ces jeunes nous avons découvert ces pratiques. Le scandale à EDG, 2/3 des recettes n’existent pas (…), je prends les cas d’une boulangerie à Ratoma qui en deux mois de consommation ne paye que 10.000 GNF ou des gens qui doivent 500.000 GNF qui continuent de recevoir le courant. Ce qui fait que l’Etat perd assez d’argent ", a expliqué le dirigeant guinéen.

Autre mesure forte annoncée par le Président Alpha Condé, c’est l’implication de l’Inspection d’Etat dans le contrôle des marchés passés au dernier trimestre dans tous les ministères.

« Cette année on a demandé à l’inspection d’Etat de vérifier tous les marchés passés au dernier trimestre par tous les ministères. Est-ce que la marchandise a été livrée ? Est-ce que le travail a été fait ? Il faut que l’on sache. Parce que très souvent certains vont voir des hommes d’affaires pour dire on ne livre pas et on partage, c’est que tu payes et la marchandise n’est pas livrée. Cette année on a dit avant qu’on ne fasse n’importe qu’elle commande en 2018, il faut qu’on sache exactement  l’état de chaque ministère. Si un ministère a commandé et que ce n’est pas livré en ce moment-là on applique la loi anti-corruption », a annoncé le Chef de l’Etat.

SOUARE Mamadou Hassimiou

Pour Africaguinee.com

Tel : (00224) 655 311 111

Créé le Mercredi 31 janvier 2018 à 13:12

Facebook icon
Twitter icon
Google icon

TAGS