Mines : la face cachée de TBEA Group en Guinée… (Enquête)

Facebook icon Twitter icon
Mines

CONAKRY- C’est certainement l’un des plus gros scandales dans le secteur minier guinéen. TBEA Group, cette société chinoise qui promet un investissement de 2,89 milliards de dollars dans le domaine de la bauxite et de l’alumine pourrait être dans les prochains jours traduite devant les juridictions internationales. L’entreprise chinoise est accusée de n’avoir pas respecté ses engagements contractuels vis-à-vis de la société Afriressources Plus Sarl.

L’histoire entre les deux entreprises remonte au début de l’année 2017. Après plusieurs mois de discussion, TBEA Group et Afriressources Plus Sarl signent un contrat le 21 avril 2017. Ce document qui a été paraphé au domicile privé de la Gérante de la société Afriressources Plus, était un contrat de prestation de services. A travers ce contrat, l’entreprise que dirige Mme Hamidé Sacko s’engageait à apporter des conseils, et faciliter l’obtention des documents pour rendre possible les projets d’investissement de TBEA en Guinée.

tbea_1.pngA la signature de ce contrat, TBEA Group devait payer un certain montant à Afriressources Plus. Une seconde tranche devrait également être payée par TBEA Group après 3 semaines d’activité. Afriressources Plus Sarl devrait également recevoir un troisième payement dès après la signature de la convention minière de TBEA Group. Au delà de ces montants, l’entreprise chinoise devrait également payer 2% du montant de ces investissements par an, et 1% de ses profits pendant la phase d’exploitation.

Seulement, après avoir réussi à s’implanter en Guinée, les dirigeants de TBEA Group ne tarderont pas à faire « volte-face ». Les clauses du contrat sont violées. Hormis le payement d’une somme qui est loin d’être ce qui est prévue dans le contrat, TBEA Group refuse de s’acquitter de ses obligations contractuelles.

Le 15 septembre 2017, l’avocat d’Afriressources Plus saisit TBEA à travers un courrier pour rappeler la violation des clauses du contrat. Un deuxième courrier leur a ensuite été adressé le 29 septembre 2017 ; Sans suite !

Le 4 janvier 2018, une sommation de payer est envoyée à TBEA Group.

En l’absence d’un règlement à l’amiable de ce différend, la chambre de commerce de Singapour pourrait être choisi pour un arbitrage.

tbea_sekoutoureya.jpgRencontre avec le Président Alpha Condé…

Le dimanche 4 juin 2017, Alpha Condé a reçu au Palais Sékoutoureya le Président Directeur Général de TBEA. Zhang Xin était accompagné entre autres par Mme Wuwei, la Gérante de TBEA en Guinée, et de Mme Hamidé Sacko de la société Afriressources Plus. Le 5 septembre 2017, Alpha Condé rencontrera à nouveau les dirigeants de TBEA en Chine. C’était à la faveur d’une rencontre entre les pays émergents. Le Chef de l’Etat guinéen était accompagné par son épouse Djènè Kaba Condé.

Que faire avec le prophète si on a la chance de rencontrer Dieu lui même ? Les dirigeants de TBEA Group l’ont très vite compris. Désormais, leur associée guinéenne est mise à l’écart. Ils traitent directement avec les Ministres sectoriels.

Dès après le voyage sur la Chine, les relations entre Mme Hamidé Sacko et la Première Dame dont elle était la conseillère se sont détériorées. Le point de non retour a été franchi quand Mme Sacko a présenté sa lettre de démission à Mme Condé.

tbea_2.pngAlpha Condé, informé de la situation qui prévaut à propos de la société TBEA Group, convoquera Mme Hamidé Sacko, son épouse, et les dirigeants de l’entreprise chinoise. Ce jour, selon plusieurs témoins, le locataire du Palais Sékoutoureya était dans tous ses états. Alpha Condé menace d’emprisonner la patronne de la société Afriressources Plus. Cette dernière semble imperturbable et réclame le respect des clauses du contrat qu’elle a signé avec TBEA. Devant le PDG de l’entreprise chinoise, Alpha Condé prévient que désormais cette entreprise traitera directement avec lui. Depuis ce jour, il a pris les commandes. Les chinois ont directement accès à lui.

Aujourd’hui, nombreux sont les observateurs qui s’interrogent sur les raisons de la signature de la convention à Dubai. Cet Etat des Emirats qui est qualifié de paradis fiscal par de nombreux observateurs.

Dossier à suivre…

 

Ahmed Tounkara

Pour Africaguinee.com

Créé le Mercredi 24 janvier 2018 à 10:53

Facebook icon
Twitter icon
Google icon

Nous vous proposons aussi

TAGS