Colonel Issa Camara à la barre : « Mes agents ont donné 5 coups de fouet à un chauffeur… »

Facebook icon Twitter icon
Procès Issa Camara et cie

LABE- C’est un procès ‘’retentissant’’ qui s’est ouvert en ce début d’année 2018 dans la ville de Labé. Le colonel Issa Camara, officier supérieur de l’armée guinéenne et ancien commandant du camp militaire de la préfecture de Mali, en compagnie de 20 autres militaires ont comparu devant  le Tribunal Militaire à formation spéciale de Labé ce lundi 15 janvier 2018, a appris Africaguinee.com.

Le colonel Issa Camara est accusé avec ces acolytes de plusieurs infractions sur les citoyens de la commune urbaine de Mali. Pour le Commandant Sékou Damaro procureur du Tribunal Militaire à formation spéciale de Labé, ces militaires sont poursuivis pour  délits et infractions prévus et punis par des dispositions précises du code de justice militaire et du code pénal guinéen.

Ils sont accusées entre autres de pillage, d’incitation à commettre des actes contraires au devoir ou à la discipline, de révolte, de refus d’obéissance, de violations voies de faits et outrage envers les supérieurs, destruction d’objets mobiliers, de  vol,  de menace , de coups et blessures volontaires, d’injures, de destruction et de dégradation d’édifices privés, d’incendie volontaire de recèle et de dommage aux animaux.

De son côté, le président du Tribunal de première Instance de Labé, Koly kémo  Camara, qui dirige cette cour très ‘’ spéciale’’ se veut rassurant quant à l’issue de ce procès  où, selon lui  ne triomphera que le droit.

‘’ Ce Tribunal Militaire à formation spéciale de Labé composé de magistrats, assesseurs civils et militaires vous donnent l’assurance qu’il ne sera guidé que par l’autorité de la loi’’ a annoncé le président du Tribunal Militaire à formation spéciale de Labé.

Le procès avec une forte présence sécuritaire. A l'entame, le président du tribunal Koly Kemoko Camara a demandé aux gardes de corps du colonel Issa Camara de sortir de la salle. Deux accusés sur les 27 manquaient au rendez-vous. A sa comparution ; l'ex chef du camp d'infanterie de Mali a nié les faits qui lui sont reprochés sauf les coups de fouet administrés au jeune motard.

Dans ses explications le colonel Issa Camara a reconnu que ses agents ont donné 5 coups de fouet à un chauffeur indiscipliné. Il a ensuite soutenu que les tirs venaient des calibres 12 des civils qui selon lui ont attaqué les concessions des militaires. L’officier rajoute que toutes les armes étaient emmagasinées en ce moment.  

A rappeler que ces violences ont eu lieu entre le 17 18 et 19 juin 2016 dans la préfecture de Mali. Ce procès qui vient de s’ouvrir a longtemps été rejeté, faute de juridictions compétentes à juger ce genre de dossiers qui impliquent la grande-muette. Le procès est renvoyé pour ce mardi 16 janvier 2018. 

Affaire à suivre…

 

BAH Boubacar LOUDAH

Pour Africaguinee.com

Tél. : (+224) 655 31 11 13

Créé le Mardi 16 janvier 2018 à 14:16

Facebook icon
Twitter icon
Google icon

Nous vous proposons aussi