Le pétrole continue de monter, le marché se tourne vers l'Iran

Facebook icon Twitter icon
Marché international

Londres - Les prix du pétrole atteignaient jeudi de nouveaux sommets en cours d'échanges européens, soutenus par la baisse des stocks américains de brut annoncée mercredi et à la veille de la décision de Washington sur les sanctions iraniennes.

Vers 11H00 GMT (12H00 à Paris), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mars valait 69,50 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en hausse de 30 cents par rapport à la clôture de mercredi.

Dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI) pour le contrat de février prenait 40 cents à 63,96 dollars.

Le prix du WTI a atteint vers 10H45 GMT 63,57 dollars, son plus haut depuis décembre 2014. Le cours du Brent a pour sa part grimpé au même moment à 69,62 dollars, à son plus haut depuis mai 2015.

Mercredi, le marché a été soutenu par les données du Département américain de l'Energie (DoE), qui a fait état d'une baisse marquée de ses réserves de brut mais d'une hausse de celles d'essence et de produits distillés.

Après avoir hésité, les investisseurs ont repris leurs achats de pétrole.

"Les données sont contrastées, mais il est indéniable que les réserves de brut sont désormais à leur plus bas depuis août 2015", a commenté Tamas Varga, analyste chez PVM.

Autre facteur de hausse des prix, les marchés attendent toujours la décision de Washington quant à la reconduction de l'accord sur le nucléaire iranien.

Si le président Donald Trump refuse de renouveler l'accord et choisit donc de rétablir les sanctions économiques, les exportations d'un des plus grands producteurs de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) seraient entravées.

"Même si le président est contre cet accord, il devrait le reconduire car il suivra les recommandations de ses conseillers", a estimé Tamas Varga.

"M. Trump pourrait être convaincu d'accepter une reconduction de l'accord le 12 janvier pour gagner du temps, mais nous jugeons qu'il est quasi-impossible que cela se reproduise lorsqu'il devra à nouveau renouveler l'accord, le 12 mai", a cependant estimé Joe McMonigle, analyste chez Hedgeye.

 

AFP

Créé le Jeudi 11 janvier 2018 à 12:36

Facebook icon
Twitter icon
Google icon

Nous vous proposons aussi

TAGS