L’horreur à Nongo (Conakry) : découverte d'un corps décapité…

Facebook icon Twitter icon
Insécurité à Conakry

CONAKRY- Un corps décapité et sans vie a été découvert ce samedi 6 janvier 2018 derrière le grand stade de l’amitié de Nongo ! La  victime du nom de Mamadou Mouctar Diallo est un éboueur connu dans ce quartier de la haute banlieue nord de Conakry, a appris Africaguinee.com.

Selon des témoignages de riverains recueillis sur place, cette zone où a été constatée  le corps de ‘’ Alias One Thousand ’’ est devenue un ‘’No mans land’’ où personne n’ose s’aventurer à une certaine heure de la nuit. Pour Barry Alhassane, habitant de Nongo,  cet endroit bien que n’étant pas loin du Commissariat Central de Ratoma est réputée être très dangereux depuis un certain temps.

‘’ J’habite ce quartier bien avant la construction de ce stade. Mais depuis un certain moment même les véhicules qui contournent cet édifice sont en danger. J’ai été aussi une victime qui a juste eu beaucoup plus de chance que Mouctar. Ce qui est paradoxal, le commissariat n’est pas loin de cette zone où  l’insécurité est palpable. L’on se demande que font les services de sécurité qui préfèrent arnaquer les citoyens au grand carrefour de Nongo au lieu de penser à sécuriser les populations’’ a réagi notre interlocuteur.

Pour lutter contre l’insécurité de plus en plus grandissante dans son pays, le Président guinéen avait fait de grandes annonces au mois de décembre dernier. Alpha Condé avait promis aux populations guinéennes de donner aux services de sécurité  les moyens véritables de lutter contre le grand banditisme. 

‘’ Le grand banditisme utilise les armes de guerre (…), donc ce ne sont pas des petits bandits, il faut donc savoir comment se battre contre eux. Pour cela, il va y avoir des patrouilles de la gendarmerie et de l’armée pour lutter contre ce fléau. Ainsi les BAC (Brigade anti-criminalité, Ndlr) vont s’occuper du grand banditisme dans la capitale, l’armée et la gendarmerie vont faire des patrouilles pour lutter contre les coupeurs de route’’ avait-il promis.

Pour bons nombres d’observateurs, ces promesses du chef de l’Etat guinéens ne rassurent plus les citoyens qui deviennent de plus en plus exposés au grand banditisme.

BAH Boubacar LOUDAH

Pour Africaguinee.com

Tel : (+224) 655 31 11 13

 

Créé le Samedi 06 janvier 2018 à 18:49

Facebook icon
Twitter icon
Google icon