.

Conflit frontalier : Alpha Condé et IBK reprennent les choses en main…

Facebook icon Twitter icon
Politique

KANKAN-Suite aux affrontements meurtriers survenus à la frontière guinéo-malienne, les autorités des deux pays envisagent de prendre le taureau par les cornes pour résoudre définitivement ce conflit. Une première décision vient d’être prise par les Présidents malien et guinéen qui ont envoyé des émissaires sur la zone conflictuelle.

Il s’agit d’abord de l’interdiction aux populations maliennes et guinéennes d’exploiter l’or sur le site conflictuel. Cette mesure prise avec effet immédiat sera en vigueur jusqu’à ce que les deux pays terminent de délimiter la frontière. Une frontière héritée de la colonisation qui faut-il le rappeler est poreuse.

Il y a eu au moins 17 morts lors de ces affrontements à cause d’un domaine riche en or et dont chacune des communautés située des côtés de la frontière réclame l’appartenance. Mardi dernier, Alpha Condé et Ibrahim Boubacar Keita ont dépêché des émissaires sur les sites conflictuels. Cette mission conjointe conduite par les ministres de l’administration du territoire et de la décentralisation des deux pays a passé aux populations des messages de paix des Présidents malien et guinéen.

Restitution de biens saisis…

Le Général Bourema CONDE et son homologue malien Thièman Hubert KOULIBALY ont insisté sur les liens séculaires entre communautés des deux pays. Le ministre guinéen a demandé aux citoyens du district Kantedoubalandou de restituer les biens des Maliens saisis lors du récent affrontement. Mais le village n'a pas  immédiatement répondu à cette requête.

Au nom du Président Alpha CONDE, le Général Bourema CONDE a présenté une enveloppe de 100 millions aux victimes de Kantedoubalandou, tandis que Thièman Hubert KOULIBALY a également présenté une enveloppe d’un million de francs cfa au nom du Président Ibrahim Boubacar KEITA avec des messages de paix et de quiétude sociale. 

Les mêmes messages ont été livrés par les émissaires d’Alpha Condé et d’IBK aux populations de Niawouleni (Mali). Thièman Hubert KOULIBALY et le Général Bouréma Condé se sont engagés à accélérer le processus de délimitation de la frontière. Mais d’ici là, interdiction est faite aux populations des deux pays d’exploiter l’or sur le site  conflictuel

Le calme est revenu, mais le site conflictuel Kèdjana situé entre Kantedoubalandou et Niawouleni dont chacun réclame la paternité est toujours sous le contrôle des gendarmes maliens. 

Amadou Oury Souare  

Correspondant  régional d'Africaguinee.com

Tel : (+224) 656 44 26 28

 

Créé le Samedi 09 décembre 2017 à 11:24

TAGS