Mamou: de nombreux couacs lors des jeux régionaux…

Facebook icon Twitter icon
Sport

MAMOU- Les jeux régionaux organisés par le ministère des sports, de la culture et du patrimoine historique au Fouta Djallon se poursuivent à Mamou, Pita et Labé. Après le démarrage des disciplines comme le football, le basketball et le volleyball, ce fut le tour du cyclisme ce mardi matin à la maison des jeunes de Mamou. Mais là, tout n'a pas été rose, car rien n'était prévu pour ces cyclistes venus de Mali, Koubia, Lélouma, Tougué, Pita, Dalaba et Mamou. La préfecture de Labé a quant à elle brillé par son absence pour des raisons non encore élucidées. Pire, ces cyclistes n'ont pas été dotés de vélos qui ont les mêmes puissances apprend-t-on. Et d'ailleurs, les vélos qui ont été distribués par la fédération préfectorale de cyclisme de Mamou, avaient été donnés à toutes les préfectures au moment où Bantama Sow dirigeait le département des sports. Au nombre de 12 par préfecture, certains ne sont plus opérationnels a-t-on appris. C’est ce qui expliquerait l’absence d'autres cyclistes à cette course.

Ce participant venu de Koubia et qui a requis l'anonymat dénonce la mauvaise organisation de ce jeu qui a pourtant mobilisé la quasi-totalité des prefectures de la Moyenne-Guinée.

“Nous avons un constat amer par rapport à cette discipline. Nous avons constaté d'abord un manque d'équipements. Les vélos qu'ils nous ont remis sont non seulement anciens, mais ils ne sont pas au complet. 16 participants devraient prendre part à cette compétition. Ils ont amené 11 vélos en état de vétusté. Pour nous, la commission d'organisation n'a pas été à la hauteur de l'activité parce que nous avons suivi un peu la course en Haute-Guinée où Kankan-kouremale ont par exemple compéti avec des vélos neufs. À Boke c'était la même chose. Et nous avons appris que la fédération dispose de vélos neufs qu'ils ont du laisser à Conakry. C'est un paradoxe pour nous, quand on dit que c'est le ministère ou la fédération qui a organisé cette course dans des conditions médiocres. En cours de route, bien qu'un dispositif sécuritaire soit mis en place, il y avait eu des ratés. Un charretier avait perturbé la course au niveau du carrefour Lina et certains cyclistes sont tombés et se sont blessés. Personnellement, moi j'avais trouvé deux camions stationnés sur la route qui était pourtant choisie comme l’itinéraire de la course. Ensuite, ils avaient promis des primes aux participants, mais au retour, ils les ont annulé. Ce sont les 5 premiers qu'ils ont retenus pour la prochaine course qui est nationale et qui se tiendra très bientôt en Basse Guiné”, a confié ce cyclist.

Le chargé des règlements et pénalités de la fédération nationale de cyclisme, Amadou Oury Barry évoque quelques difficultés rencontrées et dit quand même avoir pu réunir le peu de vélos appartenant aux cyclistes de Mamou.

" On a rencontré d'énormes difficultés notamment les pannes techniques. On a mobilisé les coureurs cyclistes bien que les moyens n'ont pas été mis à notre disposition à temps. C'est le département qui a organisé cette course. C'est la veille de la compétition qu'on nous a remis la somme du devis estimatif qu'on a élaboré. C'est lorsque l'actuel ministre était à l’époque à la tête de ce département qu'il a octroyé des vélos à toutes les régions administratives. C'est ainsi que Mamou en a bénéficié 12.On avait donné ces bicyclettes aux coureurs pour les entraînements. Mais quelques temps après, on a récupéré ces vélos et ce sont ceux-là qui ont permis à cette course d'avoir lieu, car beaucoup de préfectures sont venues sans vélos. Labé devait venir avec des vélos, mais elle s’est retirée de la course à la dernière minute", deplore-t-il.

Il faut rappeler que le ministre Bantama Sow était présent quand ces cyclistes ont quitté la maison des jeunes pour le km 7, aller-retour sur de vieux velos.

 

Habib Samake

Correspondant régional

Africaguinee.com à Mamou

Tél.: (+224) 623093998

Créé le Jeudi 09 novembre 2017 à 9:36

Facebook icon
Twitter icon
Google icon

Nous vous proposons aussi