Guinée : bras de fer entre l’Etat et la société russe « Enco 5 »…

Facebook icon Twitter icon
Justice

LABE- C’est un nouveau front qui s’ouvre entre l’Etat guinéen et la société Russe « Enco 5 ». Ce vendre 6 octobre 2017 l’Etat guinéen a ordonné la vente des biens matériels de la société russe qui était spécialisée dans les travaux publics. Enco 5 est accusée par l’Etat guinéen de non paiement de plusieurs redevances.

Sous la supervision d’un huissier de justice, un commissaire priseur a procédé à la vente de plusieurs engins lourds appartenant à la société russe. Entrepreneurs et particuliers se bousculaient ce samedi 7 octobre 2017 dans l’espoir de trouver un engin à un meilleur prix.

Du côté de la société Enco 5, on dénonce une violation de la procédure.

« La douane a dit que la société Enco5 doit un peu plus de 4 milliards de francs guinéens ; Elle dit que c’est pour ce motif que la base de Labé a été saisie. Cette dette serait liée aux frais de dédouanement des engins importés en Guinée en 2008 pour faire la route Labé-Kouramangui. La douane a fait des calculs pour sortir ce montant sans nous en informer afin qu’on puisse de notre coté faire la comptabilité pour une vérification. Elle a décidé comme ça et un bon matin elle est venue saisir. Pourtant, tous les engins qui viennent pour les travaux publics bénéficient d’une exonération de la part de l’Etat surtout que c’est un contrat qui liait la société à l’Etat guinéen. Mais saisir et vendre, nous ne comprenons pas ça. Mais nous suivons la procédure. La base de Mamou a été vendue à hauteur de 800 millions de francs guinéens, maintenant c’est au tour de Labé », a indiqué Abass Diallo, responsable régional de la société Enco 5 à Labé.

Sékou Sampil, un autre cadre d’Enco 5 basé à Conakry reconnaît que son entreprise doit à l’Etat guinée, mais regrette la procédure qui a abouti à la vente de leurs engins.

« Ce que nous reconnaissons, c’est que nous devons de l’argent à l’Etat, mais ce qui est important, quand vous devez de l’argent et qu’on décide de faire une saisie, ils doivent vous le signifier par écrit ou par un autre moyen. Si vous ne remboursez pas maintenant, on vous écrit pour vous dire qu’ils sont dans l’obligation de revendre et on vous invite à assister à la vente. La loi même  prévoit que le débiteur trouve un client pour la vente, c’est pour avoir des reliquats qui doivent être retournés à la société si l’Etat récupère son dû. Malheureusement, l’huissier qui est allé dans cette procédure ne nous a rien dit  dans cette affaire. Demain nous pouvons dire à cet huissier que partout il a revendu à 800 millions et que la valeur exacte est  5 milliards et là c’est un autre procès qui va s’ouvrir. Nous reconnaissons nos dettes, c’est vrai, mais  il y  a plusieurs manières de rembourser que de vendre. Ils ont violé pratiquement toute la procédure. Celle de Conakry est revendue, celle de Mamou également, Labé est en cours de vente » déplore-t-il.

Pour le moment, aucun expatrié russe de cette société n’est en Guinée. L’année dernière également, le Préfet de Labé d’alors, commandant Lamarana Diallo avait saisi des domaines de terre à Popodara qui appartenaient à un patron d’Enco5 du nom d’ANATOLI pour non-paiement de l’exploitation de latérites dans cette zone.

 

Alpha Ousmane Bah

Correspondant régional d’Africaguinee.com

A Labé

Tél. : (00224 657 41 09 69)

Créé le Dimanche 08 octobre 2017 à 11:02

Facebook icon
Twitter icon
Google icon

Nous vous proposons aussi